Prochains stages photo et ateliers : Consulter la liste des stages

Les thèmes des stages

  • Nu Clair-obscur
  • Lingerie Aubade
  • High Key
  • David Hamilton
  • Sculpture de lumière
  • Psychédélique
  • Portrait Ch.
  • JL Sieff
  • Nu Académique
  • Spécial Gobos
  • Danse Orientale

   LE CLAIR-OBSCUR
 
Les parties claires côtoient immédiatement les parties sombres faisant référence à la technique des
  peintres de la renaissance. L’émotion est crée grâce à l’effet 3D, les ombres, la lumière et le contraste.
  Thème créé en octobre 2008.
  Détails du théme

En savoir plus

   LA LINGERIE DANS LE STYLE D'AUBADE
 
Réaliser des photographies de lingerie dans le style de la célèbre marque tout en respectant l'esthétique
  Eclairages doux et réguliers parfaitement étalées de part et d'autre du modèle
  Thème créé en mars 2009.
  Détails du théme

En savoir plus

  LE HIGH KEY
 
Le high key est une technique qui permet de traduire au mieux les photographies du fait de la
  douceur des lignes et de l'uniformité des valeurs, le tout étant en valeurs claires à très claires.
  Thème créé en mars 2011.
  Détails du théme

En savoir plus

  A LA MANIERE DE DAVID HAMILTON
 
Réaliser des photographies en s'inspirant du maître en respectant le raffinement esthétique
  et le style de ses oeuvres.Utilisation de décors ambiants (psyché, canapé...).
  Thème créé en janvier 2012.
  Détails du théme

En savoir plus

  LA SCULPTURE DE LUMIERE
 
Dessiner les formes du corps avec des filets de lumière créant ainsi des forts contrastes
  monochromes. Les parties du corps sont littéralement « découpées » par la lumiière.
  Thème créé en juin 2010.
  Détails du théme

En savoir plus

  LUMIERE PSYCHEDELIQUE
 
Projeter sur le corps, éventuellement sur le fond, des motifs abstraits et graphiques préparés
  à l'avance, le nu se retrouve habillé de lumière (ce thème a été pratiqué dès les années 1970,
  la projection des motifs était alors réalisée avec un projecteur à diapositives).
  Thème créé en octobre 2011.  Détails du théme

En savoir plus

   Portrait Chiaroscuro
   Eclairages produisant de forts contrastes entre les parties sombres et les parties claires
   du visage ce qui donne beaucoup de caractère au modèle.
   Thème créé en février 2011.
   Détails du théme

En savoir plus

   A la manière de Jean-Loup SIEFF
   Réaliser des photographies en s'inspirant du maître en respectant la composition des images
   et le style. Inspiration première : son livre intitulé TORSES NUS
   Thème créé en janvier 2011.   Détails du théme

En savoir plus

  NU ACADEMIQUE
 
Réaliser des photographies en s'inspirant des arts picturaux (peinture)  tels
  qu'enseignés dans les cours de nu d'académie qui étaient dispensés
  obligatoirement jusqu'en 1970 dans les écoles des Beaux-Arts.
  Thème créé en janvier 2011.   Détails du théme

En savoir plus

  "Spécial gobos"
   Projections de motifs sur le modèle et/ou sur le fond à l'aide d'un Spot optique
   muni de gobos représentant un motif.
  Thème créé en mai 2010.
  Détails du théme

En savoir plus

   Danse orientale
   Depuis les années 1990, cette danse connaît un essor fulgurant partout dans le monde.
   Réaliser des photographies d'une danseuse orientale en pleine action, on apprend à
   cadrer rapidement et à anticiper les mouvements. Thème créé en décembre 2011.
   Détails du théme

En savoir plus

Comparaison numérique vs argentique en noir et blanc

102
com_k2.item
(30 votes, moyenne 4.57 sur 5)
Comparaison numérique vs argentique en noir et blanc4.57 sur 50 basé sur 30 votants.


