mardi, 22 janvier 2013 13:20

Les photographes français oubliés...au Mexique !

Écrit par 
632
com_k2.item
(0 votes, moyenne 0 sur 5)
Les photographes français oubliés...au Mexique !0 sur 50 basé sur 0 votants.


Imaginez le vapeur Ferdinand qui fait la liaison Le Havre- Veracruz entrant au port ce 12 avril 1844 apportant avec lui du matériel de daguerréotypie  venant de Paris à destination de Mexico .

Un dénommé Ancel est là , sur le quai , pour recevoir la marchandise.

(Une interrogation : des historiens semblent parler de premiers daguerréotypes au Mexique dès 1840 et d’autres en 1847 ?  ) Je pencherai pour 1840… !

Quelques 20 ans plus tard, le 29 mai 1864, un empereur au nom de Maximilien de Habsbourg et son épouse Charlotte de Belgique poseront eux aussi le pied  sur ce même quai, pour une « aventure » politique qui les dépassera.

En deux mots, rappelons nous des fonds empruntés par le Mexique à la France, fonds non remboursés qui serviront de prétexte à Napoléon III, sous influence en autre  de l’affairiste le comte de Morny et de sa propre épouse, Eugénie de Montijo qui voudront faire de cette terre chaude et lointaine, comme une prolongation d’un empire français catholique, aussi pour contrer un autre empire venu du nord ! 

En y mettant des hommes à lui, ce Maximilien 1er.Un peu comme en Roumanie !

Tout ne sera pas faux dans cette vision…. Mais le Mexique a sa propre histoire  et son identité à affirmer.

Le désastre  de  ces années 1862 à 1867 pour Napoléon III est retentissant.

Alors me direz vous, les photographes français ?

Ils ne sont  pas peu et je vais essayer, sans vouloir en faire une étude  exhaustive, seulement faire comme un petit voyage dans le temps avec leurs présences et  leurs travaux photographiques.

En tout bien tout honneur, il faudra commencer par :


Désiré Charnay (1828 - 1915)

Quel personnage que  ce Désiré !

On le trouve en 1850 comme professeur de français à la Nouvelle Orléans, lisant une livre récent  sur le Yucatan. Ce livre  l’impressionne. ?

Il me semble qu’il faut peut être chercher aussi une relation possible, un croisement de route possible avec un certain Benito Juarez, en exil entre 1853 et 1855 et logé par une charmante française madame Deubard,  surtout un  futur homme d’état clef  dans l’histoire mexicaine puisqu’il sera  président de ce pays  et que les français  auront à faire à lui ….!

Notre Désiré Charnay arrive en 1857 à Veracruz en pleine guerre civile , s’installera à Mexico et Oaxaca d’ou il partira en expédition , avec la bénédiction du ministère français de l’instruction publique , vers le Castillo à Chichen Itza et vers le palais  des nonnes a Uxmal … etc .

Ses images sont au musée du quai Branly à Paris

13 fevrier 2007 : on le re- découvre
Quay branly, sur les traces d’un pionnier-Le Figaro
Charnay , tintin chez les Mayas - Le monde

Voila donc après des aventures rocambolesques  comme la rencontre d’un jaguar sous la tente, le travail harassant  par plusieurs natifs pour défricher et faire surgir une civilisation oubliée, des kilogrammes de plaques et produits portés à dos d’homme, dans une chaleur moite qui vous laisseraient des champignons dans le corps comme dans les solutions……

Avec un dénommé Julio Michaud (nom modifie ?), un Album  fotografico mexicano est tiré en 1860.

Est-ce le même qui sera publié en France ? Album, ruines et citées américaines 1862.

Cet album préfacé par Viollet le Duc lui confère, à juste titre, le rôle de premier photographe officiel des ruines mexicaines.

Un de ces albums sera offert à l’empereur Napoléon III, personnage qui est « déjà à l’honneur » dans cette causerie… 




TITLE:      Palace of the Nuns, Chichen-Itza
ARTIST:      Désiré Charnay (
WORK DATE:      1859
Trouvé sur le marché de l’art



Amiel Jules ou Julio Amiel

Ce Julio Amiel est- il français, est- il belge ?

Il semble avoir laissé son  studio , qu’il exploite depuis 1860  rue San Francisco .Mexico , à François Aubert en 1865 après  lui  avoir enseigné la technique du collodion humide ?

On perd sa trace pour le voir réapparaître dans les années 1880 à Orizaba…



François Aubert  (1829- 1906)

Sans doute, le photographe qui va marquer son temps et pour quelles images !


