Prochains stages photo et ateliers : Consulter la liste des stages

Reste d'un art Photographique bien à lui

473
com_k2.item
(5 votes, moyenne 4.80 sur 5)
Reste d'un art Photographique bien à lui4.80 sur 50 basé sur 5 votants.


Depuis quelques années, la photographie numérique a su prouver ses qualités incontestables.

Par son prix et sa simplicité, elle a fait de l'ombre à la photographie argentique.

Que reste t-il de propre à cette pratique de la photographie argentique

Entre la photographie argentique et la photographie numérique, a débarqué une évolution technique qui n'amène pas forcément à une évolution esthétique

Article rédigé par Nicolas Baudoux

Enquête sur cette photographie qui n'a pas encore mis le voile sur sa chambre noire

Un après-midi dans le passé.

C'est là où Katherine Longly, photographe et animatrice, souhaite faire plonger les visiteurs.

Une ambiance de chambre noire. La faible lumière rouge éveille une certaine nostalgie.

Dans ce laboratoire aménagé au sein du Museum du Botanique à Bruxelles, certains visiteurs de l'exposition de Ghisoland – grand portraitiste au début du XXème siècle – peuvent venir réaliser des portraits sur du papier photographique.

Exposer sa composition sur une surface photosensible et la plonger dans la magie du révélateur.

Enfin, la fixer à jamais.

Une manière de ne pas oublier le passé.

Mais si ce passé faisait toujours partie de l'histoire ?

Katherine Longly s'adresse aux enfants, « savez-vous ce qu'est une pellicule ? ».

La réponse est unanime : c'est un non sans hésitation.

D'autres visiteurs marchent de photographie en photographie à travers l'exposition, appareil numérique au cou, les yeux grands ouverts devant ces portraits géants.

Ces clichés argentiques sont aujourd'hui ancrés dans un monde où l'apparition de la photographie numérique a totalement modifié les pratiques culturelles et marchandes de la photographie en tant qu'art.

Avant l'apparition et, surtout, la démocratisation des appareils numériques, il existait principalement une photographie réfléchie, non ponctuelle et peut-être plus solitaire.

Les photographies, autrefois collées dans des albums ou mis en diapos, sont aujourd'hui presque automatiquement partagées sur la toile, sans réel contrôle.

La moitié des évènements figés par les Européens se retrouvent sur internet.

Il y a une nouvelle volonté de montrer à l'univers entier sa propre vision du monde en images, au dépend d'une singularité d'avantage recherchée auparavant.

La photo de la tour Eiffel sera mise en ligne, alors qu'une ou plusieurs photos similaires s'y trouve déjà.

Les photos de vacances permettent de partager une expérience, qui suscite de moins en moins de surprise face aux nombreuses images déjà vues précédemment sur Facebook, Flickr, Google Images, etc.

Une majorité des images aujourd'hui se rangent dans des normes qui en font des clichés stéréotypés et banals difficile à inscrire dans une histoire de la photo qui prône – ou prônait – l'originalité et l'individualité du cliché.

Révolution du plaisir

Entre la photographie argentique et la photographie numérique, a débarqué une évolution technique qui n'amène pas forcément à une évolution esthétique – en envisageant uniquement des photos brutes, sans considérer les effets visuels possibles avec le numérique, notamment le High Dynamic Range.

Et grâce à cette technique photographique rendue plus abordable, les amateurs ont pu s'approprier la photographie, bien d'avantage qu'avec l'argentique.

A partir de ce moment, certains peuvent se demander où est passé l'art derrière les photos irréfléchies prises lors des dernières vacances.

Le passage au numérique a transformé le plaisir de l'art photographique : du photographe chimique à la recherche d'un esthétisme, il y a aujourd'hui des amateurs qui mitraillent sans plaisir, pour le souvenir (voyage, famille, etc.).

Et le principe du non-art s'exporte jusqu'au professionnel, quand un photographe shoot à 7 images par secondes des performances sportives.

Le numérique a amené avec lui une banalisation du déclencheur.

Marie Ozanne, du collectif Caravane, ajoute :

« Avec le numérique, le photographe appuie beaucoup plus facilement sur le déclencheur, pour "voir". Certes, on expérimente plus, mais on pense moins aussi...».

