Prochains stages photo et ateliers : Consulter la liste des stages

La nature morte

208
com_k2.item
(10 votes, moyenne 4.80 sur 5)
La nature morte4.80 sur 50 basé sur 10 votants.


Un genre particulièrement vénérable

Depuis des siècles, pour la plus grande satisfaction de leurs commanditaires, les artistes ont créé des images presque palpables de coupes de fruits, de tables chargées d'assortiments de gibiers et autres agréments de la civilisation.

Même lorsque, au début du XXe siècle, la peinture s'est tournée audacieusement vers les représentations abstraites, la nature morte — les compositions de fruits de Paul Cézanne, les guitares cubistes de Georges Braque, par exemple — n'a pas pour autant cessé d'être un mode d'expression artistique toujours en faveur.

Des sujets d'une grande variété

Comme on pouvait logiquement s'y attendre, les premières incursions de la photographie dans ce domaine ont suivi les mêmes tendances que la peinture et les photographes ont choisi les mêmes sujets et cherché à représenter les mêmes notions de plaisir et de confort.

De nos jours les photographes de natures mortes sont devenus leurs propres maîtres, leurs réalisations aux facettes si diverses constituent désormais un rouage essentiel du commerce.

Il nous suffit d'ouvrir un catalogue, un livre de cuisine, un simple traité d'électronique pour découvrir de talentueux travaux photographiques, dus à ces spécialistes de la nature morte.

Ce tube de rouge à lèvres d'une luxuriante richesse, ce luxueux aménagement intérieur d'une voiture, ce plat de bouillie de farine aux fruits, autant de preuves de la direction vers laquelle tend cet art.

C'est par milliers que les photographes gagnent leur vie en présentant des produits sous leur meilleur jour et en excitant l'appétit de l'éventuel consommateur.

Dans une large mesure, notre économie dépend des petites touches que le photographe apporte, par exemple en accusant d'une façon artistique la buée qui perle sur une bouteille fraîche de soda ou la brillance des chromes d'une automobile.

Les grands thèmes de la photographie

Les photogra­phies de natures mortes ne sont pas exclusivement commerciales

Fascinés par les jeux des ombres et de la lumière, par d'harmonieux équilibres de formes et de volumes, les photographes s'intéressent aussi aux natures mortes pour des raisons purement esthétiques.

La traditionnelle célébration de la nature morte demeure encore très vivante et, de surcroît, les photographes actuels ont beaucoup élargi la gamme des sujets.

Des objets, dont seules quelques rares personnes décèlent la beauté, leur fournissent matière à exécuter de véritables œuvres d'art.

Toutes les bonnes natures mortes ont un point commun : elles exigent une laborieuse attention et beaucoup de minutie dans le détail.

 

Edward Steichen, un des plus grands photographes de nature morte

Il s'est consacré à la préparation de compositions de pommes et de poires.

La préoccupation majeure de Steichen était de trouver des moyens d'inclure dans ses photographies les notions de volume, d'échelle et de poids.

Pour exécuter celle-ci, il fit appel à une technique extrêmement fastidieuse.

Ayant décidé qu'un éclairage diffus était particulièrement indiqué dans ce cas-là, il disposa les fruits et son appareil photographique sous une tente constituée par une épaisse couverture et, par un orifice gros comme une petite pièce de monnaie, il laissa filtrer un peu de lumière à l'intérieur de la tente, de telle sorte qu'elle soit réfléchie par une des parois.

Sur l'appareil photographique, il plaça un diaphragme de sa fabrication dont le diamètre était si faible qu'il correspon­dait, selon lui, à une ouverture de f/128. Il réalisa ainsi une série de photographies avec des durées d'exposition variant de 6 à 36 heures.

Ed. Steichen 1921
Edward Steichen

« Les plus longues expositions durèrent plus de deux jours et une nuit, et ce fait », nota-t-il par la suite, « engendra, en raison de la fraîcheur nocturne, une succession de contractions et de dilatations de l'ensemble que constituaient l'appareil photographique et le sujet. De ce mouvement infinitésimal résulta une suite d'images d'une grande netteté mais légèrement différentes, confon­dues en une seule pour l'œil. Pour la première fois dans une photographie, j'eus ainsi la possibilité de saisir les notions de volume et de forme ».

Une telle somme d'efforts n'est nullement exceptionnelle.

Ainsi, les explica­tions que nous donne Steichen ne traitent qu'un des multiples facteurs dont il y a lieu de tenir compte pour créer et réussir des natures mortes de qualité.

 

Le photographe de natures mortes face à ses choix

Quel que soit le sujet — qu'il s'agisse d'une simple pomme ou d'une composition complexe d'ustensiles —, le photographe se trouve confronté à un certain nombre d'options concernant l'angle de prise de vue, la distance, l'éclairage, le fond, etc.

