Mf Argentique Tag

Studio-Plus / Posts tagged "Mf Argentique" (Page 6)

L’agrandisseur : critères de choix

L'agrandisseur est l‘élément principal du laboratoire.  Les critères importants à l’achat d’un agrandisseur sont les suivants : La colonne doit être très stable afin que la tête de l'agrandisseur ne subisse aucune vibration ll faut que l'objectif de l’agrandisseur ait la même qualité optique que celui de l’appareil utilisé pour la prise de vue. Ce serait un tort que d’économiser sur l'objectif d'agrandissement Si l’on a I'intention de réaliser des très grands formats, il faut choisir un agrandisseur avec une grande colonne ou un modèle dont la tête puisse pivoter pour projeter l’image sur un mur ou sur le sol Le dispositif de réglage en hauteur doit être facile à manier tout en maintenant parfaitement la boite à lumière ll n’est pas indispensable que l'agrandisseur soit équipé d'un dispositif de mise au point automatique (ex : Leitz Focomat...

Temps de développement pour pousser un film N&B (indice multiplicateur)

A titre d'exemple, quand on veut pousser la Tri-X 400 à 800 ISO au lieu de 6 mn, le temps devient 9 mn. Autre exemple avec de la Tri-X + rodinal 1+100 en stand développement : 400 Iso : 1 heure 800 Iso : 1h30 Ces coefficients multiplicateurs bien qu'utiles sont à adapter à vos besoins et au contraste souhaité. Révélateur standard Gain de 1 diaphragme = (x1.5) Gain de 2 diaphragmes = (x2.25) Gain de 3 diaphragmes = (x4.5) Révelateur compensateur (ex : Microphen, TMax, rodinal dilué à 1+100...

Le Leica M6 Classic

Le Leica M engendre passions et discussions sans fin entre les mordus du reflex et les officienados du télémétrique. Le Leica M a suscité d'innombrables images devenues célèbres, marquant ainsi durablement l'histoire de la photo, avec des photographes comme Henri Cartier-Bresson, Édouard Boubat, Bruce Davidson, Raymond Depardon, Robert Doisneau, Ralph Gibson, William Klein, Jacques Henri Lartigue, Annie Leibovitz, Guy Le Querrec, Marc Riboud, Sebastião Salgado, Jeanloup Sieff...

Objectifs pour Reflex argentiques 24X36

Les tests d'objectifs sont contreversés pour plusieurs raisons, notamment La distance : un test sur une mire située à 2 m ne prouve pas que la résolution sera conservée à 10 m ou à l'infini Le piqué : la résolution, le contraste sont des critères parmi d'autres qui ne suffisent pas à eux seuls Le micro-contraste : il n'est pas mesurable scientifiquement pourtant son rôle est déterminant pour faire ressortir la finesse des détails et les nuances de gris Le grain : les tests sont souvent effectués avec des films et un traitement procurant un grain ultra fin. Le film et le révelateur que vous utilisez sont très différents avec un résultat final et une esthétique personnelle Le bokeh : encore une notion subjective qui a son importance si vous aimez les grandes ouvertures avec de beaux flous valorisant le sujet principal. Cette caractéristique devient sans intérêt pour les grands angles au dela du 35 mm Le contrôle qualité : un objectif avec des résultats de tests flatteurs ne prouve pas que l'exemplaire que vous achèterez sera aussi bon, un défaut de centrage des lentilles avec une répercution sur les grandes ouvertures n'est pas rare Pourquoi les bons photographes se moquent de la résolution des objectifs  ! Pourtant, avec du recul, certains objectifs sortent du lot et sont appréciés des connaisseurs qu'ils soient amateurs ou professionnels...

Juger un négatif

Une fois que le négatif est développé et séché, examinez le d'un oeil critique sur votre table lumineuse. Observez chaque image à l'aide d'un compte fil (loupe). De petites erreurs d'exposition ou de traitemement peuvent être difficilement discernables au premier abord bien qu'elles influent sur la qualité des tirages. Si vous négligez cette étape de l'examen, vous risquez de tirer ou de numériser des négatifs d'une qualité discutable sans comprendre pourquoi vos images n'ont pas l'éclat souhaité. Vous voulez des tirages parfaits, efforcez-vous d'avoir des négatifs parfaits ! Qu'est-ce qu'un bon négatif  ? Un bon négatif laisse apparaître une gamme complète de tonalités allant du clair au foncé. On doit observer du détail aussi bien dans zones claires (ombres) que foncées (hautes lumières). Les ombres les plus denses sont aussi transparentes que les bords non exposés du film mais les hautes lumières ne sont jamais aussi denses au point que l'on ne puisse voir à travers. Il doit y avoir aussi une bonne gamme de demi-teintes. Les indications du fabricant portées sur le bords du film doivent être d'un gris moyen. Indication du fabricant Négatif sous-exposé Un négatif sous-exposé donne un tirage à tendance sombre, sans vie, avec peu de détails dans les ombres et un faible contraste. Le négatif semble "léger" et pâle même dans les hautes lumières. Négatif sur-exposé Un négatif sur-exposé donne des tirages plats et manquants de densité avec peu de détails dans les hautes lumières. Il est sombre et dense même si l'echelle des gris et les indications du fabricant ont l'air normales Négatif sous-développé Un négatif sous-développé donne un tirage doux, avec un faible contraste. Le négatif est "léger" et la gamme de gris est limitée. Les indications du fabricants très pâles en sont le symptôme principal. Négatif sur-développé Un négatif sur-développé donne un tirage au contraste trop prononcé avec peu de demi-teintes. Le négatif présente des hautes lumières très denses mais des ombres plutôt légères. Les indications du fabricant sont anormalement sombres. ...