"Le problème du numérique, c'est que c'est pratique, c'est puissant, mais, du coup, on a plus aucune contrainte... Or il faut des contraintes pour créer. Quand on peut tout faire, on ne sait plus quoi faire. Pour moi, le numérique a tué l'image. Ce qui importe dans une image, c'est trouver le moment juste, et ça, même pour une nature morte, regardez celles d'Irving Penn. Le numérique c'est du bidouillage ça ne veut plus rien dire . D'ailleurs c'est souvent le retoucheur qui fait le style du photographe..." Patrick Swirc photographe Pro pour Télérama, Elle, Libération...

Prise de vue en studio avec une boite à lumière (conditions identiques)


stage photo paris
Photo numérique couleur désaturée : Canon eos 5D mk1 + 50 mm 

stage photo
Photo argentique : leica M6 + 50 mm tri-x dans rodinal 1+25

stage photo paris
Numérique

stage photo paris
Argentique

Sans rentrer dans un long débat où chacunes des techniques a ses avantages, la principale différence, qui saute immédiatement aux yeux, c'est le beau grain sur les parties lisses et la courbe de noircissement typique de la Tri-x que l'on peut tenter de reproduire en numérique avec plus ou moins de bonheur à l'aide de filtres (DXO, Silver Efex Pro...).

Il semble qu'il y ait plus de vie et de relief en noir et blanc argentique (impression 3D).

L'autre caractéristique est la différence de plage dynamique entre le capteur (7 à 8 IL seulement en Jpeg) et le négatif noir et blanc (13 IL) ce qui se traduit par une meilleur gestion des lumières extrêmes, des contrastes et une plage de gris théoriquement plus large en argentique mais pas forcement visible à l'oeil.

Quand à la définition en 35 mm avec des films de 400 ASA, elle est bien sûr inférieure (grain et perte au tirage).

Reste que l'on peut peut jouer avec les révélateurs et agir sur le grain, l'acutance, le contraste et la courbe de noircissement pour un résultat choisi.

La prise de vue sur film est aujourd’hui une forme de philosophie car elle demande du temps et de l’application, de la volonté même pour transporter des appareils parfois lourds , encombrants ou anciens. On ne mitraille pas, on réfléchit, on visualise avant de déclencher. On choisit le film, le papier, la chimie qui donnera l’effet escompté. Il s’agit davantage d’artisanat que de multimédia…...

Test technique sur mire : Leica M7 contre Leica M9

Conditions de prise de vue :

  • Objectif Elmar 3.5 / 24 mm ASPH
  • Le M9 est réglé sur 160 ISO (et rappel :  le capteur du M9 n'a pas de filtre anti aliasing)
  • Film ILFORD DELTA 100 pour le M7 développé dans du D76 avec un contraste normal
  • Lumière ambiante en intérieur
  • Appareils sur pied avec déclencheur souple

Tirage numérique :

  • Impression sur EPSON STYLUS PRO 3800 à 240 DPI sur
  • Papier Epson traditionnal photo paper

Tirage argentique  :

  • Agrandisseur LEITZ V35 + obj. Schneider F 2.8 de 40 mm utilisé à F11
  • Papier ILFORD Multigrade IV

Scans des tirages papier :

Scanner EPSON V700 à 1200 DPI
Output : fichier TIFF 90 MB (couleur pour le M9) et 60 MB (noir et blanc) pour le M7

Leica M9 : mire de test à 160 ISO
Leica M9

Leica M7 + Ilford DELTA 100
Leica M7 argentique

Conclusion

  • La mire 1.1 correspond à 55 lignes par mm
  • La mire 1.25 correspond à 62 l / mm
  • La mire 1.4 : 70 lignes / mm
  • La mire 1.6 : 80 lignes / mm
  • piqué similaire sur les deux appareils soit environ 70 lignes / mm

 

Numérique vs Argentique

Les deux pratiques sont très différentes :  enrichi par une histoire de plus de 200 ans l'argentique impose  une vrai réflexion artistique, plastique et technique, une attente et le temps de la réflexion,  une démarche avec des choix à faire à chaque étape. Une fois assimilée, cette pratique est pleine de charme et de surprises. 

Le choix du format est tout aussi important dans la démarche ; il y a un monde entre le travail à la chambre sur trépied et la prise de vue à main levée au Leica M en 35mm. Pour ce qui est du noir et blanc, une maîtrise complète du processus est nécessaire (développement de vos films...) ; les labos automatisés sont très décevants. Le numérique offre plus de facilité, un conformisme et une certaine froideur.
 