Il lui faut décider s'il est souhaitable de mettre l'accent sur le volume, la forme ou la texture du sujet.

A l'avance, il doit savoir comment l'œil prospectera la photographie définitive et si cette inspection s'effectuera d'une façon linéaire, en zigzag, en spirale ou encore par bonds désordonnés.

Il lui est indispensable de savoir comment disposer les éléments de l'image, pour que l'ensemble dégage une impression de tension ou, au contraire, de quiétude.

Il doit imaginer les différents équilibres qu'il peut créer en jouant sur les zones d'ombre et de lumière; et, s'il utilise de la couleur, tenir compte de son influence spécifique sur le mouvement, le rythme et le contraste.

Quant aux choix possibles pour le spécialiste de la nature morte, il n'existe ni règles absolues, ni moyens de prendre des décisions hâtives.

On peut, à partir d'un même sujet, obtenir des photos aussi excellentes les unes que les autres, en adoptant des dispositions très diverses : équilibre ou désordre de la composition, caractère général de tension ou de tranquillité, sujet massif ou, au contraire, très détaillé du point de vue de la texture, éclairage diffus ou accusé.

L'angle de prise de vue, l'éclairage, la composition influent sur les qualités d'une photo pour qui la regarde.

Il incombe au photographe de décider quelle est la meilleure approche, compte tenu du but vers lequel il tend.

Le véritable défi que constitue la photographie de nature morte fait de ce grand thème une riche source d'inspiration artistique . 

 

Voir la galerie du photographe Chema Madoz

Les natures mortes et les photographies d'objets exigent attention et minutie dans le détail !

Forum nature morte en grand format

Les stages photo de natures mortes

 

