Blog

Studio-Plus / Photo Argentique  / La Photographie argentique

La Photographie argentique

La photographie connaît actuellement une mutation technologique et esthétique indéniable

L’arrivée du numérique, aux qualités indis­cutables, a bouleversé la profession. Il apporte une facilité qui n’est pas toujours un critère de qualité.

Force est de constater que cette technique incite nombre de reporters et d’amateurs à multi­plier à l’excès les prises de vue.

Avec l’apparition du por­table capable de saisir des « images », la coexistence entre les photographies réfléchies des professionnels et les images hasardeuses prises par des amateurs pose déjà de sérieux problèmes dans les médias.

L’usage inten­sif et irréfléchi de l’ordinateur permet sans doute de peau­finer le résultat final mais introduit désormais de sérieux doutes sur l’authenticité de certaines photographies publiées.

L’engouement est bien orchestré et favorisé par le marketing qui ne cesse d’attirer le public vers les techniques numériques

www.centraldupon.com

Néanmoins, la position de l’argentique reste encore assez bien implantée

Après quelques années durant laquelle elle a été délaissée, voire boudée, la photo argentique redevient un art photographique très apprécié, notamment auprés des jeunes photographes qui n’ont pas eu le plaisir de goûter aux joies du laboratoire photo du temps où il n’y avait pas d’autres possibilités !

Il est vrai que les grands groupes industriels manipulent l’information donc, au bout du compte, la consommation. Ils peuvent à tout moment décider de stopper la fabrication des produits argentiques considérée comme non rentable par leurs actionnaires.

Nous avons déjà connu un phénomène identique dans les années 70 lorsque certaines firmes avaient décidé l’arrêt de la fabrication du papier baryte au bénéfice du RC. Peut-être serait-il temps d’être vigilants !

Nul doute cependant que l‘argentique dont les qualités intrinsèques ne sont pas prêtes d’être égalées, subsistera contre vents et marées ne serait-ce qu’au sein d’un dernier carré d’irréductibles.


Man Ray

L’estampe et la gravure n’ont pas disparues avec l’apparition des techniques d’impression.

Dans le domaine esthétique, le danger n’est pas moindre. La photographie traditionnelle subit évidemment le contre-coup de ces mouvements technologiques mais doit égale­ment faire face à l’émergence de certains courants favorisés par les galeries d’art bien relayées par les structures culturelles.

En prônant une démarche qui appartient plus au monde pictural, en encoura­geant une esthétique dont le but est de sortir du « milieu photo » pour obtenir le label « art contemporain », celles-ci privilégient une pra­tique peu ouverte aux réalités de ce monde mais parfaitement bien adaptée au marché de l’art.

A l’émotion, à la contemplation ou au témoignage réel succède actuellement dans ces cénacles le règne du concept et de la sécheresse intellectuelle.

A nous d’être vigilants et de défendre la vitalité d’un art ouvert au plus grand nombre

Au photographe de s’exprimer avec la lumière (on ne saurait trop rappeler l’étymologie du mot photographie : écrire avec la lumière), de sublimer les qualités propres du média argentique en utilisant son oeil et son matériau (film et papier).

C’est par là que la photographie est reconnaissable en tant qu’art et plus généralement par la manière dont elle traite les sujets.

Elle est recherche de formes jusque dans les effets les plus délicats et l’expression de la personnalité du photographe.

Le noir et blanc, plus sans doute que la couleur très lié à un certain réalisme, offre toutes ces libertés.

Noir et blanc et couleur ont chacun leurs spécificités mais il n’y a rien qui ressemble à un portrait réalisé avec un appareil moyen format et un film noir et blanc.

En studio nous continuons à pratiquer la photo argentique qui a encore de beaux restes, ici avec le thème "A la Sieff"...

La façon dont sont rendues les ombres et la subtilité des gradations de la peau. Peut-être que ces images semblent-elles démodés pour certains ou sont-elles simplement intemporelles ?

Les appareils argentiques des 30 glorieuses (années 1970 -1980)

Avant l’introduction des matières synthétiques et de l’électronique dans les boitiers, ces années ont vu apparaitre les plus beaux appareils photographiques.
Il existe encore d’innonbrables appareils argentiques 100% mécaniques (24×36 ou moyen format) qui n’ont rien perdu de leur qualités optiques et mécaniques : Rolleiflex et  Hasselblad 6×6, Mamiya et Pentax 6×7…Nikon F2, F3…Leica M6…ces appareils était parfaitement inabordables à l’époque.

Ex : un Hasselblad 6×6 500 ELX + objectif Carl Zeiss 4/150 mm coûtait en 1987 28000 F soit l’équivalent de 9000 euros de notre époque, vous le trouvez actuellement sur Ebay pour 800 euros !

Nathalie Lopparelli fait ses premiers tirages à Picto Delambre en travaillant sur des photographies de William Klein. En 1990, elle devient le tireur personnel de Sébastiao Salgado. Elle réalise ses tirages d’expositions, d’édition, et tirages de collection. Elle travaille occasionnellement sur les tirages de presse de Magnum. En 1993, elle crée l’atelier Fenêtre sur Cour, atelier spécialisé dans le tirage argentique baryté noir et blanc artisanal…
http://blogs.paris.fr/moisdelaphoto/2012/11/26/ventes-aux-encheres-tirages-collection-chez-fenetre-sur-cour-atelier-de-tirages-argentiques/

Share WordPress » Erreur

Il y a eu une erreur critique sur ce site.

En apprendre plus sur le débogage de WordPress.