Author: Studio-Plus

Studio-Plus / Articles posted by Studio-Plus (Page 43)

Le nu académique

DESCRIPTION réaliser des photographies en s'inspirant des arts picturaux (peinture)  tels qu'enseignés dans les cours de nu d'académie qui étaient dispensés obligatoirement jusqu'en 1970 dans les écoles des Beaux-Arts CREATION DU THEME janvier 2011 TEINTE DES IMAGES noir et blanc et couleur NIVEAU DE DIFFICULTE moyen ECLAIRAGE éclairage assez frontal avec une ou deux sources, fond noir uni ou avec des motifs (chamarrés, trompe-l'oeil...

Alexandru Bellu (1850-1921)

Bellio à Paris Le jeune homme de bonne famille qui fait ses études en Suisse et en France , vivant d’abord avec sa mère divorcée,ensuite chez son oncle le docteur Georges de Bellio à Paris est né sous la bonne étoile. Sa famille, des boyards (propriétaires terriens) fortunés venant de Macédoine et installés en Roumanie vont lui transmettre le goût de la connaissance et la culture .Des études de droits à Paris et les rencontres des milieux intellectuels et artistiques de l’époque. Et quelles  rencontres ! Nadar dans son atelier, 35 Boulevard des Capucines et les  peintres impressionnistes, 9 Place Pigalle au café de la Nouvelle Athènes. Des amis de son oncle, collectionneur et mécène des impressionnistes. Aussi les intellectuels et artistes roumains qui viennent du Petit Paris, comme est appelé Bucarest   vers la ville Lumière, comme celui qui deviendra le peintre national Nicolae Grigorescu  mais qui, pour l’instant, dans ces années 1876-1877 est un inconnu ou presque, parmi les peintres de l’Ecole de Barbizon, un peintre qui s’évade vers la Bretagne pour s’installer des mois à Vitré. Ce peintre sera l’ami pour toujours. Catinca Care cu boi la Oratii De Paris en passant par l’Italie , Alexandru Bellu s’initie à la photographie auprès de Nadar  mais aussi des frères Alinari de Florence  qui lui prêtent leur laboratoire pour y faire lui même ses tirages , peut être aussi Giacomo Brogi ,qui aussi possède un de ses studios à Florence. Toujours à Paris, il se lie d’amitié avec les fabricants d’appareils de photographies et de produits comme Jules Richard, fabricant des appareils stéréoscopiques qu deviendront aisés de manipulation avec des plaques photographiques toutes prêtes à l’emploi vers la fin du 19ieme siècle. Avant l’amateur éclairé pouvait aussi étaler l’émulsion photographique sur les plaques de verre. Alexandru Bellu utilisera son Vérascope Richard lors de ses déplacements pour ses souvenirs touristiques. Homme cultivé, riche et avec relations, Alexandru Bellu sera à Paris en 1900 pour le projet de la construction du pavillon de la Roumanie sur le modèle de son conac, lors de l’Exposition Universelle .Le projet ne se réalisera pas. Cependant il sera décoré par les autorités françaises de la Légion d’Honneur au grade d’officier. Mais, l’œuvre est ailleurs. En effet sur sa terre, dans sa propriété, dans son conac de Urlati, il va pouvoir, pendant une trentaine d’années, sans aucun besoin pécuniaire, réaliser un tableau d’une paysannerie heureuse et d’un  milieu rural idyllique. Utilisant les paysans, de fait les paysannes ou ses jeunes servantes...

Concours Photo Studio+ 2011

Résultats du concours 2011 : 1er : Bertrand Arnou : Bertrand Arnou (19) - Au détour d'une place de Katmandou, une rencontre émouvante. Bertrand a donc choisi de participer au stage du 21 janvier 2012. 2ème : Pauline Houel : Pauline Houel (32) - La nymphe 3ème : Christophe Cagnard : Christophe Cagnard (5) - Photo réalisée en studio "maison" sur fond blanc avec éclairage BAL. Déssaturée via PhotoShop. Photo titrée "Le Saxo de Margaud". Merci à tous les participants, merci au jury La Présidente CONCOURS 2011 Photographies des participants Sabine Jau (40) - Dans un village reculé du Népal : un autre monde, une autre vie. Une amitié de quelques temps qui vous marque pour longtemps...

