Prochains stages photo et ateliers : Consulter la liste des stages

La prise de vue en studio avec trépied

Écrit par 
864
com_k2.item
(10 votes, moyenne 5.00 sur 5)
La prise de vue en studio avec trépied5.00 sur 50 basé sur 10 votants.


99% des photographes utilisent leur boitier à main levée ce qui semble plus pratique au premier abord.
Le flash, avec une briéveté de l'éclair autour de 1/4000 s, fige le sujet donc pas de souci à se faire concernant un éventuel flou de bougé.

A main levée le photographe conserve ses habitudes de prise de vue (prises en extérieur) avec une grande mobilité et la possibilité des réaliser toute sorte de cadrages dont la plongée et la contre-plongée, le modèle allongé au sol...

Avec les Reflex numériques les photographes prennent souvent trop d'images sans réfléchir...en ayant peur de louper quelque chose...en pensant que la quantité favorise la qualité.

Pourtant il existe une autre façon de travailler plus lente, moins intuitive mais plus qualitative qui encourage l'observation du modèle et la réflexion. Un peu à l'ancienne (avant l'invention du flash électronique) quand nos grands parents allaient chez le photographe qui réalisait 2 voire 3 images à la chambre, pas plus...pour un superbe portrait...

...

Le trépied et son usage

Les plus belles photographies de studio ont été réalisées avec un trépied, nombre de photographes continuent à l'utiliser pour différentes raisons :

  • Travail à la chambre 4x5, 5x7, 8x10 inches (avant 1940 il n'y avait que des grand formats en studio)
  • Utilisation d'un moyen format lourd (plus de 3 kg)
  • Photographie de natures mortes, d'objets publicitaires (pack shot) le sujet étant fixe c'est plus pratique
  • Portrait en gros plan le mannequin étant assis pour un cadrage plus précis au téléojectif
  • Lumière continue : la faible puissance lumineuse impose des vitesses entre 1/15 s et 1/125 s.
  • Ou simplement pour s'obliger à ralentir le rythme, à favoriser plus la qualité que la quantité, à commencer par un studio célébre à Paris qui travaille avec un Reflex numérique full frame...et un trépied de 100 kg qui lui ne court pas les rues...

Au début difficile de changer ses habitudes...

L'utilisation d'un trépied en studio permet une approche différente.

Mais, reconnaissons le, cette pratique est un peu traumatisante au début ; l'appareil semble collé au sol, on ne se sent pas libre de ses mouvements, on a l'impression que c'est compliqué et pénalisant...d'autant que le temps passe très vite et le modèle s'impatiente... !

Moins d'images pour plus de qualité

Avec un peu de pratique le % de bonnes images va grimper drastiquement. Le fait de ralentir le processus va améliorer votre niveau de concentration pour des images plus personnelles, originales et "léchées".

Un détail, qui se dérobait  à main levée, n'échappera plus à votre "radar" :

  • vous regardez beaucoup plus votre sujet (au lieu de l'écran ou le viseur) et le boitier reste pointé sur le sujet
  • affinage de la posture
  • vous corrigez ou contournez les éventuelles "imperfections du modèle" : mèche de cheveux au mauvais endroit, pli d'un vêtement, défaut de maquillage, collier déplacé, nez long ou large, lèvre inférieur épaisse : posture en conséquence...
  • vous devenez, sans vous en rendre compte, une sorte d'anthropologue (anthropologie :  science qui étudie l'être humain sous tous ses aspects dont l'aspect anatomique, morphologique, physiologique) ce qui est très utile pour mettre en valeur le mannequin (visage et parties intéressantes du visage, asymétrie éventuelle, angle d'attaque, corps et partie du corps...)
  • cadrage plus précis
  • meilleur gestion des éclairages : observation des ombres sur le modèle pour un positionnement plus précis des sources, éclairage localisé du fond...
  • réglage précis de l'exposition et de la mise au point

Et l'autofocus ?

Une question se pose, c'est la manière de réaliser votre mise au point. En effet une fois le cadrage effectué le collimateur n'est pas forcément positionné au bon endroit pour réaliser sa mise au point. De plus cette mise au point n'est pas mémorisée.

La solution est de choisir, dans votre menu autofocus, l'option qui consiste à actionner l'autofocus avec un bouton autre que le déclencheur : fonction autofocus avec mémorisation.

