Blog

Studio-Plus / Photo numérique  / Faire de belles photos

Faire de belles photos

« Je ne suis pas à la recherche de quelque chose de préétabli. Je voyage dans le présent. Être perceptif en permanence. Ma journée est vraiment composée de la totalité de chaque moment, l’un derrière l’autre, du matin jusqu’au soir. Je ne dis pas que mon approche est bien et que l’autre est mal. Je dis qu’elles sont différentes.

Moi, je préfère travailler, marcher douze heures par jour, ou faire douze heures de bus, ou simplement attendre ce bus, mais être tout le temps concerné, ne jamais être détendu. Et dans ces conditions cela n’a pas d’importance si l’on va à droite ou à gauche, parce que de toute façon il se passera quelque chose, c’est une question de lumière, de cadre, de hors cadre, de boutons, de vitesses, de diaphragmes… Il ne faut pas chercher plus loin que ça. » Klavdij Sluban.

Voir, regarder, scruter le monde qui nous entoure pour développer votre « œil ».

Après une séance de prise de vues n’avez-vous jamais constaté que les images que vous avez rapportées ne ressemblent pas du tout à ce que vous avez vécu ?

C’est un éternel problème photographique qui se poursuit même après avoir maîtrisé  les aspects techniques : c’est une mauvaise nouvelle. La bonne nouvelle est qu’il existe une solution simple.

L’appareil a une perception du monde très différente de la notre

  • nous avons cinq sens (l’ouïe, la vue, le toucher, le goût et l’odoratmais quatre de nos sens détournent notre attention : en extérieur nous entendons le bruissement du vent dans les arbres, nous sentons les odeurs et la brise du vent sur la peau, tous nos sens sont en éveil et génèrent des émotions… inutiles car seule la vue (le regard) compte
  • nous avons 2 yeux, l’appareil photo n’en a qu’un seul, nous sommes sensibles à la notion de relief alors que nous produisons des images à 2 dimensions
  • notre monde est en perpétuel mouvement mais notre œil est perturbé car l’image que nous allons réaliser est statique
  • nous sommes dans un environnement en couleur même si nous désirons faire du noir et blanc. Certaines couleurs ne peuvent être différenciées en N&B (elles donnent le même gris).

Souvent l’image (qui est une réduction du réel à 2 dimensions) n’est pas convaincante car des informations sont perdues par rapport au ressenti que l’on a eu avec nos 5 sens.

Grâce à une pratique régulière, le photographe a la possibilité de rajouter des informations manquantes pour recréer une émotion.

Le photographe devient un manipulateur pour mieux recréer le réel, son réel !

Un des éléments clés est la maîtrise de la lumière

Tous les grands photographes ont une très bonne maîtrise de la lumière !

Sans lumière il n’existe pas de photographie, tout comme sans peinture il n’existe pas de tableau.

La lumière est la peinture du photographe.

 

En maitrisant la lumière (et son exposition) il est possible de faire apparaître ou masquer les objets, les couleurs, les tonalités, les ombres avec un effet de netteté ou de douceur.

Il est possible de créer du relief, d’aplatir les objets ou d’ accentuer la perspective et les différents plans et mettre en valeur le sujet sur une ligne de force…

La qualité de la lumière

La lumière peut être dure ou douce.

Une lumière dure est directionnelle, elle augmente le contraste, les ombres, l’impression de netteté, l’impression 3D et la saturation des couleurs (exemple : un bol argenté en studio ou un soleil d’été en extérieur).

A l’opposé, une lumière douce est diffuse, donne un aspect plat et sans ombre (par exemple une boite à lumière en studio, la lumière en hiver par temps nuageux en extérieur).

La direction de la lumière

La direction de la lumière change l’apparence et la forme du sujet.

Par exemple un éclairage de face donne peu d’information sur la texture de la peau contrairement à l’éclairage de côté qui détaille la texture en créant des ombres.

Le même phénomène existe pour la photo de paysage.

La température de couleur

Pensez à une pièce de métal que l’on chauffe qui devient rouge puis orange, jaune puis blanche/bleu au plus chaud.

En extérieur, la hauteur du soleil conditionne la température de couleur.

Au lever du jour la température de couleur est basse, la lumière est rouge puis orange, jaune en milieu de matinée puis blanche presque bleue (froide) à midi.

L’après-midi la température de couleur baisse pour repartir vers le jaune et le rouge.

Levée du soleil : 2000 ° Kelvin

Début de matinée : 4300 ° Kelvin

Soleil de midi : 5400 ° Kelvin

Fin d’après-midi : 4300 ° Kelvin

Coucher du soleil : 2000 ° Kelvin

Limitez votre équipement !

Les meilleurs photographes sont ceux qui transcendent la technique pour se concentrer sur le sujet.

C’est quand j’utilise un boitier simple avec un seul objectif que je réalise mes meilleurs photos.

De cette façon mes sens sont en éveil, je pense à mes prochaines images et non à mon matériel.

Pour éviter de jouer avec vos nouveaux joujou, ne vous encombrez de matériel inutile, pensez plutôt à vos futurs images.

Le pire que vous puissiez faire est de porter avec vous trois zooms couvrant de 14 mm à 200 mm.

Le principe du K.I.S.S. (Keep It Simple Stupid) est plus que jamais d’actualité.

La pratique du studio apporte beaucoup au photographe qui apprend à maîtriser la lumière : dureté, directivité, largeur du faiceau, ombres... notamment avec le thème Clair-obscur...

 

Photographe : Daniel Neves Graca lors d’un stage nu artistique.

Vos images exposées à la critique sur les forums

Avant de prendre au sérieux les critiques d’un internaute sur un forum, vérifier le niveau du photographe en visionnant sa gallerie, s’il n’a réalisé aucune image de qualité son avis ne vaut pas grand chose !

“Une photographie capte notre attention quand elle est capable de nous montrer l’essentiel. Les détails et la définition sont les parties les moins importantes, pour preuve : une image minuscule et ennuyeuse devient-elle plus captivante si on l’agrandit en grand format ?”  Ken Rockwell.
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.