Author: Studio-Plus

Studio-Plus / Articles posted by Studio-Plus (Page 2)

Le développement des négatifs noir et blanc

Développer ses négatifs noir et blanc Le développement des films noir et blanc est un processus très simple, répétitif et économique. Avec l'habitude et du soin c'est une simple formalité avec un résultat impeccable bien meilleur qu'un labo professionnel spécialisé car vous faites du sur-mesure avec le couple film / révélateur qui vous convient. La seule difficulté est que l'on ne peut pratiquement pas rattraper ses erreurs. Si vous ne disposez pas d'une chambre noire vous pouvez réaliser ou acheter un manchon de chargement qui permet de charger la cuve dans le noir complet. Sinon il existe des cuves à chargement en plein jour mais elle ne développent qu'un seul film à la fois. Matériel nécessaire Cuve Paterson avec spire Ciseaux (pour couper le film) Thermomètre Pinces à film Montre avec chrono Verre doseur Pochette de rangement des négatifs KENRO + classeur Mode opératoire Préparer révélateur, fixateur, washaid (qui est un accélérateur de lavage) Charger votre film dans la cuve dans le noir complet puis Fermer la cuve Paterson Vous pouvez allumer la lumière Vérifier la température du révélateur qui doit être de 20 degrés à 1/2 degré près Verser le révélateur dans la cuve Démarrage du chrono de la montre Agitation du film pendant le développement : 4 retournements de la cuve chaque minute Vider le révélateur une fois le temps écoulé Remplir / vider la cuve 3 fois avec de l'eau du robinet à 20 degré environ (durée totale du lavage : environ une minute) Verser le fixateur dans la cuve (20 degré environ) Agitation Après le temps de fixage préconisé : vider le fixateur Rincage Mettre du washaid dans la cuve Agitation pendant 3 mn mn puis vider Lavage du film à l'eau du robinet pendant 40 minutes environ Agitation périodique pour aider au lavage Tremper votre film dans de l'eau déminéralisé pendant 30 s pour enlever toute trace de calcaire Séchage du film : suspendre le film à l'aide des 2 pinces à film Durée du séchage : 2h minimum à l'abri de la poussière. Ensuite le film est découpé au ciseau par bande de 6 vues (24x36mm), 3 vues en 6x7...

André Dienes

André  Dienes est né en 1913 dans la commune de Turia en Transylvanie, aujourd’hui partie de la Roumanie. Suite au décès tragique de sa mère, il part, du haut de ses 15 ans, vers l’Europe à pied (un peu comme l’aura fait le sculpteur Brancusi) pour se retrouver en Tunisie à faire de petits boulot. Il achètera son premier appareil photo Rétina 35mm et prend alors goût à la photographie. Dès 1933, il arrive à Paris et je peux imaginer qu’il se fasse aider par la nombreuse communauté d’origine hongroise dans la capitale française. Il y a là des gens déjà connus comme Brassai venus de Brasov et Charles Rado, ces deux vont créer l’agence Rapho. Il y a d’autres artistes d’origine hongroise que vous pouvez re-découvrir au long de ces causeries. Peut- être aussi une relation avec Ergy Landau, adepte du Rolleiflex ? (Causerie à venir.) Avec son nouveau appareil, il travaille pour le  journal Humanité et pour Associated Press. Certainement aux puces parisiennes, vous aurez la chance de trouver ces journaux d’époque avec les clichés de André De Dienes, une modification patronymique pour être mieux perçu ? Nous savons que Paris est la capitale de la mode, plus vrai encore dans ces années d’avant- guerre. Son travail de reporter lui fait rencontrer alors Edward Molyneux , le chef d’entreprise connu des parfums Capitaine Molyneux et une suggestion de traverser l’Atlantique pour aller travailler pour les grandes revues de mode, Vogue, Life, Esquire…. Voila donc notre émigré venu des Carpates après des années dignes de film rocambolesque travaillant un sujet dont il a rêvé enfant. Les indiens. Les Hopi, les Navajos, les Apaches. Aussi Harlem et la rue NAVAJO"— by Andre de Dienes (Right)— Because it has caught the true beauty of the American Southwest, with its cloud-swept skies, its freedom and romantic wildness — dans Life du 12 mai 1941.Je vous invite à lire l’archive plus loin .Une scène  d une danseuse avec la jupe enlevée par le vent…tiens tiens par un autre photographe ….. Cela lui permet de faire un travail rémunérateur et de se constituer des archives pour plus tard. Nous sommes alors en 1938 pour enfin voir le jeune homme se stabiliser en 1944 à Hollywood pour faire de la photographie de studio , Brando, Fonda , Reagan , Liz Taylor , tant d’autres devant son objectif, la photo glamour. Un jour de 1945, André De Dienes est dans sa chambre dans un hôtel d’Hollywood au nom charmant de Jardin d’Allah ! Lisons quelques...