Sur le Nikon D800 il existe, à l'arrière du boitier, un bouton AF-ON qui permet de réaliser la mise au point via l'autofocus sans utiliser le déclencheur. Ensuite il conserve le réglage jusqu'à ce que vous appuyez de nouveau sur le bouton AF-ON pour une nouvelle MAP. Pour pourvoir utiliser ce bouton AF-ON il faut le spécifier dans le menu Autofocus : AF-ON seulement (voir le manuel du D800 page 99).

En pratique :

  1. Une fois la hauteur choisie et contrôle des niveaux à bulle
  2. on cadre, serrage de la rotule du trépied
  3. on observe le modèle pour voir si tout est ok ; posture, expression, détails (tenu, accessoires, bijoux au bon endroit...)
  4. on déverrouille la rotule, MAP sur l'oeil ou le nez, on re-verrouille...attention c'est parti...

Sur un appareil argentique sans autofocus c'est le centre de l'image (lentille fresnel...) qui va permettre une mise au point précise.

4 cadrages quasi impossibles avec un trépied

  • à ras du sol
  • modèle allongée
  • en plongée
  • en contre-plongée

Avantages / inconvéniants de l'utilisation d'un trépied en studio

+

  • % de bonnes images en nette hausse
  • moins de post-production car moins de sélection (editing) et moins de retouches à réaliser sur les photos sélectionnées
  • on progresse plus car on se disperse moins,  on mémorise mieux les images réalisées pendant la séance
  • possibilité de travailler en lumière continue
  • idéal pour les natures mortes
  • pour un boitier lourd (>1.7 kg) moins de fatigue après 2h

-

  • quantité moindre d'images (2 à 5 fois moins env.) donc théoriquement on peut perdre des opportunités de shoot dans les expressions (surtout si le modèle est Pro ou Semi-Pro), en pratique la première photo d'une série est souvent la meilleure !
  • certains cadrages sont impossibles (plongée...)
  • prise de vue en statique, le mannequin ne peut pas danser par exemple
  • prend plus temps (donc peu rentable pour la photographie utilitaire, travail de commande sans but artistique...)
  • pour du close-up (en très gros plan avec un objectif macro par exemple) le trépied est déconseillé avec un modèle vivant car la mise au point est trop difficile à réaliser.

Choisir son pied photo

La rotule

En photographie il existe principalement 2 types de rotules qui ont chacunes leurs avantages :

  • la rotule 3D permet, à l'aide de 3 manettes, de positionner précisement l'appareil pour un cadrage précis : dans le plan horizontal, vertical et l'inclinaison. L'inconvéniant c'est bien sûr la lenteur car il y a 3 manettes à actionner l'une après l'autre
  • la rotule Ball qui permet un cadrage en une seule opération ; c'est la plus rapide mais par contre une rectification dérègle l'ensemble

..

La question du poids

Contrairement au pied d'extérieur le poids n'est pas un problème en studio, au contraire !  Donc pas besoin de dépenser une fortune dans un pied titane ou tout carbone style Gitzo à 1400 euros.  L'alu fait parfaitement l'affaire.

Utilité du niveau à bulle

Très pratique pour gagner du temps et de la précision dans le cadrage, une fois à la bonne hauteur on est sûr de l'horizontalité. En générale il y a 2 niveaux à bulles sur les rotules 3D (plan horizontal, avant / arrière). Sur les rotules Ball, en général, une seule bulle.

La question de la fiabilité

Le trépied photo est probablement le seul accessoire indestructible. Si vous ne lésinez pas sur la qualité, vous risquez de le garder...à vie. Pour un pied haut de gamme, le marché de l'occasion est une bonne idée.

Quel budget pour un trépied

  1. En neuf : MANFROTTO MT190XPRO4 + rotule 3D MHXPRO-3W  334 euros
  2. En occasion pour un modèle plus costaud : le MANFROTTO 055  + rotule 029 est un bon choix pour 170 euros environ.