Mais le numérique a vu émerger aussi une nouvelle catégorie de personne, souvent héritière de la génération argentique : celle du photographe à la recherche de l'art sans donner priorité à la technique même du procédé.

Cet artiste peut se placer entre la famille et leur compact et le puriste pour qui l'image finale n'est acquise qu'après son passage dans la chambre noire.

Photographier avec sincérité, en numérique ou en argentique

La photographie chimique suscite déjà une certaine nostalgie, alors qu'elle ne fut dépassée il n'y a que quelques années.

Même si certains photographes adoptent plutôt aujourd'hui une position mixte argentique / numérique, d'autres ne pratiquent toujours que la photo à pellicule.

Généralement pour afficher leur opposition à l'homogénéisation des clichés et à l'industrialisation de l'art.

Il n'est plus question à l'heure actuelle de se lancer dans un long débat pour savoir quelle pratique est meilleure que l'autre, puisque les capteurs numériques ont presque atteint les qualités permises des appareils mécaniques.

Même si certains puristes, comme Michel Campion, du magasin d'occasions Campion à Bruxelles, considère que « le noir et blanc argentique a une autre âme ».

A chacun de trouver l'appareil qu'il lui convient et, comme le souligne le photographe Sébastien Van Malleghem, « avec lequel il se sent en phase.

Il n'y a pas de routes préétablies pour "faire de l"art" : il faut photographier avec sincérité, en numérique ou en argentique. ».

L'argentique est encore loin de disparaître

Nombres de photographes tournent déjà le dos au numérique.

Le marché de niche de l'argentique restera utilisé par une minorité de passionné.

Et ce marché dépend pour le moment des actionnaires et des industries de la photographie.

Sans eux et leur volonté de continuer à fabriquer le matériel nécessaire, l'argentique n'a plus beaucoup de temps devant lui.

 Il semble que les deux pratiques savent coexister, l'une et l'autre remplissant chacun un rôle bien précis.

Le débat continue quant à lui sur l'intégrité de l'art photographique suite aux possibles excès du numérique, et non plus à propos de la qualité offerte par les deux usages.

Agences photographiques : vers une crédibilité assurée de la photographie

Le marché de la photographie est aujourd'hui encore bouleversé par l'apparition du numérique. Des questions se posent sur le rôle que doivent jouer les agences dans ce nouveau contexte.

Le numérique : opportunité fantastique ou menace effroyable ?

 Ce n'est pas une révolution mais un raz-de-marée qui est venu submerger les agences photographiques.

D'abord obligée d'entretenir les deux parcs (argentique et numérique), elles ont du à partir du début des années 2000, s'adapter aux exigences toujours plus fortes des clients.

Ce n'est pas qu'une technique qui a changé mais le temps de réalisation, la transmission des images, des méthodes de ventes différentes, etc.

Un photographe professionnel muni de son appareil numérique et d'un laptop est aujourd'hui dix fois plus puissant qu'une agence comme Sygma dans les années 90.

Les clients sont conscients de cette évolution et la pression se veut de plus en plus croissante pour obtenir des images le plus rapidement possible.

Quitte à choisir des clichés amateurs disponibles sur internet quelques minutes seulement après les faits ou alors que ceux-ci se déroulent encore...

Un sensationnalisme contradictoire

« Les photos d'évènements n'ont plus la même force aujourd'hui », note Eric Herchaft de l'agence Reporters.

La démocratisation des appareils a permis aux amateurs de saisir l'émotion au moment même d'une catastrophe » comme pour le tsunami de 2004 ou la catastrophe au Japon.

Il y a moins d'une dizaine d'année encore, les photographes d'agences étaient dépêchés sur place après l'évènement. Impossible alors de faire vivre l'actualité comme la presse peut le faire aujourd'hui, en temps réel.

Les photographies amateurs « ne représentent pas une concurrence telle quelle car ce sont des images que les agences ne pourraient pas saisir. Ce sont des images qui leur auraient de toute façon échappé car les agences n'étaient pas sur place », continue Eric Herchaft.

Émergent donc aujourd'hui des photos de moins bonnes qualités certes, mais qui restent un support d'information important.

La plupart des sujets d'actualité, en particulier les faits divers, peuvent aujourd'hui être illustrés et à moindre coût.

