mercredi, 25 avril 2012 15:38

Ion Vincent Danu

558
com_k2.item
(4 votes, moyenne 5.00 sur 5)
Ion Vincent Danu5.00 sur 50 basé sur 4 votants.


Jean, témoin de la révolution


 

Quand on parle de photographies prises pendant une révolution, selon ses propres connaissances, la diffusion par les médias ou un marketing éditorial, des noms nous arrivent à l’esprit comme Korda qui a accompagné la révolution cubaine et immortalisé le CHE  ou nous revoyons les images et les films réalisés de la révolution mexicaine de 1910, la plupart à la demande des révolutionnaires Pancho Villa et Emiliano Zapata.

De nombreux photographes d’agences sont ainsi mentionnés dans les ouvrages de spécialité.

Il est vrai que ces professionnels sont plus ou moins engagés politiquement ou sont sur les lieux de la révolution parce que leur travail les conduit là, au risque de leur vie comme le regretté Jean- Louis Calderon qui mourra sous les chenilles d’un tank à Bucarest (une rue porte son nom).

C’est un autre cas, lors de la « révolution » roumaine pour laquelle les guillemets sont de rigueur, tant d’acteurs ou témoins sont encore en vie, souvent même empêchant que les livres d’histoires soient complètement écrits.

Jean, traduction française de Ion, est lui témoin, au milieu de ces événements de fin décembre 1989.

Aujourd’hui artiste vivant par choix au Canada, il a bien voulu nous montrer quelque uns de ces clichés sauvés parmi quelques rouleaux de pellicules et de sa plume, direct  en français, nous en révéler les circonstances.

ATTENTION. Ses images et ses écrits sont terribles.


« Les révolutions ne sont pas des choses qu’on oublie facilement.

C’est rarement que ça arrive plus d’une fois dans une vie. Donc, oui, je me rappelle…

Je me rappelle les morts, bien sûr, les salves de Kalachnikov (on a eu même le « privilège » d’entendre des grosses mitrailleuses de compagne et quelques coup de bazooka, en plein milieu de la ville), je me rappelle l’angoisse, la peur, la confusion… Mais, aussi, la révolte, la solidarité, l’espérance.

Des jours bizarres, ces jours de décembre 1989.

Sans neige (elle est tombée seulement le 26 ou 27 décembre quand les Ceausescu étaient morts, cribles de balles, et la silence, un semblant de normalité, est revenu sur Sibiu), trop chauds, ces jours quand tout – le meilleur et le pire – étaient possible.

Des jours quand n’importe qui aurait pu faire n’importe quoi.

Quand les armes (des pistolets Carpatzi jusqu’au Kalachnikovs) étaient distribués par l’armée à quiconque montrait – ou non - une pièce d’identité –s’ils avaient une gueule de révolutionnaire…).

Les appels à la population pour retourner les armes ont été présents dans les mass media longtemps après…

Et moi, professeur de village, père de trois petits enfants, assez téméraire (=stupide) pour sortir avec ma caméra est-allemande Praktica B (ma plus précieuse possession dans le temps) chargé de film hongrois Forte de 18 DIN…

Pour photographier les événements, pour « témoigner de mon véçu » comme disait un personnage de Malraux… J’ai eu de la chance. J’ai survécu.

Pas comme le petit de 4-5 ans qui a pris une balle dans la tête et une dans le ventre (et que j’ai photographié à la morgue, tout seul sur une grande table couverte de blanc, à part des cadavres des miliciens et soldats de la sécurité et des malchanceux passants qui gisaient dans la cours, nus, la plupart, et dont une foule furieuse, beaucoup de gitans, « corturari » les conspue par-dessous le grillage…

Le garçonnet, lui, avait été la victime, avec sa mère enceinte) d’une fusillade déclenchée par la faute de son maudit de père qui a essayé, stupidement, de forcer un barrage de l’armée et des révolutionnaires avec sa voiture… et puis s’est enfui comme un lâche, laissant fils mort et femme enceinte blessée… Quel salaud !

J’ai eu la chance unique de photographier la première place de concentration des prisonniers, « des terroristes » (la plupart des miliciens ou de membres de la Sécurité d’État mais aussi des suspects, des voleurs, de gens interpellés par les patrouilles mixtes).

Même si la lumière était mauvaise et mon film de la plus basse sensibilité, j’ai réussi quelques clichés qui montrent  sans complaisance que les élèves officiers  n’ont pas été « tendres » avec les prisonniers…

La confusion, les rumeurs sur les terroristes (le seul que j’ai vu c’est celui tiré par les cheveux pour être montré à la foule dans un de mes photos) y contribuait beaucoup.

Sibiu, la deuxième ville, après Timisoara, ou la révolution a commencé (le 21 décembre, avant les manifestations qui ont eu lieu le 22 à Bucarest) n’est pas toujours mentionné à la place qu’elle mérite, même si les « luttes » ont duré le plus et même si pas mal de 99 morts et plus de 300 blessé ont été enregistrés.