Caractéristiques du trépied MANFROTTO MT190XPRO4 + rotule 3D MHXPRO-3W :

  • Garantie 2 ans
  • Poids : 2,05 Kg
  • Hauteur replié : 49 cm
  • Hauteur maximum : 160 cm
  • Hauteur minimum : 8 cm
  • Poids admis : 7 Kg
  • 4 sections
  • Matériau : Aluminium

Rotule :

  • Plateau rapide : Oui
  • Bascule avant-arrière : -30° / +90°   
  • Blocage indépendant : Oui
  • Matériau : Aluminum
  • Mouvement latéral : -30° / +90°
  • Rotation panoramique : 360°
  • Serrage panoramique indépendant : Oui
  • Système de sécurité secondaire : Oui
  • Charge admissible : 8 kg
  • hauteur d'utilisation : 13 cm
  • Poids : 1 kg

Lu 4262 fois Dernière modification le mardi, 26 avril 2016 16:16
Rémy Gautard

Passionné par la photographie argentique & numérique et pratiquant la photo depuis maintenant plus de 30 ans, j'organise avec Studio-plus.fr des stages d'initiation pour débutants jusqu'aux plus expérimentés. Retrouvez-moi sur Google+

Découvrez les prochains stages

Site internet : www.remy-gautard.book.fr E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ajouter un Commentaire


Navigation Interne

Prise de vue en studio
Autorisation modèle
La lampe pilote des flashs de studio
Le bol asymétrique
Le Snoot
Comment diriger un modèle
Les volets ou coupe-flux
Le support de fonds motorisé Walimex
Shooting en studio : 14 conseils pratiques
Pour un éclairage en "source unique" de lumière
L'éclairage du fond noir
La prise de vue en studio en argentique
La prise de vue avec trépied
Plans d'éclairage : 5 configurations
Pourquoi les modèles ne sourient pas...
Faut-il s'inspirer de photos (ou peintures) ?
Créer un mini studio photo chez soi pour le portrait
Gestion des éclairages
Le Clair-obscur
Les flashs AURORA
90 pauses modèles
Spot optique et Gobos
Le High Key
Où trouver un modèle ?
Assortir les couleurs
Flashs vs lumière continue
Test flashs de studio
Quelle focale en studio ?
La boite à lumière
Le Bol Beauté
Kit Flashs Elinchrome Dlite
Logiciel plan d'éclairage
Les fonds Studio
Elinchrome Skyport
Le portrait
Les flashs COBRA
Devenir Photographe, témoignage
Photo numérique
La photographie notions pour les débutants
Quel espace couleur sRVB vs Adobe RVB
Un Pare-Soleil - Est-ce vraiment utile
Le filtre polarisant
Quel écran d'ordinateur choisir ?
La photo panoramique
Le hors-cadre
Réalisez vos encadrements photos formats A2...
Encadrements : quelles tailles de passe-partout ?
Réaliser des diptyques
Vendre ses tirages en série limitée
Tyrannie du matériel
Réaliser un Diaporama
Votre oeil vous trompe !
Connaissez-vous le site de Ken Rockwell ?
Photographier en noir et blanc
La diffraction (des objectifs)
Droit à l'image : toujours plus contraignant
Les conseils d'éclairage de Joe
La photographie minimaliste
Réaliser des portraits en intérieur avec un flash externe
Comment devenir meilleur photographe
Développer un style photographique personnel
Choisir le format carré
Définir son style en photographie
Archivage et sauvegarde
Le calibrage de l'écran
Le Bokeh
Le bruit numérique
Bien régler son exposition
Devenir photographe Pro
Les écoles de Photo
Focale fixe vs zoom
Composition des images
Noir et blanc ou couleur ?
Les forums photo
Réussir ses photos
Le HDR
L'objectif 50 mm
La balance des blancs
La profondeur de champ
La retouche numérique
Retouche paysage
Le noir et blanc tons chauds
Testez votre niveau en Postproduction
La postproduction : révélation imminente
DXO FILM PACK à l'épreuve du studio
Les convertisseurs de RAW ne sont pas égaux
Traitement des photos numériques trop lisses
Réglez votre moniteur : contraste et densité
Post-traitement d'un Clair-obscur
Développer vos fichiers raw avec rawtherapee
Gérer le flou directionnel
Nu montant
Virage sépia
La tablette graphique
Ajuster le contraste local
Format RAW vs JPEG
Photoshop vs Lightroom
Photoshop avant / après
Une conversion en N&B
DXO Film Pack
DXO Optics Pro
Plugs-in Photoshop
Photoshop Element 9
Camera Raw
Photoshop CS5 vs CS4
La solarisation
Traitement du bruit
Nikon Capture NX2
Les grands thèmes
Réussir un portrait
Faire son autoportrait
Le Nu
La nature morte
Vie quotidienne
La macro
Photographier la nature
Le paysage
La photo de mode
La photo de nuit
Analyses d'images
Geste de femme
Nu High Key
Lumière
Topologie
Ancien vapeur
Un portrait original
Nu zébré
Saisir l'instant décisif : un exercice de style
Portrait de Gina avec 6 sources de lumière
Nu de Noémie sur malle africaine
La vitesse en 1912
La bulle de Patrick Platrier
Crépuscule de la vie de Marta Rossignol
Anemones de Serge Dissoubray
FAQ numérique
Photo argentique
Le grain argentique
Les révélateurs film au PYRO
Le rodinal en stand développement
Installation d'un labo photo argentique amateur
L'agrandisseur : les critères pour le choisir
Le margeur
Compte-pose et autres accessoires
Le papier photo argentique
Les révélateurs pour papiers argentiques
Bain d'arrêt et fixage
Pratique de l'agrandissement
Techniques particulières d'agrandissement
Retouche et finition en argentique
Temps de développement pour pousser un film
Le Minox GT
Quel viseur Leica M ?
PLUSTEK Opticfilm 120
Scanner avec un Reflex numérique
L'argentico-numérique comme pratique alternative
Techniques d'un maître du tirage
La saga des 6x6 bi-objectifs
Mamiya RB 67
Pratique du moyen format argentique en studio
Tri-X saga
Le traitement de négatifs numérisés en noir et blanc
Matériels argentique : bons plans
Noir et blanc de la prise de vue au tirage (Ph.Bachelier)
Yashica Mat 124 G test
Analyser un négatif noir et blanc
La Lomography a peut-être sauvé le film
Le grand format
Le Konica Hexar AF
Le FUJI GSW 690 "Texas Leica"
Argentique vs numérique
Développer les négatifs
Films et révélateurs : trouver le meilleur couple !
Comment pousser un film avec du Rodinal
L'agrandisseur
Test agrandisseurs
Objectifs d'agrandisseurs
Quel 24x36 mm choisir
Le Leica M6 Classic
Leica M7 vs M6
Leica MP vs M6
Les moyens formats
Le Mamiya 7 II
Les objectifs moyen format (comparatif)
Test scanners de négatifs
Enquête Photo argentique
Scanner vs argentique
Le Pentax 6X7
Hasselblad 500 CM
Les Labos traditionnels
Liste labos argentique
Objectifs pour Reflex
Micro Nikkor 55mm F2,8
Films voilés et Rayons-X