6 7/8" x 7 1/4" albumen print by François Aubert, ca. 1863 - 1867,
on a board mount with Aubert's Mexico stamp on the mount recto.
Aubert was a French photographer who established a studio in Mexico in 1864,
and became a favored photographer for Emperor Maximilian until the Emperor's execution in 1867.


Bien que non autorisé à photographier l’exécution de l’empereur Maximilien le 16 janvier 1867, son sens des affaires le pousse à faire une mise en scène, avant  et après, vendant ses plaques et ses droits à la firme Peraire .

Un autre français au nom de Merille aurait-il  photographié les instants dramatiques ?

Aussi  les studios Disderi et Mayer-Pierson auraient acheté ses droits.

Ce François  Aubert avait su se placer comme photographe de la cour de Maximilien et les généraux français, la bourgeoisie de la ville vont défiler devant son objectif. Comme un reporter avisé ?

Ces photos de l’escadron, les corps des malheureux, l’empereur et deux généraux et même de la chemise de Maximilien, font faire le tour du monde.

Les journaux de l’époque relateront à tort ou à raison  les avis de médecins et d’hommes politiques intéressés  par …..le coup de grâce.

La mort de cet homme, sonnera la fin d’une « aventure » politique que Napoléon III aurait du savoir éviter.

 
 
   Francois Aubert
Title    L'empereur Maximilien embaumé dans son cercueil à Querétaro (Mexique), juin (for postcard) (6 works on 1 sheet)
Medium    albumen print from collodion negative
Year of Work    1867
Size    Height 8.9 in.; Width 7.6 in. / Height 22.7 cm.; Width 19.4 cm.
www.artnet.com/artists/francois-aubert/past-auction-results


François Aubert ira s’installer en Algérie, quittant définitivement le Mexique en 1867



Auguste Peraire

Cet Auguste/Agustin Peraire  est- il le même qui acheté les droits sur les photographie de l’exécution ?

Il est intéressant de se rappeler que ce photographe a pris une image totalement politique en 1865, à savoir Maximilien 1er et son épouse Charlotte agenouillés devant une image de la vierge de la Guadelupe, afin de montrer que ces gouvernants venus d’Europe défendent les valeurs mexicaines , qu ils sont en passe de se mexicaniser…… !

Maximiliano I y Carlota. Fototeca del Instituto Nacional de Antropología e Historia (INAH)
http://www.tau.ac.il/eial/IX_1/arnal.html

le travail du studio est de même type que celui que l’on trouve dans toutes les capitales ou grande ville du monde.

La carte de visite  mise au point par Disderi fait fureur  auprès de la bourgeoisie et la fortune des bons ateliers…..



Louis Falconnet

Une mention spéciale serait à accorder à cet officier qui en dehors de ses obligation militaires compilera un album de dessins, de photographies, cartes de visites faits par lui-même ou par d’autres en allant au devant du peuple mexicain.
 

 Louis Falconnet, French soldiers in Alameda Park, Mexico City, Watercolor, 1864-1867
L’album porte le tire de Mexique 1865 et se trouve sur le marché de la photographie.

 

Andre-Toussaint Petijean

Lui aussi, officier du corps expéditionnaire français, il se pique de photographie et de peinture, surtout de paysages comme ses vues de Mazatlan
Tout comme Falconnet, on retrouve son travail sur le marché de la photographie.

  


  Je pourrai aussi citer des Prévôt, Augustin le Plongeon(1825-1908), Auguste Genin(1862-1931), Abel Briquet et bien d’autres qui ont parcouru ce pays lointain auquel certainement ils seront attachés toute leur vie et pas seulement par la photographie.



Pour terminer cette causerie, qui aura ses manques que des amis mexicains pourront combler à leur aise, je voudrais terminer par une image de ma collection, bouclant la boucle.

Le président Benito Juarez, cet homme d’état si important dans l’histoire du Mexique et qui sera celui qui finira les  "rêves" d’un Napoléon III en fin de règne, sera photographié par Alphonse Liebert de Paris !

Coll Ellge


Le photographe Liebert est un photographe aux multiples facettes qui passera des années aux Usa ,(Nevada ca 1860) qui améliorera les procédés (photographie au charbon,éclairage électrique dans le studio…), qui aura des problèmes avec la justice française pour la publication d’une image de Dumas Père avec son amante et aussi sera condamné à 2 mois de prison et 200 francs d’amendes pour avoir distribué post- mortem des images de l’exécution de Maximilien  mais surtout qui sera un témoin courageux des événements de la Commune(à l’instar d’autres noms connus de la photographie parisienne mais cela est un autre sujet de causerie…)

Et là, une petite énigme surgit. !

