Prochains stages photo et ateliers : Consulter la liste des stages

Anatomie d'une émotion

212
com_k2.item
(3 votes, moyenne 5.00 sur 5)
Anatomie d'une émotion5.00 sur 50 basé sur 3 votants.


Un point de vue argumenté sur l'instantané photographique

par Samuel Duchay.

Double nature de la photographie

Toute photographie est d'abord un document scientifique, c'est-à-dire une sorte de relevé topographique de la quantité de lumière émise par les objets environnants à un moment donné. En cela, elle est concrètement liée à la nature et à l'histoire du monde, puisque les hypothèses que nous tirons de l'observation du mouvement des galaxies (sur l'âge du cosmos, la théorie de l'expansion de l'univers, etc.) sont dues à notre connaissance des phénomènes ondulatoires.

On peut en déduire que ce type de document nous apporte un voir en même temps qu'un savoir, et que l'image instantanée tire sa valeur de son incrustation totale dans la réalité.

Pour cette raison, sur le plan émotionnel, la photographie relève aussi bien de l'apparition que de la composition, de la science que de l'art. C'est ce qui en fait la magie. Le touriste qui montre une photo-souvenir est le cousin moderne du chaman qui cherche à évoquer les esprits du passé. Le procédé garde toujours quelque chose de fascinant en soi, indépendamment de l'intérêt spécifique des images.

D'où le malentendu qui règne encore à propos d'une pratique aussi répandue. En gros, pour la plupart des gens, il y a le travail léché de la "Photographie d'Art" (dont le point culminant est le style pompier) ; et la photo de vacances de monsieur Tout-le-monde : "C'est raté, les pieds sont coupés ; mais on le reconnaît bien, tout de même !" Il sera toujours à la charge du photographe de faire évoluer ces clichés vers un moyen d'expression à part entière.

L'image prise et l'image faite

 Les effets spéciaux (par intégration d'images préexistantes ou par fabrication d'images de synthèse) éloignent le procédé photographique de sa vocation première, qui est de représenter des objets soumis à la gravitation et baignés par la lumière d'un instant. La qualité documentaire passe au second plan, derrière la perfection de la mise en forme. L'improvisation laisse place à la manipulation ; le coup d'oeil inspiré à la construction laborieuse ; le génie à la volonté. On intervient avec la lenteur de la peinture dans la vitesse de la saisie photographique.

Cette opération hybride répond d'abord à la préoccupation numéro un du pratiquant moyen (qu'il soit novice ou professionnel) : ne plus "rater" ses photos. Quand on n'est pas capable de tirer parti des accidents, on essaie de corriger les défauts. Au début, il s'agit de rattraper les erreurs faites à la prise de vues, en gommant discrètement les imperfections ; peu à peu, se substitue à l'absence de propos initial un remplissage parfait par des éléments disparates, réunis grâce aux vertus d'un logiciel approprié. Si le trucage est invisible, on se dirige vers un idéal décoratif ; s'il s'agit d'un montage visible, vers un discours symbolique.

Dans le premier cas, l'image ne fait plus référence qu'à elle-même, donc à sa propre forme ; elle devient abstraite, voire académique. Dans le second cas, elle fait allusion à un contenu intellectuel et devient artificielle – pour ne pas dire artificieuse.

On ne peut pas contrôler après coup les effets du hasard sans porter atteinte à la nature aléatoire de l'instantané, donc à l'émotion inhérente au geste photographique. Ce dernier participe à la fois de l'art et du sport, et tire sa beauté d'un jeu d'adresse livré sous l'arbitrage du temps. Et ce qui fait courir le chasseur d'images, c'est la curiosité ; pas l'imagination. Il a toujours en vue le geste et non le résultat.

Entre le document et la mise en scène

Qui invente une impossibilité pratique invente un art. Or, il n'y a rien de plus facile que de se contenter d'une image à peu près correcte, surtout à partir des appareils modernes ; malheureusement, leurs automatismes intégrés sont à la prise de vue ce que les préjugés esthétiques sont à la création. Ils interviennent de manière intempestive en réduisant à la fois la part du hasard et celle du photographe. Avec l'apparition des moteurs pour "mitrailler" les images en rafale, le choix de la meilleure photo est tout bonnement reporté au moment du tri sur planche-contact. Quant à la mesure de la lumière incidente (celle qui arrive sur le sujet) aucun appareil photo ne peut la réaliser.

Il faut avoir utilisé une cellule "à main" suffisamment longtemps pour sentir la bonne exposition, ce qui permet d'agir mieux et plus vite que n'importe quelle machine.

La photographie réalise d'emblée la peinture en trompe-l'oeil. Il n'y a pas de quoi pavoiser à réussir une image bien nette et bien exposée en prenant tout son temps après avoir planté un trépied. Les qualités de l'objectif ne sont pas celles du regard. Sur le plan expérimental, mieux vaut rater une image que la réussir selon des critères préétablis. Il est nécessaire de capter dans un paysage immobile quelque chose d'impromptu et qui ne provienne pas directement d'une idée picturale.