L'accent émotionnel est aujourd'hui sous tension : il n'y a jamais eu autant d'images si fortes et empreintes d'agitation pour exprimer un événement. Mais dans un même temps, le public assiste à une banalisation du sensationnel, qui était plus difficile à diffuser dans les médias à l'époque.

Agences photographiques : un nouveau rôle

Avant les années 2000, le photographe professionnel se devait de travailler pour une agence afin qu'elle puisse traiter en aval ses productions (stockage des archives physiques, développement, livraison).

L'amateur était écarté de cette profession du au coût et au matériel indispensable à une transmission des clichés à travers le monde.

Aujourd'hui, le rôle des agences évolue.

Elles permettent notamment au photographe de ne pas être un de plus sur la toile, inondée par l'offre d'images, grâce à la notoriété et à la publicité qu'elle lui apporte.

A l'heure où les amateurs peuvent gérer – et diffuser – leurs photographies eux-mêmes.

Les agences photographiques doivent redéfinir leur responsabilité afin de pouvoir survivre face à ces banques d'images low-cost qui grandissent de jour en jour.

Elles constituent une menace directe pour les photographes professionnels : une standardisation des images, un appauvrissement réel des contenus et une concurrence à un prix imbattable.

Rémy Gautard, de l'association photographique Studio+, critique

« l'usage intensif et irréfléchi de l'ordinateur. Il permet sans doute de peaufiner le résultat final mais il introduit désormais de sérieux doutes sur l'authenticité de certaines photographies publiées ».

Il reste à l'heure actuelle aux agences à jouer un rôle de traçabilité et de véracité dans les photos qu'elles proposent.

Elles ne peuvent plus se permettre de commettre des erreurs – comme par exemple les photos truquées du conflit israelo-libanais en 2006 reprisent par l'agence Reuters – pour devenir et surtout rester crédible aux yeux du public.

Le professsionnel se distinguera du meilleur amateur en proposant des clichés d'une réalité connue par ceux qui la vivent, car l'agence sera la garante de la vérité photographique dans le monde amateur de la retouche numérique.

Avec l'argentique, je me bats avec le temps

Daniel Michiels est un photographe exclusivement argentique.
Il est parti s'installer à la fin des années 70 sur les hauteurs de La-Roche-en-Ardenne, territoire devenu le sujet principal de sa dégaine photographique.
Entretien avec un homme qui se veut loin du système photographique d'aujourd'hui.

Qu'est ce qui vous attire dans la photo argentique ?

J'aime encore bien avoir mon négatif, avoir mon agrandisseur.

J'aime bien passer par tous les stades jusqu'au développement.

Et à la fin, quand je tire, je me dis « merde ce n'est pas ça que j'attendais ».

Et c'est cela qui apporte quelque chose : la prochaine fois, je ferai plus attention.

Lors du développement, il y a l'image qui est là et il y a une espèce d'excitation.

Donc si je ne fais pas attention, que je suis trop excité et que je me trompe dans un procédé, ma photo peut être foutue.

Cette discipline dans les choses est très importante.

C'est ça qui est fabuleux.

Une discipline qui est primordiale dans la photo argentique...

Oui, ce n'est pas la vitesse qui compte mais c'est la ponctualité de la chose, qu'on sache prendre le temps.

En allant vite, il n'y a aucun résultat, c'est toujours approximatif.

On essaye un peu ça, un
peu ça, ...

Il faut s'investir à fond dans sa discipline, sinon on ne sera jamais jusqu'où nous pourrons aller.

La non-obsession des choses ne mènent à rien, il faut que cela soit obsessionnel, que cela nous tracasse, nous rende fou pour pouvoir arriver à quelque chose qui n'est pas éphémère.

Si tu n'as pas d'obsession, il faut arrêter.

Vous regrettez l'apparition du numérique ?

Tant qu'on me laisse tranquille et que je peux toujours aller acheter mes produits et mon papier, cela ne me dérange pas.

Ce qui m'énerve, c'est cette industrialisation de l'art.

On fait croire aux gens qu'ils sont démodés et qu'ils doivent changer d'appareil.

On créé un nouveau besoin qui n'existe pas alors que leur appareil marche encore très bien.

Mon Leica a 70 ans et il marche encore.

Pourquoi un nouvel appareil numérique ne marche-t-il que quelques années ?