Rejoignez Studio+

Devenez membre de la communauté :

Communauté Studio+

  • Découvrez l'association
  • Partagez vos photos
  • Trouvez des modèles
  • Rentrez en contact avec des photographes

 

Inscrivez-vous, c'est gratuit !

 

Témoignages

  • Dès les premières minutes, une atmosphère fortement sympathique se fait ressentir.Au fur et à mesure de la matinée des échanges sur nos différentes expériences de la photos s'opère, Rémy notre "maître de conférence" défile le cour, ses conseils s'imprègnent. Après la théorie, place à la pratique.Les clichés se dévoilent dans la lueur des flashs, dans une atmosphère studieuse et décontractée des stagiaires, mettant en application tous les conseils donnés. Une journée fortement agréable. Encore merci pour cette Journée.
    VinceFoto

  • Bonjour,Merci pour le stage, vraiment très bien.J'ai appris énormément. Vous remercierez madame pour le repas.J'espère sincèrement à un autre stage.
    T.R. Photographe (dept 63)

  • Bonjour,Encore merci pour ce stage en tout point exceptionnel sur le plan photographique et gastronomique.À bientôt pour un nouveau stage et bon week-end.
    A.G., photographe à Paris

  • Bonjour,Merci pour la qualité de votre stage. C’était très agréable.Vous trouverez les photos reprises et mises en ligne sur mon blog: http://magamellamoi.over-blog.comCordialement,
    G.T. photographe (93)

  • J'ai chargé les photos de Sonia sur mon ordi et il n'y a vraiment pas grand chose à jeter ! Elle est super ! Merci encore, elle pose en Pro et je n'ai jamais fait d'aussi belle photos ! Comme un Pro ! Merci, Bien à toi et à Marie-Christine.
    D.B. Photographe en Seine et Marne