Les mystères restent encore des mystères.

Mais ceux qui ont vécu ces jours de braise et d’espérance ne risquent pas trop de les oublier.

J’espère que mes photos y contribuent et que j’ai témoigne, moi aussi, de mon vécu. Ion Vincent Danu »



Le sujet Photographie nous intéresse même si cette fois ci, nous ne parlons pas de glamour, d’essais photographiques, d’instantanés à la HCB ou de Paris vu par Brassai etc... mais l’histoire de la photographie c’est aussi cela :

Alors ces photos prises au milieu de l’événement ne sont pas sans me rappeler certaines de Gilles Caron dans l’Irlande de 1969 ou de Josef Koudelka à Prague en 1968.

Ion (Jean) n’était pas seul comme photographe non professionnel dans les rues de Sibiu, ville martyre mais son témoignage est au niveau d’autres témoins, professionnels eux ,comme  Kester Eddy , l’homme au bonnet noir, aujourd’hui freelance reporter pour The Guardian et The Economist, vivant à Budapest.

Quelques albums avec des images d’anonymes dans le pays (rappelons nous aussi Timisoara si présent dans la actualité TV française de l’époque. Information Manipulation Désinformation -) ont été édités dans les années qui suivront ces tragiques moments de l’histoire de la Roumanie contemporaine, comme ce recueil documents. Dosare ale Revolutiei.

 

La page de garde de ce livre mentionne les noms de différents photographes témoins de ces événements dont Dan Iordache, l’artiste Danu de cette causerie. (Deux images page de gauche lui appartiennent)

Et aussi le livre en francais, Libertate Roumanie" par Denoel Paris (ISBN 2-207-23695-1).

Des scènes d’horreur, un livre à ne pas mettre en toutes les mains. Les photographes laissèrent leurs droits d’auteur, en mémoire à Jean-Louis Calderon.

Où, ce livre, La révolution roumaine vue par les journalistes américains et anglais :


Pour terminer cette causerie, une image de la plaque du souvenir fixée sur la grande Place de Sibiu,  là ou tant de sang sera versé pour une « révolution »…..qui, restera peut- être, dans les livres d’histoire comme une « révolution » ?.

En souvenir de ceux tombés en décembre 1989 pour la liberté et la vérité :


Merci à Ion Vincent Danu

 


Copyright images et texte. ION VINCENT DANU Sherbrooke Canada


 Nb : Vous retrouvez  Jean, photographe, peintre sur :

 

 

 