Les gens sont embarqués vers cette recherche de la nouveauté.

L'industrie de la photo fonctionne sur le court terme et fait comme si le passé n'avait pas existé.

Y a-t-il quelque chose qui reste à l'argentique ?

Le plaisir dans l'argentique c'est que lors de la prise vue, on suppose que la photo est bonne.

Et ce n'est qu'au développement qu'on voit ce que cela donne. Il y a une espèce de jouissance dans l'attente.

On attend de voir si c'est juste. Alors qu'avec le numérique, le photographe peut voir directement si sa photo est bonne ou pas, il n'y a aucun plaisir.

Avec l'argentique, on se bat avec le temps.

Et il faut faire des choses intemporelles.

Ne pas dater, ne pas signer, ne pas avoir de légende en-dessous des images.

Et quand on arrive à se battre avec le temps, dans la vie aussi, là c'est beau.

Paradoxe flagrant, mais avez-vous déjà pensé à numériser vos photos ?

Non, et en tant que photographe je ne veux pas avoir de site. Si des photos à moi se trouvent sur internet, c'est que ce sont des amis à moi qui les ont mises.

Avoir un site web, c'est aller ajouter un mec dans la série.

On ne verra pas la différence.

La différence c'est justement être en dehors de tout ça.

C'est faire de l'art, mais à côté de ce que tout le monde fait.

Je préfère que les gens viennent à ma maison regarder mes photos.

Quand je regarde des images sur internet, c'est impersonnel.

Il n'y a pas ce contact physique.

Vous ne pensez-pas passer au numérique ?

Non, je ne me sens pas bien avec, j'ai pourtant essayé plusieurs fois de faire des photos sur l'escalier, un endroit où je photographie souvent.

Ce n'est jamais le cadrage que je voulais.

Ça a l'air d'être le cadrage, et quand je prend la photo ce n'est pas celui que j'avais vu.

Et je me dis : « c'est moi qui deviens fou ou quoi ? ».

Rédacteur : Nicolas Baudoux

Lu 6703 fois Dernière modification le vendredi, 05 décembre 2014 20:22
Rémy Gautard

Passionné par la photographie argentique & numérique et pratiquant la photo depuis maintenant plus de 30 ans, j'organise avec Studio-plus.fr des stages d'initiation pour débutants jusqu'aux plus expérimentés. Retrouvez-moi sur Google+

Découvrez les prochains stages

Site internet : www.remy-gautard.book.fr E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires  

 
royer
0 #1 royer 19-11-2014 18:33
bonjour à tous les nostalgiques !
je me sens souvent orphelin de l argentique nous avons perdu le mystère qui fait toute la poésie de la démarche , sacrifiant rigueur et patience sur l autel du toujours plus qui ne fait que nous égarer dans une soit disante satisfaction immédiate ! adieu magie du métier gualvaudé désormais ! désacralisation de l image banalisée dorénavant . restons et soyons les gardiens des beaux instants précieux à capturer de façon obséssionnelle et perpetuelle .
Citer
 
 
GUIRAUD
0 #2 GUIRAUD 05-12-2014 18:07
Bonjour à tous,
J'ai bien aimé ces articles à propos du numérique ou de l'argentique. Pour moi le numérique n'est destiné qu'a un usage professionnel, actuellement faire des photos en argentique pour les catalogues ne serait pas raisonnable. Pour la presse je crois qu'ils font des sauvegardes sur plan-film, mais il est techniquement compréhensible que les photo-reporters utilisent des appareils numériques.
Mais , à mon avis, pour l'amateur, et en particulier s'il est profane, l'argentique est mieux adapté ne serait-ce que pour simplicité de conservation de l'image, une boite à chaussure et hop.
Personnellement je suis amateur, expert comme ils disent, j'ai tout un tas d'appareils : ça va du lomo au mamiya-press et la majeure partie peut fonctionner sans pile. Je ne me vois pas me priver de ces choix de formats, de défauts ou de qualités. Et je suis en train de me construire un labo qui sera beau comme dans les livres d'images.
Ce pour dire que je partage l'avis de Daniel Michiels
Pour moi il n'y a pas de nostalgie. Il y a toujours des marchands de pinceaux, c'est une manière différente d'aborder et d'utiliser l'image. Par contre je ne sais pas s'il y aura encore des fabricants de matériels dans le futur et par conséquent des fabricants de consommables.
Merci pour cet article et pour ce site en général.
Citer
 
 
Rémy Gautard
0 #3 Rémy Gautard 05-12-2014 19:59
Bonsoir,

Merci pour vos commentaires judicieux sur notre pratique.