Choisir sa pratique

"Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage, vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage, polissez-le sans cesse, et le repolissez, ajoutez quelquefois, et souvent effacez. "  Nicolas Boileau.
 
La comparaison pour se faire une idée rapidement est assez difficile surtout si passe régulièrement d'une technique à l'autre.
 
A ce niveau ce n'est absolument plus une question de pixel ou de résolution. L'idéal est de pratiquer un thème suffisament longtemps par exemple 3 ou 6 mois en numérique, puis oublier le numérique et se concentrer sur l'autre technique. Naturellement une des deux techniques va creuser l'écart en terme de qualité d'image sur le plan artistique.
 
La création de photographies est un acte complexe. De nombreux paramètres peuvent influer sur le résultat en bien ou en mal. Par exemple le fait de s'habituer à travailler sur trépied en studio avec un viseur inversé du type Mamiya RB ou Hasselblad est un vrai challenge au début puis petit à petit on trouve ses marques. Idem pour la focale ; par exemple je ne suis pas du tout à l'aise en studio avec le 90 mm en 6x7 alors qu'avec un 50 mm à mains levée sur un reflex cela fonctionne pour moi. L'approche dans la composition des images en format carré ou rectangulaire est différente...
 
C'est un peu le même phénomène en reportage quand on est habitué au reflex puis quand on passe au télémétrique. J'ai mis 1 an pour m'habituer au Leica ; au début les résultats concernant l'acquisition et la composition des images étaient décevants mais j'ai tenu bon (comme on me l'avait conseillé),  l'écart ensuite est devenu important en faveur du télémétrique.
 
Le workflow est différent en argentique avec des temps d'attente et l'examen des négatifs à la loupe... tout un programme, il me semble que cette lenteur apporte plus de réflexion et d'analyse, une évolution du regard et donc du qualitatif (et une sorte de magie).
 
Il ne faut pas oulier aussi la motivation qui est un facteur important ; on doit prendre le plus de plaisir possible en photographiant !  
 
Concernant l'outil, s'il est bien adapté à la démarche et en harmonie avec le photographe (qui doit aussi réaliser son autocritique), la créativité se libère petit à petit avec des progrès constants...

Pérennité et conservation

Quand on perd une donnée numérique on perd donc tout, il n'y a pas de dégradation physique et progressive du support comme en argentique.

L'argentique ça serait une voiture qui s'use au fil du temps et des kilomètres. Le numérique, c'est la voiture qui ne s'use pas mais subitement prend feu, et il n'en reste plus rien. Le numérique n'est qu'une suite de 0 et de 1 (1 du courant, 0 pas de courant) et sans un support il n'existe pas. Tout dépend donc du support pour la conservation des images numériques. On pense d'abord aux disques durs qui progressivement ont remplacé les bandes magnétiques, mais ce sont avant tout des objets mécaniques qui, pour durer, doivent tourner (alors que les bandes peuvent être stockées très longtemps sans être utilisées). 
 
Personnellement j'ai acheté un disque dur neuf, mais qui n'avait jamais fonctionné depuis sa fabrication (+de 10 ans) ; le disque dur était H.S. On peut aussi stocker sur CD-Rom ou DVD. Il existe des CDs spéciaux destinés au stockage, très chers. Les données incrites sur un CD-R du commerce ne sont en effet nullement garanties dans le temps.

Le point de vue de Ralph Gibson

"La technologie numérique transmet l'information photographique avec une incroyable clarté et précision, et reproduit fidèlement le sujet comme un miroir. Vous avez un sujet et vous prenez une image digitale de ce sujet : vous obtenez une quantité très élevée d'informations sur le capteur.

A l'inverse, le film transcende le sujet en modifiant la réalité. Dans le cas d'une photo devenue célèbre (donc créée par l'inconsicent collectif), l'interprétation de la réalité permet à cette photographie qu'elle soit  regardée sur une très longue période :  c'est là la puissance du média photographique inventé il y a plus de 200 ans.

Aujourd'hui, nous ne connaissons pas encore la puissance de la technologie digitale. Tout ce que nous savons est qu'elle unifie le monde avec ses 7 milliards d'individus. Ils n'ont plus le temps de développer des films et ont besoin d'un système rapide pour leur images, moi je recherche autre chose..."