Le président Benito Juarez, malgré ses contacts épistolaires avec Victor Hugo notamment, n’a jamais mis le pied dans la « ville lumière ».

Qui aura vendu le cliché à Liebert ?

Ce dernier aura t-il re-photographié l’image de l’homme d’état prise au Mexique et par quel photographe ?

Quel en était le but ? Discréditer Napoléon III, en faisant circuler l’image de son adversaire, sous forme si exploitable de la Carte de visite ?

Ironie de l’histoire. Cette même carte de visite est scannée, reproduite, vendue, conservée dans les bibliothèques etc.… mais nous ne sommes pas à l’ère d’internet et déjà , les photographies appartiennent  à tout le monde !

Une conclusion qui ne m’appartient pas mais que je partage.

 

Le duc de Morny, par Pierson


 


 
Photo- carte postale anonyme. Los rurales, gendarmes  mis en place à l’initiative de Benito Juarez.


André Rouille  le 16 octobre 1989 écrit dans le Figaro, un article court mais qui résume tout :

A la découverte du monde
Dès 1839, des amateurs partent photographier l’Egypte., la chine ou le Mexique.


Nb : Merci à Sr Hector Alejandro Gonzalez



Lectures et références :

Lu 4377 fois Dernière modification le vendredi, 28 juin 2013 16:45
Rémy Gautard

Passionné par la photographie argentique & numérique et pratiquant la photo depuis maintenant plus de 30 ans, j'organise avec Studio-plus.fr des stages d'initiation pour débutants jusqu'aux plus expérimentés. Retrouvez-moi sur Google+

Découvrez les prochains stages

Site internet : www.remy-gautard.book.fr E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ajouter un Commentaire