Tout comme vous j'aime bien explorer la variété des matériels argentiques...d ifférents formats, chambres... mais je me retiens car j'ai l'intuition que c'est aussi un frein sur le plan artistique..

Si j'avais un peu plus de temps et une pièce dédié, c'est avec plaisir que je me remettrais au labo N&B qui demande beaucoup d'énergie mais qui apporte en retour une sorte de magie bien particulière et de grandes satisfactions (si on se donne les moyens).

Bonne continuation concernant la mise en place de votre labo.

.
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Navigation Interne

Prise de vue en studio
Autorisation modèle
La lampe pilote des flashs de studio
Le bol asymétrique
Le Snoot
Comment diriger un modèle
Les volets ou coupe-flux
Le support de fonds motorisé Walimex
Shooting en studio : 14 conseils pratiques
Pour un éclairage en "source unique" de lumière
L'éclairage du fond noir
La prise de vue en studio en argentique
La prise de vue avec trépied
Plans d'éclairage : 5 configurations
Pourquoi les modèles ne sourient pas...
Faut-il s'inspirer de photos (ou peintures) ?
Créer un mini studio photo chez soi pour le portrait
Gestion des éclairages
Le Clair-obscur
Les flashs AURORA
90 pauses modèles
Spot optique et Gobos
Le High Key
Où trouver un modèle ?
Assortir les couleurs
Flashs vs lumière continue
Test flashs de studio
Quelle focale en studio ?
La boite à lumière
Le Bol Beauté
Kit Flashs Elinchrome Dlite
Logiciel plan d'éclairage
Les fonds Studio
Elinchrome Skyport
Le portrait
Les flashs COBRA
Devenir Photographe, témoignage
Photo numérique
La photographie notions pour les débutants
Quel espace couleur sRVB vs Adobe RVB
Un Pare-Soleil - Est-ce vraiment utile
Le filtre polarisant
Quel écran d'ordinateur choisir ?
La photo panoramique
Le hors-cadre
Réalisez vos encadrements photos formats A2...
Encadrements : quelles tailles de passe-partout ?
Réaliser des diptyques
Vendre ses tirages en série limitée
Tyrannie du matériel
Réaliser un Diaporama
Votre oeil vous trompe !
Connaissez-vous le site de Ken Rockwell ?
Photographier en noir et blanc
La diffraction (des objectifs)
Droit à l'image : toujours plus contraignant
Les conseils d'éclairage de Joe
La photographie minimaliste
Réaliser des portraits en intérieur avec un flash externe
Comment devenir meilleur photographe
Développer un style photographique personnel
Choisir le format carré
Définir son style en photographie
Archivage et sauvegarde
Le calibrage de l'écran
Le Bokeh
Le bruit numérique
Bien régler son exposition
Devenir photographe Pro
Les écoles de Photo
Focale fixe vs zoom
Composition des images
Noir et blanc ou couleur ?
Les forums photo
Réussir ses photos
Le HDR
L'objectif 50 mm
La balance des blancs
La profondeur de champ
La retouche numérique
Retouche paysage
Le noir et blanc tons chauds
Testez votre niveau en Postproduction
La postproduction : révélation imminente
DXO FILM PACK à l'épreuve du studio
Les convertisseurs de RAW ne sont pas égaux
Traitement des photos numériques trop lisses
Réglez votre moniteur : contraste et densité
Post-traitement d'un Clair-obscur
Développer vos fichiers raw avec rawtherapee
Gérer le flou directionnel
Nu montant
Virage sépia
La tablette graphique
Ajuster le contraste local
Format RAW vs JPEG
Photoshop vs Lightroom
Photoshop avant / après
Une conversion en N&B
DXO Film Pack
DXO Optics Pro
Plugs-in Photoshop
Photoshop Element 9
Camera Raw
Photoshop CS5 vs CS4
La solarisation
Traitement du bruit
Nikon Capture NX2
Les grands thèmes
Réussir un portrait
Faire son autoportrait
Le Nu
La nature morte
Vie quotidienne
La macro
Photographier la nature
Le paysage
La photo de mode
La photo de nuit
Analyses d'images
Geste de femme
Nu High Key
Lumière
Topologie
Ancien vapeur
Un portrait original
Nu zébré
Saisir l'instant décisif : un exercice de style
Portrait de Gina avec 6 sources de lumière
Nu de Noémie sur malle africaine
La vitesse en 1912
La bulle de Patrick Platrier
Crépuscule de la vie de Marta Rossignol
Anemones de Serge Dissoubray
FAQ numérique
Photo argentique
Le grain argentique
Les révélateurs film au PYRO
Le rodinal en stand développement
Installation d'un labo photo argentique amateur
L'agrandisseur : les critères pour le choisir
Le margeur
Compte-pose et autres accessoires
Le papier photo argentique
Les révélateurs pour papiers argentiques
Bain d'arrêt et fixage
Pratique de l'agrandissement
Techniques particulières d'agrandissement
Retouche et finition en argentique
Temps de développement pour pousser un film
Le Minox GT
Quel viseur Leica M ?
PLUSTEK Opticfilm 120
Scanner avec un Reflex numérique
L'argentico-numérique comme pratique alternative
Techniques d'un maître du tirage
La saga des 6x6 bi-objectifs
Mamiya RB 67
Pratique du moyen format argentique en studio
Tri-X saga
Le traitement de négatifs numérisés en noir et blanc
Matériels argentique : bons plans
Noir et blanc de la prise de vue au tirage (Ph.Bachelier)
Yashica Mat 124 G test
Analyser un négatif noir et blanc
La Lomography a peut-être sauvé le film
Le grand format
Le Konica Hexar AF
Le FUJI GSW 690 "Texas Leica"
Argentique vs numérique
Développer les négatifs
Films et révélateurs : trouver le meilleur couple !
Comment pousser un film avec du Rodinal
L'agrandisseur
Test agrandisseurs
Objectifs d'agrandisseurs
Quel 24x36 mm choisir
Le Leica M6 Classic
Leica M7 vs M6
Leica MP vs M6
Les moyens formats
Le Mamiya 7 II
Les objectifs moyen format (comparatif)
Test scanners de négatifs
Enquête Photo argentique
Scanner vs argentique
Le Pentax 6X7
Hasselblad 500 CM
Les Labos traditionnels
Liste labos argentique
Objectifs pour Reflex
Micro Nikkor 55mm F2,8
Films voilés et Rayons-X