Pourquoi certaines photographies survivent-elles ?

Je pense que l'intention de l'artiste est de donner un plus à ses oeuvres lorsqu'il photographie, peint, sculpte, il recherche un résultat qui le satisfait pendant une période la plus longue possible. Ex : Mona Lisa, le Bouddha endormi...". Ralph Gibson à Bangkok 2012, extrait vidéo.

www.ralphgibson.com

Raymond Depardon

 “Aujourd’hui avec le numérique, dès qu’on fait une photo on la voit sur son viseur.

Mais avec l’argentique, il fallait vingt-quatre heures pour développer ensuite… Je regardais la planche contact, et j’avais quelques minutes pour choisir et donner un tirage, et écrire un texte…

Souvent je descendais dans ce coffee shop pour réfléchir et placer une phrase qui m’était venue en marchant dans les rues. J’aimais bien ce jeu… du texte et de l’image.

Il y avait un côté suspense à cette époque: le développement, le tirage, le texte, le coursier qui emporte le pli, le temps que l’image physique aille de NY à Paris.

Tout ça est révolu. C’est moins drôle aujourd’hui à cause de ça.”

Argentique et numérique par Henri G.

  • J'aime faire plouf plouf dans mon labo
  • J'aime le grain du film
  • J'aime le côté éternel d'un film (tout est relatif), son côté archive fiable
  • J'aime la précision du numérique
  • J'aime la capacité de travail du numérique
  • J'aime le faible coût du numérique
  • J'aime les grands films
  • J'aime les grands dépolis
  • J'aime les vieilles optiques à film
  • J'aime les filles qui ont du peps
  • J'aime le Chablis (vous le saviez).

 

Jean Turco

Certains photographes nostalgiques de l'argentique, un rien intégristes, ne trouveront que des défauts au numérique et ne jureront que par l'argentique qu'ils estiment incomparablement meilleur que toutes ces nouveautés et techniques fondées sur l'informatique. Pourquoi pas ?  

Personnellement, je me suis longtemps parfumé à l'hyposulfite et je continue à le faire pour développer mes 20X25 ou mes calotypes, mais je dois dire que je me passerais volontiers de cette odorante chimie si l'informatique pouvait la remplacer.

Articles connexes argentique vs numérique

 

 

Lu 26902 fois Dernière modification le jeudi, 21 mai 2015 13:44

Commentaires   

 
info56
-1 #1 info56 11-04-2014 11:08
Bonjour,
Pour apporter une correction sur une information que vous indiquez et qui me semble (très) obsolète :
la plage dynamique des capteurs est beaucoup plus importante que ce que vous indiquez.
Selon le laboratoire DxO (Mondialement reconnu pour ces tests sur les appareils et les objectifs). Par exemple, le Nikon D800 de base (et je ne parle pas des versions améliorées) a une plage dynamique de 14,4 Evs et le Nikon D4 de base a une pale dynamique de 13,1 Evs.
En espérant que vous corrigerez la diffusion de votre information erronée.
Bien cordialement
info56
Citer
 
 
Rémy Gautard
+1 #2 Rémy Gautard 11-04-2014 11:34
Bonjour,

Vous avez raison cet article a été écrit en janvier 2011 et depuis les capteurs ont beaucoup évolués en nombre de pixels et en dynamique pour enfin atteindre un niveau comparable en dynamique des négatifs noir et blanc et couleur soit en Raw entre 12 et 15 EV.
Les boitiers les plus performant dans ce domaine (en avril 2014) sont le Nikon D800, nikon D610, D7000, Sony DXC-RX1 soit une étendue de dynamique de 14 IL environ toujours en (RAW).
Le boitiers Canon sont un peu moins bien lotis avec 12IL pour les meilleurs.

Ceci est d'autant plus intéressant que le Reflex numérique actuel peut constituer un excellent scanner à film et reproduire toutes les nuances.