Navigation Interne

Evènements Photo
Actualités Photo
Salon de la Photo Paris
Foire de Bièvres
Paris Photo
Prendre des photos dans les musées
Prendre des photos dans les chateaux
Journée porte ouverte
Concours Photo Internationaux
Concours Photo France
Concours Photo Studio+
Le reflex numérique
Comprendre le capteur
Capteur FULL FRAME ou APS-C ?
Quel reflex choisir ?
Combien de pixels ?
Entretenir ses objectifs
Nettoyage du capteur
Tests de matériels photo
Zeiss C-Biogon 35mm F2.8 ZM
Micro Nikkor 55mm F2.8 AIS
Nikon D5300
Nikon D610
Le Book Photo Prat Modebook A3+
Les moyens formats numériques
Massicot Pearl Economy
Le nikon D800 36 MP
Trépied MANFROTTO 055CLB + rotule 3D
Imprimante EPSON STYLUS Pro 3880
Les objectifs 35mm pour Leica M
Test EPSON SureColor SC-P800
Télémétrique contre reflex
Tests anciens boitiers numériques
Les objectifs Leica 50mm
Objectifs Jupiter 8 et J3
Test objectifs
Test imprimantes photo
Les papiers Jet d'encre
Comparatif livres photos
Canon 5D Mk 2
Canon EOS 500D
Canon EOS 600D
Nikon 50mm 1.8 G
Objectifs Nikon
Nikon D700
Nikon D5000
Nikon D5100
Leica M8
Essai Leica M9
Leica M9 vs M8
Objectifs Voigtlander Leica
Fuji Finepix X100
Objectif Voigtlander 90 mm
Pentax K-x
Zooms pour APS-C
Canon EF 50mm F1.4 USM
Le Leica 35 mm F2 Asph
Le Canon EOS 5D MkIII
ILFORD Gold Fibre Silk
Harman Gloss Baryta 320 gr
Un fish-eye à petit prix
Dictionnaire Photo
Art photographique
Steve McCurry
Martine Franck (1938-2012)
Développer un style photographique personnel
Reportage : carnet de notes lisbonnaises
Brassaï
Le mouvement surréaliste et la photographie
Anders Petersen
Erwin Blumenfeld
Pete Turner empowered by color
Raymond Depardon
Magnum Photos
Edouart Boubat
Pierre et Gilles : photographie et peinture mélées
Patrick Demarchelier
Robert Doisneau
Manifeste pour une photographie d'Auteur
Comment progresser en photographie
L'art des photographes
L'Art photographique sous l'ère numérique
Portraits en gros plan en noir et blanc
Irving Penn
Dina Belenko
Les trois stades de la photographie
Pourquoi photographier en noir et blanc ?
Anatomie d'une émotion
Citations photographiques
Man Ray
Henri-Cartier Bresson
Le Nu en photographie
JL Sieff
André Kertesz
Bill Brandt
Edward Weston
Richard Avedon
David Hamilton
Ralph Gibson
Sebastiao Salgado
Joseph Koudelka
Sam Haskins
Diane Arbus
Helmut Newton
Willy Ronis
Une bonne photographie
Doubles vies photographiques
Histoire de la photographie
Photographes français...
Iosif Berman (1892- 1941)
Erno Vadas (1899-1962)
Ervin Marton (1912-1968)
René Le Bègue (1857- 1914)
Max Thorek
Alexandru Bellu
Hedy Löffler-Weisselberger
Les Frères Reutlinger
Ghost in Residence
Pierre Mac Orlan
Emil Fisher
Gaspar TOROK
Victor Bolder
Almanach 1959
Rónay Dénes (1875 -1964)
La Sardaigne des photographes
La peinture puis la photographie
Les découvertes Photo
Louis-Amédé Mante
Les femmes photographe
Theodor Glatz
Un maître du tirage N&B
Un chasseur d'images
Photographe ère Ceausescu
Etre Ferré en photographie
1er photographe de guerre
Louis Stettner
K...photographe de plage
Le photographe déchaussé
Sammer Makarius
Chin-San Long
Soumito
Eli lotar (1905-1969)
Janos Reismann
Jean-Baptiste Corot
Débuts en Roumanie
Manuel Opazo
Le baron GROS
Jean Geiser
Emeric Feher
La boite de Larisa
Le Studio Manassé
Madame D'Ora
Monsieur Cercel
E. Stockins(1903-1995)
Zou Bo’qi (1819-1869)
Edouard Bollaert
Anatole Magrin
Le NU en Photographie
André Garban
Domon Ken
Aurel Bauh
Robert Moisy
Willy Otto Zielke
Erna Lendvai
J.G. Courtellemont
Roger Catherineau
Stanislav Erman
Pedro Luis Raota
Thomas Binford
Victor Plumier
Quinto Albicocco
Anton F. Baumann
André Dienes
L.Guermond : Hanasaka
Dorothy Wilding
De Chine soixante après
Rogi André (1905 -1970)
Seymon Fridlyand
Ion Vincent Danu
Wilhem Angerer
Dragos
Ergy Landau
André Steiner
Bazil Roman
Dinu Lazar
Sulina
Photo de plage...
Hanna Forman
Vidéos
Thèmes et techniques
Matériels et logiciels Photo
Photographes, Art Photo
Evènements et expos
Photo argentique
Photo pratique, divers
Arts Plastiques, Culture
Vidéos en anglais
Téléchargements

Rejoignez Studio+

Devenez membre de la communauté :

Communauté Studio+

  • Découvrez l'association
  • Partagez vos photos
  • Trouvez des modèles
  • Rentrez en contact avec des photographes

 

Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

Témoignages

  • Dès les premières minutes, une atmosphère fortement sympathique se fait ressentir.Au fur et à mesure de la matinée des échanges sur nos différentes expériences de la photos s'opère, Rémy notre "maître de conférence" défile le cour, ses conseils s'imprègnent. Après la théorie, place à la pratique.Les clichés se dévoilent dans la lueur des flashs, dans une atmosphère studieuse et décontractée des stagiaires, mettant en application tous les conseils donnés. Une journée fortement agréable. Encore merci pour cette Journée.
    VinceFoto

  • Bonjour,Merci pour le stage, vraiment très bien.J'ai appris énormément. Vous remercierez madame pour le repas.J'espère sincèrement à un autre stage.
    T.R. Photographe (dept 63)

  • Bonjour,Encore merci pour ce stage en tout point exceptionnel sur le plan photographique et gastronomique.À bientôt pour un nouveau stage et bon week-end.
    A.G., photographe à Paris

  • Bonjour,Merci pour la qualité de votre stage. C’était très agréable.Vous trouverez les photos reprises et mises en ligne sur mon blog: http://magamellamoi.over-blog.comCordialement,
    G.T. photographe (93)

  • J'ai chargé les photos de Sonia sur mon ordi et il n'y a vraiment pas grand chose à jeter ! Elle est super ! Merci encore, elle pose en Pro et je n'ai jamais fait d'aussi belle photos ! Comme un Pro ! Merci, Bien à toi et à Marie-Christine.
    D.B. Photographe en Seine et Marne