Rejoignez Studio+

Devenez membre de la communauté :

Communauté Studio+

  • Découvrez l'association
  • Partagez vos photos
  • Trouvez des modèles
  • Rentrez en contact avec des photographes

 

Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

Témoignages

  • Dès les premières minutes, une atmosphère fortement sympathique se fait ressentir.Au fur et à mesure de la matinée des échanges sur nos différentes expériences de la photos s'opère, Rémy notre "maître de conférence" défile le cour, ses conseils s'imprègnent. Après la théorie, place à la pratique.Les clichés se dévoilent dans la lueur des flashs, dans une atmosphère studieuse et décontractée des stagiaires, mettant en application tous les conseils donnés. Une journée fortement agréable. Encore merci pour cette Journée.
    VinceFoto

  • Bonjour,Merci pour le stage, vraiment très bien.J'ai appris énormément. Vous remercierez madame pour le repas.J'espère sincèrement à un autre stage.
    T.R. Photographe (dept 63)

  • Bonjour,Encore merci pour ce stage en tout point exceptionnel sur le plan photographique et gastronomique.À bientôt pour un nouveau stage et bon week-end.
    A.G., photographe à Paris

  • Bonjour,Merci pour la qualité de votre stage. C’était très agréable.Vous trouverez les photos reprises et mises en ligne sur mon blog: http://magamellamoi.over-blog.comCordialement,
    G.T. photographe (93)

  • J'ai chargé les photos de Sonia sur mon ordi et il n'y a vraiment pas grand chose à jeter ! Elle est super ! Merci encore, elle pose en Pro et je n'ai jamais fait d'aussi belle photos ! Comme un Pro ! Merci, Bien à toi et à Marie-Christine.
    D.B. Photographe en Seine et Marne