Avec mes remerciements pour vos commentaires.
Citer
 
 
lourgant
-1 #3 lourgant 03-11-2014 19:11
rien n'a remplacé aujourd'hui le son analogique, il en est de même pour la photo, l'argentique film ou diapo me manque et me fera toujours rêver.
Citer
 
 
Rémy Gautard
0 #4 Rémy Gautard 03-11-2014 20:25
C'est vrai qu'il existe un parallèle étonnant avec la haute fidélité. Une bonne galette 33T demande pas mal de précaution mais bien utilisée, elle délivre un son plein de nuances peut-être plus vrai, agréable et subtil que le CD audio.
Citer
 
 
Jean
0 #5 Jean 30-04-2015 12:31
Bonjour,
Je ne vois plus l'intérêt de la prise de vue avec un film argentique.

Le grain et les courbes tonales peuvent être recréés numériquement. Je ne vois rien qui ne pourrait être fait avec un appareil photo numérique et Photoshop.
Cordialement.
Citer
 
 
Rémy Gautard
0 #6 Rémy Gautard 30-04-2015 12:35
Bonjour,

Vous pourriez tout aussi bien demander pourquoi certains continuent à jouer du piano ou de la batterie en 2015, car il est plus facile de simplement utiliser un synthétiseur qui peut simuler de façon convaincante ces instruments.
Après tout, vous enregistrez vos morceaux avec un son numérique mp3 ou mp4...?
Et pourtant les musiciens continuent à jouer du piano, même quand ils ont un synthétiseur dans le studio.
La raison est que certains musiciens aiment jouer de vrais instruments.

De même certains photographes préfèrent travailler avec la vraie pellicule.

Si vous voulez un son de piano, jouer du piano.
Si vous voulez l'esthétique de la Tri-X, utiliser de la Tri-X.

Cdlt
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Navigation Interne

Prise de vue en studio
Autorisation modèle
La lampe pilote des flashs de studio
Le bol asymétrique
Le Snoot
Comment diriger un modèle
Les volets ou coupe-flux
Le support de fonds motorisé Walimex
Shooting en studio : 14 conseils pratiques
Pour un éclairage en "source unique" de lumière
L'éclairage du fond noir
La prise de vue en studio en argentique
Gestion des éclairages
Le Clair-obscur
Les flashs AURORA
90 pauses modèles
Spot optique et Gobos
Le High Key
Où trouver un modèle ?
Assortir les couleurs
Flashs vs lumière continue
Test flashs de studio
Quelle focale en studio ?
La boite à lumière
Le Bol Beauté
Kit Flashs Elinchrome Dlite
Logiciel plan d'éclairage
Les fonds Studio
Elinchrome Skyport
Le portrait
Les flashs COBRA
Photo numérique
La photographie notions pour les débutants
Quel espace couleur sRVB vs Adobe RVB
Un Pare-Soleil - Est-ce vraiment utile
Le filtre polarisant
Quel écran d'ordinateur choisir ?
La photo panoramique
Le hors-cadre
Réalisez vos encadrements photos formats A2...
Encadrements : quelles tailles de passe-partout ?
Réaliser des diptyques
Vendre ses tirages en série limitée
Tyrannie du matériel
Réaliser un Diaporama
Votre oeil vous trompe !
Connaissez-vous le site de Ken Rockwell ?
Photographier en noir et blanc
La diffraction (des objectifs)
Droit à l'image : toujours plus contraignant
Les conseils d'éclairage de Joe
La photographie minimaliste
Archivage et sauvegarde
Le calibrage de l'écran
Le Bokeh
Le bruit numérique
Bien régler son exposition
Devenir photographe Pro
Les écoles de Photo
Focale fixe vs zoom
Composition des images
Noir et blanc ou couleur ?
Les forums photo
Réussir ses photos
Le HDR
L'objectif 50 mm
La balance des blancs
La profondeur de champ
Réaliser des portraits en intérieur avec un flash externe
La retouche numérique
Retouche paysage
Le noir et blanc tons chauds
Testez votre niveau en Postproduction
La postproduction : révélation imminente
DXO FILM PACK à l'épreuve du studio
Les convertisseurs de RAW ne sont pas égaux
Traitement des photos numériques trop lisses
Gérer le flou directionnel
Nu montant
Virage sépia
La tablette graphique
Ajuster le contraste local
Format RAW vs JPEG
Photoshop vs Lightroom
Photoshop avant / après
Une conversion en N&B
DXO Film Pack
DXO Optics 6
Plugs-in Photoshop
Photoshop Element 9
Camera Raw
Photoshop CS5 vs CS4
La solarisation
Traitement du bruit
Nikon Capture NX2
Les grands thèmes
Réussir un portrait
Faire son autoportrait
Le Nu
La nature morte
Vie quotidienne
La macro
Photographier la nature
Le paysage
La photo de mode
La photo de nuit
Analyses d'images
Geste de femme
Nu High Key
Lumière
Topologie
Ancien vapeur
Un portrait original
Nu zébré
Saisir l'instant décisif : un exercice de style
Portrait de Gina avec 6 sources de lumière
Nu de Noémie sur malle africaine
La vitesse en 1912
FAQ numérique
Photo argentique
Le grain argentique
Les révélateurs film au PYRO
Le rodinal en stand développement
Installation d'un labo photo argentique amateur
L'agrandisseur : les critères pour le choisir
Le margeur
Compte-pose et autres accessoires
Le papier photo argentique
Les révélateurs pour papiers argentiques
Bain d'arrêt et fixage
Pratique de l'agrandissement
Techniques particulières d'agrandissement
Retouche et finition en argentique
Temps de développement pour pousser un film
Le Minox GT
Quel viseur Leica M ?
PLUSTEK Opticfilm 120
Scanner avec un Reflex numérique
L'argentico-numérique comme pratique alternative
Techniques d'un maître du tirage
La saga des 6x6 bi-objectifs
Mamiya RB 67
Pratique du moyen format argentique en studio
Tri-X saga
Le traitement de négatifs numérisés en noir et blanc
Matériel argentique : les bons plans 2015
Argentique vs numérique
Développer les négatifs
Films et révélateurs
Comment pousser un film avec du Rodinal
L'agrandisseur
Test agrandisseurs
Objectifs d'agrandisseurs
Quel 24x36 mm choisir
Le Leica M6 Classic
Leica M7 vs M6
Leica MP vs M6
Les moyens formats
Le Mamiya 7 II
Les objectifs moyen format (comparatif)
Test scanners de négatifs
Enquête Photo argentique
Scanner vs argentique
Le Pentax 6X7
Hasselblad 500 CM
Les Labos traditionnels
Liste labos argentique
Objectifs pour Reflex
Micro Nikkor 55mm F2,8
Films voilés et Rayons-X
Noir et blanc de la prise de vue au tirage (Ph.Bachelier)
Yashica Mat 124 G test
Analyser un négatif noir et blanc
La Lomography a peut-être sauvé le film

