Photo Argentique

Studio-Plus / Photo Argentique (Page 3)

FUJI GSW690 : un moyen format pour le paysage

"La démarche consistant à prendre des photos avec ces matériels anciens est à l’opposé de l’utilisation d’un reflex numérique. D’abord, ces moyens formats sont entièrement mécaniques. Ils n’ont pas de cellule pour mesurer la lumière, pas d’automatisme pour adapter les paramètres d’exposition, pas d’autofocus pour faire la mise au point… Leur mise en œuvre nécessite donc un peu de rigueur, de réflexion, et d’implication. En particulier en ce qui concerne l’exposition – au moins au début. Et puis dès les premiers films développés, on se rend compte que la règle des F16 fonctionne très bien avec du négatif, et que l’appréciation « à l’œil » de la lumière est finalement beaucoup plus efficace que la vérification systématique d’un histogramme sensé indiquer si l’exposition doit être corrigée d’1/6 d’II !  Au besoin, une cellule à main (ou même une appli sur le smartphone) permet de se sortir des situations les plus délicates. Ensuite, l’impossibilité de visualiser instantanément les photos réalisées rend la prise de vue très reposante, et incite à se concentrer plutôt sur la prochaine photo que sur la précédente; et ça change tout ! Parfois, finir un film prend tellement de temps qu’on en arrive à ne plus se souvenir de ce qu’on avait pris au début et qu’on est heureux de retrouver des photos oubliées; c’est souvent très agréable ! "  Frédéric Guidoni ___________________ Comment réaliser des photographies de paysage en argentique noir et blanc avec un matériel assez léger produisant une qualité d'image élevée...

Numériser avec un Reflex numérique

Les progrès des capteurs numériques en terme de définition (nombre de pixels) et de dynamique permettent d'envisager de plus en plus la numérisation des négatifs ou diapos avec un Reflex numérique. Une fois l'appareil acheté, il ne vous reste plus grand chose à ajouter pour obtenir facilement des scans d'une qualité correcte voire supérieure, en moyen format, à un scanner à plat haut de gamme comme le Epson V850. Pour travailler d'une façon efficace je vous propose la configuration matériel suivante un Nikon D800 (avec ses 36 MP, sa dynamique et ses bonnes optiques macro le D800 est un très bon choix pour scanner) un objectif macro : Sigma DG 50mm F2.8, nikon AIS 55mm, AF 60mm  + bague allonge éventuelle un agrandisseur KROKUS 3 à acheter d'occasion pour 50 euros environ ; ainsi on récupère : la colonne avec le plateau le porte négatif avec verre qui permet  de conserver bien à plat le négatif (jusqu'au format 6x9 cm) un petit flash un caisson fait maison avec du papier d'aluminium à l'intérieur pour réflechir la lumière du flash, un verre dépoli au dessus). un niveau à bulle pour vérifier que le boitier est parfaitement parallèlle au porte négatif. Avant toute chose vous devez vérifier la qualité de votre éclairage Vous photographiez sans négatif et vous vérifier que l'étalement de la lumière est parfaitement réparti sur toute la surface. La numérisation : mode opératoire positionner le négatif dans le porte négatif après l'avoir dépoussiéré cadrer le négatif faire la mise au point (en manuel le D800 possède un télémètre electronique) régler  l'appareil vitesse :  1/125e  à F8 ou 11 à  100 ou 200 Iso positionner le flash au bon endroit (juste au dessus du porte négatif) déclencher (format raw) vérifier l'histogramme et changer le diaphragmme si besoin. Quelle est la définition (DPI) obtenue  sur le scan 6x7 (soit 56mm x 69,5mm) Le calcul est le suivant     DPI   = ( nb de pixels en largeur  x  2,54)  /  largeur (en cm). Une fois le négatif 6x7 recadré à la prise de vue on obtient  1166 dpi sur le Canon 5D (12,3 MP) Exemple :      2570 pixels  x  2.54  /  5,6 cm    =  1166 DPI avec un Canon 5D :  1166 dpi avec un Canon 5D mk 2 ou mk 3  : 1673 dpi avec un Nikon D800 : 2180 dpi Comparatif Canon 5D Mark 1 vs Nikon D800 Sur un tirage A4 on ne voit pas la différence. Par contre si on agrandit l'écart est important. Numériser avec Photomerge En réalisant 4 photos d'un...

Agrandisseurs pour le noir et blanc

L'agrandisseur se compose d'une source de lumière opale ou halogène d'une tête à lumière diffuse ou d'un ensemble de un à trois condensateurs permettant de concentrer la lumière sur la pellicule (lumière dure) d'un porte filtre pour filtres de couleur ce qui permet de modifier le contraste des papiers multigrades d'un porte négatif, où ce dernier est maintenu entre deux plaques de verre (pour une planéité maximum) ou simplement glissé entre deux rainures d'un objectif interchangeable, généralement son diamètre est de 39 mm parfois d'une tête couleur : qui peut le plus, peu le moins Comprendre le fonctionnement de l'agrandisseur L'éclairage de l'agrandisseur Concernant le type d'éclairage de l'agrandisseur, vous avez 3 possibilités : Eclairage dirigé avec condensateur : résultat : grain plus apparent, tirage plus dur (1/2 à 1 graduation), sensation de netteté, les éventuelles rayures et poussières apparaissent très nettement sur le tirage Eclairage diffus, lumière froide (par exemple avec une tête couleur) :  grain masqué, tirage plus doux, moins net, poussières et rayures du négatif moins présentes, lumière mieux étalée sur l'ensemble du négatif Eclairage demi dirigé : lumière diffuse + condensateur pour une moyenne entre les deux éclairages précédents Agrandisseurs comparatif Format :  taille maximum du négatif Eclairage :  lumière dirigée = lumière dure, plus de netteté, contraste, grain...