Présentation de votre book

Le site Internet est un outil fabuleux pour montrer ses photos mais il n’est pas suffisant à lui seul. Les photos sur Internet permettent de générer un premier contact pour un casting par exemple ; ce qui compte alors c'est la qualité des images présentées et non la quantité. Ensuite lors du rendez-vous qui va suivre vous devrez présenter vos tirages papier . On n’a encore rien trouvé de mieux pour vous mettre en valeur que le book « papier ». Le « bricolage » est vite sanctionné et le contenant a parfois autant d’importance que le contenu. Il faut alors présenter vos photos dans un book, une boite ou un livre imprimé. Le book photo traditionnel Un book est un recueil de pochettes transparentes. Chaque pochette contient généralement une feuille noire de type Canson. Il existe des books « reliés collés », des books à spirales, des classeurs. Parfois le book ressemble à une serviette avec une poignée et une finition cuir qui peut se conserver longtemps, c’est l’avantage de la qualité, de la sobriété et du classicisme, il ne se démodera pas. Le book est surtout utilisé dans les milieux de la mode, la pub, le studio. Un book photo traditionnel de haute qualité L’option « boite » C’est le mode de présentation le plus économique, votre interlocuteur sortira les tirages un à un. Il est important de soigner la qualité des tirages qui doit être du type « Fine Art ». Le livre photo personnalisé Ce type de présentation se développe. L’avantage du livre photo est de permettre des effets de maquette et de proposer des doubles pages originales. Le livre photo demande de l’expérience pour réaliser de belles mises en pages. Pour un beau livre relié avec jaquette au format A4 avec 35 pages environ compter de 70 à 150 euros suivant le niveau de finition, la couverture et la qualité du papier. Attention une fois la maquette faite c’est définitif. Le book traditionnel est évolutif et peut s’adapter à chaque rendez-vous, pas le livre photo ! Soignez la présentation, quelques conseils soigner l’ordre des images, le book doit avoir un début, un milieu et une fin 40 photos au maximum, plutôt 25 ou 30 éviter les doublons ou les images proches évitez les images floues ou sombres qui plaisent aux passionnés de photo mais beaucoup moins aux « recruteurs » les 2 ou 3 dernières images vont laisser une trace dans la mémoire de votre interlocuteur, elles doivent donc...

Noir et Blanc : De la prise de vue au tirage (Livre)

"La photographie noir et blanc offre une liberté d'expression inégalée. Souvent entourée de mystères, ses exigences techniques ont parfois la réputation d'être réservées à quelques inités. Beaucoup de néophytes continuent de penser que la réussite de leur images est indissociable du savoir-faire d'un alchimiste pourvu d'un matériel sophistiqué. C'est une légende : la plupart des oeuvres qui ont marqué l'histoire de la photographie a été réalisée avec des appareils, des films, des papiers et des produits chimiques disponibles chez les revendeurs spécialisés. Maîtriser avec succès la prise de vue et l'art du tirage est accessible à tous avec un peu de méthode, beaucoup de passion et un minimum d'investissement. Toutes les opérations expliquées dans ce livre sont issues de pratiques habituelles. Aucune des photographies reproduites n'a bénéficiée d'un quelconque secret jalousement gardé ! L'image argentique, malgré l'essor du numérique, a encore de belles années devant elle : les fabricants font toujours appel à la technologie traditionnelle, et la qualité des produits est sans cesse améliorée. Noir et blanc est une synthèse des informations les plus récentes et des connaissances essentielles à la prise de vue, au développement des films et à la réussite des tirages. Mais plus que de donner des recettes infaillibles, son ambition est de rester une porte sur le plaisir de photographier." Livre disponible en 4ème édition sur Amazon Site officiel Philippe Bachelier "Ce livre bien connu s'adresse à ceux qui souhaitent découvrir ou approfondir la photographie argentique noir à blanc, c'est aujourd'hui encore LE livre de référence en français sur le sujet ." R.Gautard ...