Rejoignez Studio+

Devenez membre de la communauté :

Communauté Studio+

  • Découvrez l'association
  • Partagez vos photos
  • Trouvez des modèles
  • Rentrez en contact avec des photographes

 

Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

Témoignages

  • Dès les premières minutes, une atmosphère fortement sympathique se fait ressentir.Au fur et à mesure de la matinée des échanges sur nos différentes expériences de la photos s'opère, Rémy notre "maître de conférence" défile le cour, ses conseils s'imprègnent. Après la théorie, place à la pratique.Les clichés se dévoilent dans la lueur des flashs, dans une atmosphère studieuse et décontractée des stagiaires, mettant en application tous les conseils donnés. Une journée fortement agréable. Encore merci pour cette Journée.
    VinceFoto

  • Bonjour,Merci pour le stage, vraiment très bien.J'ai appris énormément. Vous remercierez madame pour le repas.J'espère sincèrement à un autre stage.
    T.R. Photographe (dept 63)

  • Bonjour,Encore merci pour ce stage en tout point exceptionnel sur le plan photographique et gastronomique.À bientôt pour un nouveau stage et bon week-end.
    A.G., photographe à Paris

  • Bonjour,Merci pour la qualité de votre stage. C’était très agréable.Vous trouverez les photos reprises et mises en ligne sur mon blog: http://magamellamoi.over-blog.comCordialement,
    G.T. photographe (93)

  • J'ai chargé les photos de Sonia sur mon ordi et il n'y a vraiment pas grand chose à jeter ! Elle est super ! Merci encore, elle pose en Pro et je n'ai jamais fait d'aussi belle photos ! Comme un Pro ! Merci, Bien à toi et à Marie-Christine.
    D.B. Photographe en Seine et Marne