Fédération Photographique de France (F.P.F.)

La Fédération Photographique de France est la référence du monde photographique amateur français En rejoignant la Fédération (à travers un club, Studio+ ou en individuel) vous pourrez rencontrer de nombreux passionnés d'images qui ont fait le choix de s'affilier afin de profiter de nombreux avantages et principalement : Des rencontres d'information avec les marques telles que Nikon, Canon, Epson, H.P. ou autres, sur les matériels et les nouveautés Des conditions négociées et des promotions réservées aux Adhérents tout au long de l'année Des documents de formation / information dans les domaines essentiels comme la prise de vues, le numérique, le laboratoire, le matériel etc Des ateliers d'analyse d'image et de conseils personnalisés à travers les structures locales ou nationales adaptées aux demandes Des compétitions ouvertes à tous et pour tous niveaux, tant sur le plan national qu'international dans des catégories aussi diverses que : Nature, Jeunesse, Auteurs, Créativité, Reportage etc La disposition d'une carte accréditive "Photographe FPF" véritable sésame de bien des situations et facilitant souvent l'accès photographique aux manifestations sportives ou culturelles La réception de nombreuses iconographies et publications éditées régulièrement et regroupant les meilleures images de nos Adhérents (les vôtres demain ?). Enfin et parce que la liste serait trop longue, je ne peux que vous inciter à contacter le secrétariat, ouvert du lundi au vendredi de 10h à 16H et qui vous renseignera sur les modes d'affiliation les mieux adaptés à votre besoin. <br /> S'abonner à la revue France Photographie Studio+ est une association loi 1901 inscrite à la Fédération Photographique de France sous le n°1835 ...

Viseur à télémètre contre Reflex

La visée télémétrique a de nombreux avantages Les attraits de la visée télémétrique ont permis la survivance d’un appareil et d’un concept au premier regard dépassé face aux boitiers modernes qui usent de technologie électronique pour gérer les automatismes, pourtant le télémètre du Leica M9 (idem pour tous les Leica M ) a de nombreux avantages. + La visée peut être faîte les 2 yeux ouverts grâce au décentrement du viseur ce qui permet d’anticiper la scène ou l’arrivée d’un sujet Viseur ultra lumineux On conserve la visée pendant le déclenchement ce qui permet de vérifier que l’on a saisie la bonne expression Télémètre très précis permettant de travailler avec des objectifs (lumineux) à grande ouverture Poids raisonnable du boitier (585 g pour un leica M9), encombrement idéal L’absence de miroir permet Un temps de déclenchement très court entre le moment ou l’on presse le déclencheur et la prise de vue effective (35 ms contre 170 à 250 ms pour un reflex) Silence de déclenchement (le champion dans ce domaine est le Konica Hexar AF (appareil argentique) grâce à son « silent mode Utilisation des vitesses très lentes à mains levées : il m’est arrivé de déclencher au 1/4 de secondes avec le 50 mm et d’obtenir des photos parfaitement piquées alors que la limite théorique est 1/25 de seconde…incroyable ! Mise au point rapide par faible éclairement même avec des lunettes grâce à la luminosité du viseur Discrétion : pour un novice le télémétrique ressemble à un appareil amateur, on est moins repéré face au sujet ou dans une foule Contrairement aux reflex qui possèdent un miroir, la faible distance objectif / capteur du télémétrique permet l'utilisation de grands angles non rétrofocus lumineux de très grande qualité Les grands angles et les très grands angles sont très agréables à utiliser soit avec un viseur externe ultra lumineux (Voigtlander) par exemple entre 12 et 21 mm soit avec le viseur de l’appareil pour les objectifs 24, 28 et 35 mm Vaste gamme d'objectifs Leica M chers mais exceptionnels notamment à grande ouverture Objectifs Voigtlander et Zeiss disponibles en lieu et place des objectifs Leitz certes un peu moins bon mais 5 à 7 fois moins chers en neuf Posemètre simple et efficace. - Macrophotographie quasi impossible, les Leica télémétriques ne permettent pas de descendre à moins de 70 cm du sujet. Seul le reflex permet de se rapprocher du sujet sans problème de parallaxe Télé-objectifs à focale limitée : avec...