Blog

Studio-Plus / Photo Argentique  / Comparatif scanners de négatifs (suite et fin)

Comparatif scanners de négatifs (suite et fin)

Les deux scanners professionnels Hasselblad Flextight X1 et X5

Les scanners Hasselblad Flextight X1 et X5 sont conçus tous les deux à partir d’une même base : un tambour virtuel breveté, couplé à un système optique vertical. L’absence de verre entre le négatif l’optique garantie une qualité maximum et la planeité des négatifs est préservée.

Le format maximum est de 10 cm x 24,5 cm ce qui ne l’empêche pas d’étre époustouflants en 24 x 36 mm Les deux modèles sont proches dans leur fabrication mais le X5 est à la fois plus rapide, plus doux et…plus cher.

La qualité des scanners Hasselblad vient en partie de l’utilisation des meilleurs CCD couplés à une mécanique de précision.  L’optique, réalisé sur mesure spécialement, est de la marque Rodenstock.

En résumé :

Principales caractéristiques du Scanner Hasselblad Flextight  X1

  • Rapidité et qualité inégalée
  • Accepte la plupart des originaux
  • Résolution maximale de 6300 dpi
  • Jusqu’à 60 Mo/min
  • Possibilité de scanner par lots
  • Fonction logicielle d’élimination de la poussière
  • Dmax 4.6
  • 6300 dpi

Principales caractéristiques du Scanner  Hasselblad Flextight  X5

  • Résolution maximale 8000 dpi
  • Jusqu’à 300 Mo/min
  • Chargeurs en option pour un maximum de productivité
  • Possibilité de scanner par lots
  • Dmax 4.9
  • 8000 dpi

Différences entre un Flextight et un bon scanner semi Pro comme le Nikon Coolscan 5000 ou 9000

  • Sur un scanner c’est la Dmax réelle qui compte pas les DPI  !
  • La définition dépend plus de la qualité de l’objectif que du nombre de pixels
  • Un porte négatif performant permet une bonne planeïté du négatif avec des bords bien nets
  • Même si les Scanners semi Pro s’en sortent très bien avec des résolutions largement suffisantes de l’ordre de 4000 dpi voir plus, l’écart se creuse avec des négatifs sous-exposées ou très contrastés
  • Le Flextight X1 ou X5 fait vraiment la différence en allant fouiller les ombres.

Test du scanner Hasselblad X5 sur le site www.revoirfoto.com

♦♦

Un site Internet teste les principaux scanners (en Anglais) soit les modèles suivants

Nikon :

  • Nikon Coolscan V ED
  • Nikon Super Coolscan 5000 ED
  • Nikon Super Coolscan 9000 ED

Hasselblad :

  • Hasselblad Flextight X1
  • Hasselblad Flextight X5

Epson :

  • Epson Perfection V600 Photo
  • Epson Perfection V700 Photo
  • Epson Perfection V750 Pro

Canon :

  • Canon CanoScan 9000F

Autres modèles de scanners :

  • Braun Multimag SlideScan 4000b
  • HP Scanjet G4050
  • Microtek ScanMaker i800
  • Microtek ScanMaker i900
  • Plustek OpticFilm 7400
  • Plustek OpticFilm 7600i
  • Quato IntelliScan 5000
  • Reflecta IScan 3600
  • Reflecta CrystalScan 7200
  • Reflecta ProScan 7200
  • Reflecta RPS 7200 Professional
  • Reflecta DigitDia 5000
  • Reflecta x4-Scan
  • Reflecta ImageBox IR
  • Reflecta MemoScan

♦♦♦

Les scanners ont besoin d’un nettoyage périodique notamment le miroir des Nikon Coolscan LS-2000, III, 4000, IV ED, V, 5000 ED…

Quand il y a trop de poussières à l’intérieur de l’appareil et sur le miroir, les hautes lumières montrent des zones de diffusion, des halos et la qualité des scans baissent.
L’opération est facile à réaliser soi-même simplement il faut fairer attention à la manipulation du miroir qui reste très fragile et facile à rayer.