Le peintre a au moins le mérite de créer la matière du tableau, et son regard est fait d'une succession de coups d'oeil. De plus, la perfection du rendu n'est pas un critère absolu ; un peintre comme Delacroix a pu affirmer – en manière de boutade – que lorsqu'un tableau était tout à fait achevé, il fallait l'abîmer un peu pour le rendre présentable.

Parallèlement, la mise en place apprêtée des éléments dans le champ visuel finit par tuer toute spontanéité en accusant la lourdeur des intentions de l'auteur. (La mise en scène convient mieux au cinéma, parce que la vérité du mouvement apporte une authenticité à l'histoire fictive qu'on nous raconte.) Pour éviter de tomber dans le maniérisme ou dans l'arbitraire, la part de la composition dans le cadre doit préserver un rapport subtil entre la théâtralité de la vie et la solidité de l'architecture.

En définitive, c'est à la danse que s'apparente le plus la photo sur le vif, car elle présente ce même déséquilibre contrôlé, cet exemple de réussite dans l'échec, d'envol dans la pesanteur. La pire chose que l'on puisse dire d'une image fixe, c'est justement qu'elle est figée ; signe qu'elle n'a pas réussi à dépasser son principe de base en restituant l'impression de mouvement.

Un noeud dans le fil du temps

Réaliser des miracles : voilà une ambition à la hauteur du procédé. Car le miracle est le rêve accompli d'un seul coup, par la grâce de l'intuition combinée au génie de l'occasion. C'est en élevant le geste à la difficulté maximale que la photographie parvient à retenir le spectateur, témoin d'une équation heureuse entre l'espace et le temps. La coïncidence de la géométrie et du hasard a quelque chose d'éternel. Au milieu d'une foule d'images dépourvues de tension, ce rendez-vous avec la chance qu'est l'instantané miraculeux nous apporte la saveur particulière du passé, avec la félicité toujours présente d'avoir pu le conserver. Preuve s'il en est d'un premier niveau du temps, celui auquel nous appartenons hors la durée, celui qui nous échappe comme au sablier les grains de sable dont nous pouvons seulement saisir le flux et soupçonner l'existence au point précis où ils passent et aussitôt disparaissent...