Yashica Mat 124 G

J'ai fait l'acquisition d'un Yashica Mat 124 G "Mint" récemment et vous livre mon appréciation. Ayant une bonne pratique du Rolleiflex F3,5 dans le passé mais les Rollei étant hors de prix je me suis rabattu sur cet appareil. Pour un prix de 180 euros sur Ebay UK vous pouvez accéder à une sorte de  Rollei du pauvre mais qui à un avantage : il est beaucoup plus récent (1985 environ) ! Il semble qu'à part le Seagull 6x6 (qui est très inférieur) le Yashica Mat soit le dernier des bi-objectif fabriqué. Les proportions d'ensemble restent très compactes puisqu'elles suivent fidèlement la disposition Rolleiflex des organes avec une bobine débitrice du film placée juste au dessous de l'objectif de prise de vue, un dos à profil en L et un cheminement analogue de la pellicule, difficile d'améliorer la compacité d'un tel dessin. Les Yashica sont appréciés pour leur objectif 80 mm de type Tessar à 4 lentilles. Par contre la réputation du Yashica Mat est mauvaise concernant la planeïté du film 120 (contrairement au film 220 qui permet de tirer parti de la qualité de l'objectif) + Bon compagnon de voyage, facile à utiliser, maniable et léger : 1070 g Déclenchement : douceur de la commande et discrétion de l'obturateur Copal ( mais armement bruyant ) J'aime bien la molette de mise au point douce et onctueuse Cellule couplée pratique et précise, assez sensible, convient parfaitement pour le noir et blanc, angle de mesure assez réduit, nouvelles piles compatibles :  EPX625G en remplacement soit 1.5 V (au lieu des 1.35 V avant ) Bon objectif fournissant des images contrastées et piquées à mains levées Accepte les films 220 24 poses (notamment les excellents films couleurs négatifs Portra 160 de Kodak ou FUJI Velvia 50) Monture à bayonnet Bay 1 de rollei donc accessoires faciles à trouver (pare-soleil, filtres, bonnettes...

La Photographie argentique

La photographie connaît actuellement une mutation technologique et esthétique indéniable L'arrivée du numérique, aux qualités indis­cutables, a bouleversé la profession. Il apporte une facilité qui n'est pas toujours un critère de qualité. Force est de constater que cette technique incite nombre de reporters et d'amateurs à multi­plier à l'excès les prises de vue. Avec l'apparition du por­table capable de saisir des "images", la coexistence entre les photographies réfléchies des professionnels et les images hasardeuses prises par des amateurs pose déjà de sérieux problèmes dans les médias. L'usage inten­sif et irréfléchi de l'ordinateur permet sans doute de peau­finer le résultat final mais introduit désormais de sérieux doutes sur l'authenticité de certaines photographies publiées. L'engouement est bien orchestré et favorisé par le marketing qui ne cesse d'attirer le public vers les techniques numériques www.centraldupon.com Néanmoins, la position de l'argentique reste encore assez bien implantée Après quelques années durant laquelle elle a été délaissée, voire boudée, la photo argentique redevient un art photographique très apprécié, notamment auprés des jeunes photographes qui n'ont pas eu le plaisir de goûter aux joies du laboratoire photo du temps où il n'y avait pas d'autres possibilités ! Il est vrai que les grands groupes industriels manipulent l'information donc, au bout du compte, la consommation. Ils peuvent à tout moment décider de stopper la fabrication des produits argentiques considérée comme non rentable par leurs actionnaires. Nous avons déjà connu un phénomène identique dans les années 70 lorsque certaines firmes avaient décidé l'arrêt de la fabrication du papier baryte au bénéfice du RC. Peut-être serait-il temps d'être vigilants ! Nul doute cependant que l'argentique dont les qualités intrinsèques ne sont pas prêtes d'être égalées, subsistera contre vents et marées ne serait-ce qu'au sein d'un dernier carré d'irréductibles. Man Ray L'estampe et la gravure n'ont pas disparues avec l'apparition des techniques d'impression. Dans le domaine esthétique, le danger n'est pas moindre. La photographie traditionnelle subit évidemment le contre-coup de ces mouvements technologiques mais doit égale­ment faire face à l'émergence de certains courants favorisés par les galeries d'art bien relayées par les structures culturelles. En prônant une démarche qui appartient plus au monde pictural, en encoura­geant une esthétique dont le but est de sortir du "milieu photo" pour obtenir le label "art contemporain", celles-ci privilégient une pra­tique peu ouverte aux réalités de ce monde mais parfaitement bien adaptée au marché de l'art. A l'émotion, à la contemplation ou au témoignage réel succède actuellement dans ces cénacles le règne du concept et de la sécheresse intellectuelle. A nous d'être vigilants et de défendre la vitalité...