  • Comment nettoyer un Scanner Nikon Coolscan IV ED (1)
  • Comment nettoyer un scanner Nikon Coolscan LS-2000 (2)
  • Comment nettoyer un scanner Nikon Coolscan LS-2000 (3)
  • Comment nettoyer un scanner Nikon Coolscan 5000 ED (4)
  • Comment nettoyer un scanner Nikon Coolscan 4000 (5)
  • Comment nettoyer un scanner : scanner et poussière (6)

♦♦♦♦

Le prix moyen (argus) des scanners d’occasion en très bon état

  • CANON Scab 9000F A4 : 130 euros
  • EPSON V750 Pro : 500 euros
  • EPSON V700 : 250 euros
  • PLUSTEK Optic Film 7600 I SE : 170 euros
  • NIKON Coolscan IV : 190 euros
  • NIKON Coolscan V : 800 euros
  • NIKON Coolscan 4000 : 250 euros
  • NIKON Coolscan 5000 : 1300 euros
  • NIKON Coolscan 9000 : 2200 euros
  • Minolta Dimage 5400 : 400 euros
  • Voir la cote Chasseurs d’images pour les scanners

♦♦♦♦♦

Bien réussir ses scans de négatifs : quelques conseils

  • Ne pas utiliser le mode antipoussière
  • Bien nettoyer ses négatifs avec un pinceau et / ou une bombe à air neutre
  • Quitte à s’investir, choisir  la plus haute résolution
  • Même si les fonctions automatiques donnent de bons résultats dans 90% des cas, parfois il faut corriger manuellement les réglages (mise au point, exposition, contraste, choix du fichier de sortie en Raw…)
  • Il faut rechercher le meilleur scan brut possible sans interpréter l’image à ce stage : le scan doit être le plus détaillé possible
  • Conserver le fichier scan brut sur lequel vous pourrez revenir éventuellement
  • Pour retoucher ses scans la tablette graphique est plus efficace que la souris.

La gestion de la poussière avec les scanners

  • La poussière accrochée aux négatifs était déjà un problème à l’époque de l’argentique
  • Les agrandisseurs qui possédaient une lumière dirigée trop dure étaient à bannir. A l’inverse un agrandisseur comme le Leitz V35 pardonnait les poussières avec son miroir et sa lumière douce
  • Les scanners de négatifs fonctionnent également avec un faisceau de lumière qui traverse un condensateur,  le principe d’éclairage reste le même
  • Une lumière plus diffuse produira moins de poussières (avec aussi moins de grains et moins de netteté) ce qui réduira le travail de retouche
  • A titre d’exemple un Nikon Coolscan 9000 possède une lumière diffuse qui produira moins de poussière qu’un Coolscan 5000. Même chose pour l’Hasselblad Flextight X5 plus cher, plus doux mais aussi un peu moins net que le Flextight X1…
  • Mais c’est toute la différence,  avec le numérique les poussières présentes sur votre scan peuvent être totalement éliminées manuellement avec votre logiciel de retouche notamment avec Photoshop “Outil correcteur de tons directs”
  • Pour cela il va falloir passer un peu de temps pour éliminer les poussières une à une. Avec une tablette graphique cela va assez vite (comptez 2 à 3 mn pour un négatif assez propre, 5 à 15 mn avec un négatif sale).

Enlever les poussières avec Photoshop

  • Investissez dans une tablette graphique au format A5 (voir notre article sur le sujet)
  • Utiliser une bombe à air avant de numériser votre film
  • Ne pas utiliser le logiciel anti-poussière de votre scanner car il détériore irrémédiablement la qualité d’image
  • Ne pas utiliser la fonction anti-poussière de Photoshop car elle adoucit l’image
  • Utiliser l’outil correction de ton direct de Photoshop, enlever les poussières une par une

Le fichier produit par le scanner est un point de départ

Le travail ne fait que commencercer et le résultat va dépendre de votre aptitude à interpréter l’image avec Photoshop. Cette partie à la fois technique et créative est difficile à expliquer et nécessite beaucoup de pratique, la route est longue, la progression est lente mais régulière.

Après plusieurs années, quand vous regarderez en arrière votre travail, vous verrez que vos travaux du passé (que vous pensiez alors bons) n’étaient absolument pas aboutis. Ce n’est pas une mauvaise chose en soi, c’est simplement que vous avez progressé.