Lu 2716 fois Dernière modification le mercredi, 05 juin 2013 07:44

Ajouter un Commentaire


Navigation Interne

Evènements Photo
Actualités Photo
Salon de la Photo Paris
Foire de Bièvres
Paris Photo
Prendre des photos dans les musées
Prendre des photos dans les chateaux
Journée porte ouverte
Concours Photo Internationaux
Concours Photo France
Concours Photo Studio+
Le reflex numérique
Comprendre le capteur
Capteur FULL FRAME ou APS-C ?
Quel reflex choisir ?
Combien de pixels ?
Entretenir ses objectifs
Nettoyage du capteur
Tests de matériels photo
Zeiss C-Biogon 35mm F2.8 ZM
Micro Nikkor 55mm F2.8 AIS
Nikon D5300
Nikon D610
Le Book Photo Prat Modebook A3+
Les moyens formats numériques
Massicot Pearl Economy
Le nikon D800 36 MP
Trépied MANFROTTO 055CLB + rotule 3D
Imprimante EPSON STYLUS Pro 3880
Les objectifs 35mm pour Leica M
Test EPSON SureColor SC-P800
Télémétrique contre reflex
Tests anciens boitiers numériques
Les objectifs Leica 50mm
Objectifs Jupiter 8 et J3
Test objectifs
Test imprimantes photo
Les papiers Jet d'encre
Comparatif livres photos
Canon 5D Mk 2
Canon EOS 500D
Canon EOS 600D
Nikon 50mm 1.8 G
Objectifs Nikon
Nikon D700
Nikon D5000
Nikon D5100
Leica M8
Essai Leica M9
Leica M9 vs M8
Objectifs Voigtlander Leica
Fuji Finepix X100
Objectif Voigtlander 90 mm
Pentax K-x
Zooms pour APS-C
Canon EF 50mm F1.4 USM
Le Leica 35 mm F2 Asph
Le Canon EOS 5D MkIII
ILFORD Gold Fibre Silk
Harman Gloss Baryta 320 gr
Un fish-eye à petit prix
Dictionnaire Photo
Art photographique
Steve McCurry
Martine Franck (1938-2012)
Développer un style photographique personnel
Reportage : carnet de notes lisbonnaises
Brassaï
Le mouvement surréaliste et la photographie
Anders Petersen
Erwin Blumenfeld
Pete Turner empowered by color
Raymond Depardon
Magnum Photos
Edouart Boubat
Pierre et Gilles : photographie et peinture mélées
Patrick Demarchelier
Robert Doisneau
Manifeste pour une photographie d'Auteur
Comment progresser en photographie
L'art des photographes
L'Art photographique sous l'ère numérique
Portraits en gros plan en noir et blanc
Irving Penn
Dina Belenko
Les trois stades de la photographie
Pourquoi photographier en noir et blanc ?
Anatomie d'une émotion
Citations photographiques
Man Ray
Henri-Cartier Bresson
Le Nu en photographie
JL Sieff
André Kertesz
Bill Brandt
Edward Weston
Richard Avedon
David Hamilton
Ralph Gibson
Sebastiao Salgado
Joseph Koudelka
Sam Haskins
Diane Arbus
Helmut Newton
Willy Ronis
Une bonne photographie
Doubles vies photographiques
Histoire de la photographie
Photographes français...
Iosif Berman (1892- 1941)
Erno Vadas (1899-1962)
Ervin Marton (1912-1968)
René Le Bègue (1857- 1914)
Max Thorek
Alexandru Bellu
Hedy Löffler-Weisselberger
Les Frères Reutlinger
Ghost in Residence
Pierre Mac Orlan
Emil Fisher
Gaspar TOROK
Victor Bolder
Almanach 1959
Rónay Dénes (1875 -1964)
La Sardaigne des photographes
La peinture puis la photographie
Les découvertes Photo
Louis-Amédé Mante
Les femmes photographe
Theodor Glatz
Un maître du tirage N&B
Un chasseur d'images
Photographe ère Ceausescu
Etre Ferré en photographie
1er photographe de guerre
Louis Stettner
K...photographe de plage
Le photographe déchaussé
Sammer Makarius
Chin-San Long
Soumito
Eli lotar (1905-1969)
Janos Reismann
Jean-Baptiste Corot
Débuts en Roumanie
Manuel Opazo
Le baron GROS
Jean Geiser
Emeric Feher
La boite de Larisa
Le Studio Manassé
Madame D'Ora
Monsieur Cercel
E. Stockins(1903-1995)
Zou Bo’qi (1819-1869)
Edouard Bollaert
Anatole Magrin
Le NU en Photographie
André Garban
Domon Ken
Aurel Bauh
Robert Moisy
Willy Otto Zielke
Erna Lendvai
J.G. Courtellemont
Roger Catherineau
Stanislav Erman
Pedro Luis Raota
Thomas Binford
Victor Plumier
Quinto Albicocco
Anton F. Baumann
André Dienes
L.Guermond : Hanasaka
Dorothy Wilding
De Chine soixante après
Rogi André (1905 -1970)
Seymon Fridlyand
Ion Vincent Danu
Wilhem Angerer
Dragos
Ergy Landau
André Steiner
Bazil Roman
Dinu Lazar
Sulina
Photo de plage...
Hanna Forman
Vidéos
Thèmes et techniques
Matériels et logiciels Photo
Photographes, Art Photo
Evènements et expos
Photo argentique
Photo pratique, divers
Arts Plastiques, Culture
Vidéos en anglais
Téléchargements

Rejoignez Studio+

Devenez membre de la communauté :

Communauté Studio+

  • Découvrez l'association
  • Partagez vos photos
  • Trouvez des modèles
  • Rentrez en contact avec des photographes

 

Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

Témoignages

  • Dès les premières minutes, une atmosphère fortement sympathique se fait ressentir.Au fur et à mesure de la matinée des échanges sur nos différentes expériences de la photos s'opère, Rémy notre "maître de conférence" défile le cour, ses conseils s'imprègnent. Après la théorie, place à la pratique.Les clichés se dévoilent dans la lueur des flashs, dans une atmosphère studieuse et décontractée des stagiaires, mettant en application tous les conseils donnés. Une journée fortement agréable. Encore merci pour cette Journée.
    VinceFoto

  • Bonjour,Merci pour le stage, vraiment très bien.J'ai appris énormément. Vous remercierez madame pour le repas.J'espère sincèrement à un autre stage.
    T.R. Photographe (dept 63)

  • Bonjour,Encore merci pour ce stage en tout point exceptionnel sur le plan photographique et gastronomique.À bientôt pour un nouveau stage et bon week-end.
    A.G., photographe à Paris

  • Bonjour,Merci pour la qualité de votre stage. C’était très agréable.Vous trouverez les photos reprises et mises en ligne sur mon blog: http://magamellamoi.over-blog.comCordialement,
    G.T. photographe (93)

  • J'ai chargé les photos de Sonia sur mon ordi et il n'y a vraiment pas grand chose à jeter ! Elle est super ! Merci encore, elle pose en Pro et je n'ai jamais fait d'aussi belle photos ! Comme un Pro ! Merci, Bien à toi et à Marie-Christine.
    D.B. Photographe en Seine et Marne