Lu 6577 fois

Ajouter un Commentaire


Navigation Interne

Prise de vue en studio
Autorisation modèle
La lampe pilote des flashs de studio
Le bol asymétrique
Le Snoot
Comment diriger un modèle
Les volets ou coupe-flux
Le support de fonds motorisé Walimex
Shooting en studio : 14 conseils pratiques
Pour un éclairage en "source unique" de lumière
L'éclairage du fond noir
La prise de vue en studio en argentique
La prise de vue avec trépied
Plans d'éclairage : 5 configurations
Pourquoi les modèles ne sourient pas...
Faut-il s'inspirer de photos (ou peintures) ?
Créer un mini studio photo chez soi pour le portrait
Gestion des éclairages
Le Clair-obscur
Les flashs AURORA
90 pauses modèles
Spot optique et Gobos
Le High Key
Où trouver un modèle ?
Assortir les couleurs
Flashs vs lumière continue
Test flashs de studio
Quelle focale en studio ?
La boite à lumière
Le Bol Beauté
Kit Flashs Elinchrome Dlite
Logiciel plan d'éclairage
Les fonds Studio
Elinchrome Skyport
Le portrait
Les flashs COBRA
Devenir Photographe, témoignage
Photo numérique
La photographie notions pour les débutants
Quel espace couleur sRVB vs Adobe RVB
Un Pare-Soleil - Est-ce vraiment utile
Le filtre polarisant
Quel écran d'ordinateur choisir ?
La photo panoramique
Le hors-cadre
Réalisez vos encadrements photos formats A2...
Encadrements : quelles tailles de passe-partout ?
Réaliser des diptyques
Vendre ses tirages en série limitée
Tyrannie du matériel
Réaliser un Diaporama
Votre oeil vous trompe !
Connaissez-vous le site de Ken Rockwell ?
Photographier en noir et blanc
La diffraction (des objectifs)
Droit à l'image : toujours plus contraignant
Les conseils d'éclairage de Joe
La photographie minimaliste
Réaliser des portraits en intérieur avec un flash externe
Comment devenir meilleur photographe
Développer un style photographique personnel
Choisir le format carré
Définir son style en photographie
Archivage et sauvegarde
Le calibrage de l'écran
Le Bokeh
Le bruit numérique
Bien régler son exposition
Devenir photographe Pro
Les écoles de Photo
Focale fixe vs zoom
Composition des images
Noir et blanc ou couleur ?
Les forums photo
Réussir ses photos
Le HDR
L'objectif 50 mm
La balance des blancs
La profondeur de champ
La retouche numérique
Retouche paysage
Le noir et blanc tons chauds
Testez votre niveau en Postproduction
La postproduction : révélation imminente
DXO FILM PACK à l'épreuve du studio
Les convertisseurs de RAW ne sont pas égaux
Traitement des photos numériques trop lisses
Réglez votre moniteur : contraste et densité
Post-traitement d'un Clair-obscur
Développer vos fichiers raw avec rawtherapee
Gérer le flou directionnel
Nu montant
Virage sépia
La tablette graphique
Ajuster le contraste local
Format RAW vs JPEG
Photoshop vs Lightroom
Photoshop avant / après
Une conversion en N&B
DXO Film Pack
DXO Optics Pro
Plugs-in Photoshop
Photoshop Element 9
Camera Raw
Photoshop CS5 vs CS4
La solarisation
Traitement du bruit
Nikon Capture NX2
Les grands thèmes
Réussir un portrait
Faire son autoportrait
Le Nu
La nature morte
Vie quotidienne
La macro
Photographier la nature
Le paysage
La photo de mode
La photo de nuit
Analyses d'images
Geste de femme
Nu High Key
Lumière
Topologie
Ancien vapeur
Un portrait original
Nu zébré
Saisir l'instant décisif : un exercice de style
Portrait de Gina avec 6 sources de lumière
Nu de Noémie sur malle africaine
La vitesse en 1912
La bulle de Patrick Platrier
Crépuscule de la vie de Marta Rossignol
Anemones de Serge Dissoubray
FAQ numérique
Photo argentique
Le grain argentique
Les révélateurs film au PYRO
Le rodinal en stand développement
Installation d'un labo photo argentique amateur
L'agrandisseur : les critères pour le choisir
Le margeur
Compte-pose et autres accessoires
Le papier photo argentique
Les révélateurs pour papiers argentiques
Bain d'arrêt et fixage
Pratique de l'agrandissement
Techniques particulières d'agrandissement
Retouche et finition en argentique
Temps de développement pour pousser un film
Le Minox GT
Quel viseur Leica M ?
PLUSTEK Opticfilm 120
Scanner avec un Reflex numérique
L'argentico-numérique comme pratique alternative
Techniques d'un maître du tirage
La saga des 6x6 bi-objectifs
Mamiya RB 67
Pratique du moyen format argentique en studio
Tri-X saga
Le traitement de négatifs numérisés en noir et blanc
Matériels argentique : bons plans
Noir et blanc de la prise de vue au tirage (Ph.Bachelier)
Yashica Mat 124 G test
Analyser un négatif noir et blanc
La Lomography a peut-être sauvé le film
Le grand format
Le Konica Hexar AF
Le FUJI GSW 690 "Texas Leica"
Argentique vs numérique
Développer les négatifs
Films et révélateurs : trouver le meilleur couple !
Comment pousser un film avec du Rodinal
L'agrandisseur
Test agrandisseurs
Objectifs d'agrandisseurs
Quel 24x36 mm choisir
Le Leica M6 Classic
Leica M7 vs M6
Leica MP vs M6
Les moyens formats
Le Mamiya 7 II
Les objectifs moyen format (comparatif)
Test scanners de négatifs
Enquête Photo argentique
Scanner vs argentique
Le Pentax 6X7
Hasselblad 500 CM
Les Labos traditionnels
Liste labos argentique
Objectifs pour Reflex
Micro Nikkor 55mm F2,8
Films voilés et Rayons-X

Rejoignez Studio+

Devenez membre de la communauté :

Communauté Studio+

  • Découvrez l'association
  • Partagez vos photos
  • Trouvez des modèles
  • Rentrez en contact avec des photographes

 

Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

Témoignages

  • Dès les premières minutes, une atmosphère fortement sympathique se fait ressentir.Au fur et à mesure de la matinée des échanges sur nos différentes expériences de la photos s'opère, Rémy notre "maître de conférence" défile le cour, ses conseils s'imprègnent. Après la théorie, place à la pratique.Les clichés se dévoilent dans la lueur des flashs, dans une atmosphère studieuse et décontractée des stagiaires, mettant en application tous les conseils donnés. Une journée fortement agréable. Encore merci pour cette Journée.
    VinceFoto

  • Bonjour,Merci pour le stage, vraiment très bien.J'ai appris énormément. Vous remercierez madame pour le repas.J'espère sincèrement à un autre stage.
    T.R. Photographe (dept 63)

  • Bonjour,Encore merci pour ce stage en tout point exceptionnel sur le plan photographique et gastronomique.À bientôt pour un nouveau stage et bon week-end.
    A.G., photographe à Paris

  • Bonjour,Merci pour la qualité de votre stage. C’était très agréable.Vous trouverez les photos reprises et mises en ligne sur mon blog: http://magamellamoi.over-blog.comCordialement,
    G.T. photographe (93)

  • J'ai chargé les photos de Sonia sur mon ordi et il n'y a vraiment pas grand chose à jeter ! Elle est super ! Merci encore, elle pose en Pro et je n'ai jamais fait d'aussi belle photos ! Comme un Pro ! Merci, Bien à toi et à Marie-Christine.
    D.B. Photographe en Seine et Marne