Copyright Objectif Numérique 5/03/2001

Lu 5652 fois Dernière modification le mercredi, 28 août 2013 09:10

Ajouter un Commentaire


Navigation Interne

Evènements Photo
Actualités Photo
Salon de la Photo Paris
Foire de Bièvres
Paris Photo
Prendre des photos dans les musées
Prendre des photos dans les chateaux
Journée porte ouverte
Concours Photo Internationaux
Concours Photo France
Concours Photo Studio+
Le reflex numérique
Comprendre le capteur
Capteur FULL FRAME ou APS-C ?
Quel reflex choisir ?
Combien de pixels ?
Entretenir ses objectifs
Nettoyage du capteur
Tests de matériels photo
Zeiss C-Biogon 35mm F2.8 ZM
Micro Nikkor 55mm F2.8 AIS
Nikon D5300
Nikon D610
Le Book Photo Prat Modebook A3+
Les moyens formats numériques
Massicot Pearl Economy
Le nikon D800 36 MP
Trépied MANFROTTO 055CLB + rotule 3D
Imprimante EPSON STYLUS Pro 3880
Les objectifs 35mm pour Leica M
Test EPSON SureColor SC-P800
Télémétrique contre reflex
Tests anciens boitiers numériques
Les objectifs Leica 50mm
Objectifs Jupiter 8 et J3
Test objectifs
Test imprimantes photo
Les papiers Jet d'encre
Comparatif livres photos
Canon 5D Mk 2
Canon EOS 500D
Canon EOS 600D
Nikon 50mm 1.8 G
Objectifs Nikon
Nikon D700
Nikon D5000
Nikon D5100
Leica M8
Essai Leica M9
Leica M9 vs M8
Objectifs Voigtlander Leica
Fuji Finepix X100
Objectif Voigtlander 90 mm
Pentax K-x
Zooms pour APS-C
Canon EF 50mm F1.4 USM
Le Leica 35 mm F2 Asph
Le Canon EOS 5D MkIII
ILFORD Gold Fibre Silk
Harman Gloss Baryta 320 gr
Un fish-eye à petit prix
Dictionnaire Photo
Art photographique
Steve McCurry
Martine Franck (1938-2012)
Développer un style photographique personnel
Reportage : carnet de notes lisbonnaises
Brassaï
Le mouvement surréaliste et la photographie
Anders Petersen
Erwin Blumenfeld
Pete Turner empowered by color
Raymond Depardon
Magnum Photos
Edouart Boubat
Pierre et Gilles : photographie et peinture mélées
Patrick Demarchelier
Robert Doisneau
Manifeste pour une photographie d'Auteur
Comment progresser en photographie
L'art des photographes
L'Art photographique sous l'ère numérique
Portraits en gros plan en noir et blanc
Irving Penn
Dina Belenko
Les trois stades de la photographie
Pourquoi photographier en noir et blanc ?
Anatomie d'une émotion
Citations photographiques
Man Ray
Henri-Cartier Bresson
Le Nu en photographie
JL Sieff
André Kertesz
Bill Brandt
Edward Weston
Richard Avedon
David Hamilton
Ralph Gibson
Sebastiao Salgado
Joseph Koudelka
Sam Haskins
Diane Arbus
Helmut Newton
Willy Ronis
Une bonne photographie
Doubles vies photographiques
Histoire de la photographie
Photographes français...
Iosif Berman (1892- 1941)
Erno Vadas (1899-1962)
Ervin Marton (1912-1968)
René Le Bègue (1857- 1914)
Max Thorek
Alexandru Bellu
Hedy Löffler-Weisselberger
Les Frères Reutlinger
Ghost in Residence
Pierre Mac Orlan
Emil Fisher
Gaspar TOROK
Victor Bolder
Almanach 1959
Rónay Dénes (1875 -1964)
La Sardaigne des photographes
La peinture puis la photographie
Les découvertes Photo
Louis-Amédé Mante
Les femmes photographe
Theodor Glatz
Un maître du tirage N&B
Un chasseur d'images
Photographe ère Ceausescu
Etre Ferré en photographie
1er photographe de guerre
Louis Stettner
K...photographe de plage
Le photographe déchaussé
Sammer Makarius
Chin-San Long
Soumito
Eli lotar (1905-1969)
Janos Reismann
Jean-Baptiste Corot
Débuts en Roumanie
Manuel Opazo
Le baron GROS
Jean Geiser
Emeric Feher
La boite de Larisa
Le Studio Manassé
Madame D'Ora
Monsieur Cercel
E. Stockins(1903-1995)
Zou Bo’qi (1819-1869)
Edouard Bollaert
Anatole Magrin
Le NU en Photographie
André Garban
Domon Ken
Aurel Bauh
Robert Moisy
Willy Otto Zielke
Erna Lendvai
J.G. Courtellemont
Roger Catherineau
Stanislav Erman
Pedro Luis Raota
Thomas Binford
Victor Plumier
Quinto Albicocco
Anton F. Baumann
André Dienes
L.Guermond : Hanasaka
Dorothy Wilding
De Chine soixante après
Rogi André (1905 -1970)
Seymon Fridlyand
Ion Vincent Danu
Wilhem Angerer
Dragos
Ergy Landau
André Steiner
Bazil Roman
Dinu Lazar
Sulina
Photo de plage...
Hanna Forman
Vidéos
Thèmes et techniques
Matériels et logiciels Photo
Photographes, Art Photo
Evènements et expos
Photo argentique
Photo pratique, divers
Arts Plastiques, Culture
Vidéos en anglais
Téléchargements

Rejoignez Studio+

Devenez membre de la communauté :

Communauté Studio+

  • Découvrez l'association
  • Partagez vos photos
  • Trouvez des modèles
  • Rentrez en contact avec des photographes

 

Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

Témoignages

  • Dès les premières minutes, une atmosphère fortement sympathique se fait ressentir.Au fur et à mesure de la matinée des échanges sur nos différentes expériences de la photos s'opère, Rémy notre "maître de conférence" défile le cour, ses conseils s'imprègnent. Après la théorie, place à la pratique.Les clichés se dévoilent dans la lueur des flashs, dans une atmosphère studieuse et décontractée des stagiaires, mettant en application tous les conseils donnés. Une journée fortement agréable. Encore merci pour cette Journée.
    VinceFoto

  • Bonjour,Merci pour le stage, vraiment très bien.J'ai appris énormément. Vous remercierez madame pour le repas.J'espère sincèrement à un autre stage.
    T.R. Photographe (dept 63)

  • Bonjour,Encore merci pour ce stage en tout point exceptionnel sur le plan photographique et gastronomique.À bientôt pour un nouveau stage et bon week-end.
    A.G., photographe à Paris

  • Bonjour,Merci pour la qualité de votre stage. C’était très agréable.Vous trouverez les photos reprises et mises en ligne sur mon blog: http://magamellamoi.over-blog.comCordialement,
    G.T. photographe (93)

  • J'ai chargé les photos de Sonia sur mon ordi et il n'y a vraiment pas grand chose à jeter ! Elle est super ! Merci encore, elle pose en Pro et je n'ai jamais fait d'aussi belle photos ! Comme un Pro ! Merci, Bien à toi et à Marie-Christine.
    D.B. Photographe en Seine et Marne