Les retouches d’usage des scans de négatifs et diapos

“Dernièrement, pour faire mon livre, j’ai fait faire des super scans. Mais un scan pour que ce soit bien, il faut que ce soit interprété”  Klavdij Sluban.

  • Vos négatifs doivent être très soigneusement manipulés avec des gants en coton et rangés dans des pochettes crystal qualité archive (type Kenro)
  • Le scanner de négatif agit un peut comme un microscope qui retranscrit chaque grain et fin détail
  • Vous travaillerez en TIFF car c’est le seul format universel en 16 bits
  • La numérisation, avec la lumière dure du scanner, fait apparaître de nombreux défauts notamment des poussières, points blancs et autres rayures qui ne doivent trop vous alarmer
  • La tablette graphique de format A5, associée à l’outil Correcteur de ton direct de Photoshop (réglé entre 25 et 60), est efficace pour nettoyer le négatif et faire disparaître la “pétouille”
  • Ensuite vous intervenez un peu comme au labo argentique par tatonnement, les retouches les plus courantes pour le noir et blanc sont :
    • Réglage de la luminosité
    • Recadrage
    • Ajustement du contraste
    • Equilibrer les densités (Densité +  et  Densité – de Photoshop) ce qui correspond en labo argentique à faire monter ou masquer
    • Ajustement du contraste localement soit :
      • en utilisant l’outil Lasso pour définir la zone à régler
      • en utilisant Densité+  et  Densité- ce qui agit aussi sur le contraste : sur une partie sombre si vous utilisez   Densité-   sur  tons foncés  vous éclaicissez en abaissant le contraste
    • Léger vignettage pour fermer la photo
    • Créer un fin filet noir : si le fond de l’image est très clair pour éviter que la photo se confonde avec le blanc du papier ou de l’écran
    • Accentuation éventuelle : l’outil Filtre / Renforcement / Netteté optimisée réglé sur 35 environ permet d ‘augmenter efficacement  l’impression de netteté de l’image (acutance)…avec une augmentation sensible du grain et du bruit numérique : à vous de choisir
    • Supprimer le bruit numérique du scanner
    • Avant de sauvegarder votre fichier : le mettre en mode noir et blanc,  fusionner les éventuels calques visibles pour réduire la taille du fichier (qui fait quand même 40 méga pour un 24x36mm en 4000 DPI)

♦♦♦♦♦♦

La numérisation des négatifs : un bon substitut au tirage traditionnel argentique

En plus d’une sauvegarde comme bonus, la numérisation permet de partager ses photos sur Internet tout en évitant la manipulation des négatifs qui restent très fragiles. N’écoutez pas les puristes qui considèrent le tirage labo argentique noir et blanc comme incontournable.

Entre un tirage traditionnel et un jet d’encre présenté encadré sous verre impossible de faire la différence.

Au delà du format A3+ un tirage jet d’encre, d’une photo finement numérisée, conserve la totalité de sa qualité d’image initiale (contrairement au tirage par agrandisseur). Les imprimantes actuelles utilisées avec les meilleurs papiers barytés ou papiers coton sont très performantes sur le plan des nuances, de la définition, de la Dmax et même de la stabilité dans le temps qui dépasse les 100 ans pour la plupart…

Si vous souhaitez agrandir au delà du format A4, il ne faut pas lésiner sur la qualité du scanner qui doit offrir à la fois :

  • un objectif de qualité
  • une définition supérieur à 4000 DPI
  • une Dmax supérieur à 4,2
  • un porte négatif facile à utiliser
  • une planéité du négatif aussi bonne que possible
  • une facilité d’utilisation à travers son logiciel
  • une bonne vitesse de numérisation

Il est vrai qu’un bon scanner coûte cher mais les nombreux équipements nécessaires mis bout à bout dans le labo argentique (soit plus de 1500 euros pour un labo correct) ne sont pas donnés non plus !

–> Avec les séances coaching vous pouvez apprendre à maîtriser la photo argentique, le développement des négatifs, la numérisation et le tirage

► Pour ceux qui le souhaitent nous assurons le développement des négatifs noir et blanc tous formats et la numérisation  (voir ici)
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.