Blog

Studio-Plus / Photo Argentique  / Le grain argentique

Le grain argentique

Les reflex numériques peuvent produire des photos très lisses et très propres, même à une sensibilité ISO élevée.  Le  grain du film est en quelque sorte devenu une esthétique du passé sauf, bien sûr, pour les utilisateurs de film.

Beaucoup de photographes ajoutent du grain avec un logiciel pour tenter de parvenir à une esthétique artistique qui est en train de disparaître avec l’image numérique moderne. Il faut dire aussi que les photos les plus prisées de l’histoire sont en noir et le blanc avec du grain.

Certaines personnes pensent qu’il est artistique ou rétro d’imiter la photographie argentique en utilisant des filtres comme DXO film pack. Les  jeunes photographes n’ont pas la moindre idée comment utiliser correctement  un appareil argentique. Il est beaucoup plus facile pour eux d’essayer quelque chose de faux avec un ordinateur.
Le grain argentique donne une certaine «sensation»  que la photo numérique « bien propre » ne peut tout simplement pas traduire même en utilisant un logiciel spécialisé. Il est absurde d’essayer de vouloir singer le film.
Si vous trouvez que vos photos numériques sont trop lisses, plates, froides et réalistes :  faîtes de l’argentique !

Pourquoi la photo argentique produit un grain différent

Le grain argentique donne une âme à la photo,  le grain et son placement dans la gélatine donnent du volume, une impression 3D. Le film produit un grain irrégulier qui dépend de l’exposition et de la densité. La forme du grain dépend du type de film (grain T ou non…), du révélateur employé, de la température des bains, de l’agitation  (même l’eau de lavage…réticulation…etc), donc un résultat pas totalement prévisible…et plein de charme.

Le granulation augmente dans les faibles densités et diminue ou disparait dans les hautes densités. Si on regarde un film à la loupe, il est plus facile de voir le grain sur les parties les moins denses que sur les parties opaques. Sur le tirage, c’est l’inverse, le grain est plus visible sur le ciel que sur les parties bouchées.

Conclusion : même avec un film et un révélateur produisant beaucoup de grain, en fonction du sujet au sens large  (éclairage, contraste, parties lisses, gamme de gris…), le grain pourra apparaître excessif voir gênant ou au contraire contenu en apportant un plus à l’image.

Le contraste au tirage fait ressortir le grain d’un film 35 mm

a) Par exemple avec  un film ultra fin comme la Kodak T-Max 100 si le film est sous-exposée (donc avec des contrastes faibles)  au tirage vous devrez monter le contraste faisant apparaitre le grain (qui devient aussi important que sur une  T-max 3200 !). Le grain c’est l’image créée par la lumière en passant par les “trous” existants entre les amas de grains développés du négatif.
Pour une émulsion donnée, l’aspect des “trous” est directement influencé par la nature et l’action du révélateur.

b) Ici le grain est très important bien que le film soit très fin (Foma 100 développé normalement).
Le contraste est  faible pour les raisons suivantes :

  1. éclairage high key (sans ombre avec lumière douce)
  2. fumée abaissant le contraste générale
  3. légère sous-exposition

Le fait de remonter le contraste, pour faire apparaîtree la fumée, a généré un grain important.

Le rapport d’agrandissement et le grain

D’un point de vue esthétique le grain détermine le rapport d’agrandissement maximum. Plus on agrandit plus le grain devient visible alors que la distance tirage / spectateur reste à peu près la même que vous regardiez un agrandissement A5 ou A2.

Sur le web

Il est assez difficile de montrer le grain d’une photo sur le web. Même un grain important ne sera pas perceptible sur un petit écran.. J’ai beaucoup de photographies granuleuses réalisées avec un film 400 ISO en noir et blanc, certaines ont été poussées à 1600 Iso. Sur l’ordinateur à 72 DPI  en petite taille, le grain est à peine visible.
Voici une photo, qui agrandie en A2, est granuleuse mais qui pourtant ici est sans grain.

Gérer le grain du négatif au tirage

Le couple  agrandisseur / objectif  joue un rôle important. En effet avec un objectif très piqué (comme le Meopta  Meogon 50mm F5,6)  le grain ressortira plus facilement Idem pour le type d’éclairage de l’agrandisseur qui peut produire une lumière plus ou moins dure (dirigé, semi dirigé…) faisant ressortir ou non le grain et les rayures du négatif.

Le scan, quant à lui, pourra être plus ou moins défini. Tout comme l’agrandisseur, le scanner possède un éclairage plus ou moins dirigé, vous pouvez aussi diminuer le nombre DPI et l’ajuster en fonction du format d’agrandissement. En tirage jet d’encre il est possible d’adoucir l’image en utilisant un filtre comme le flou de surface ou mieux le flou gaussien de Photoshop.

Comment diminuer le grain des négatifs fraichement numérisés

Si vous jugez que votre scanner fait apparaître le grain d’une façon excessive. Une des correction possible est d’utiliser le filtre  Flou Gaussien de Photoshop. Vous règlerez le rayon entre 1.2  et 2.

Sujets ne favorisant pas le grain

J’entends par sujet : la lumière, les densités, le contraste, les aspérités (sujet lisse ou non)…

Leica M6 Tri-X à 320 Iso  Rodinal 1+25 Dév. 8 mn
Très peu de grain ici observé sur le tirage 30 x 45 cm.
Il y a beaucoup d’informations sur la pierre qui n’est pas lisse et prend le pas sur le grain.

En studio avec des tons claires (high key) ou sombres (fond noir) le grain reste très discret.
Quant à la robe : beaucoup d’informations et donc peu de grain apparent.
Nikon FA + 55mm micro  Tri-X  à 320 Iso + rodinal 1+25 Dév. 8 mn.

 

D’une manière générale la lumière douce du High Key ne produit pas de grain.
Il est possible d’agrandir au delà du A2 avec un négatif 35 mm !

Sujets favorisant le grain argentique

Ici une configuration favorisant le grain argentique  :

  • Le sujet est flou car en en mouvement (vitesse 1/15 s)
  • Les parties lisses occupent 80% de l’image : gris claires (plafond) ou gris moyens
  • l’image est sous-exposée
  • Le scanner Nikon Coolscan 5000 possède un éclairage assez dur et ne fait pas de cadeau !
  • Prise de vue au Musée du quai Branly : Leica M6 + Zeiss 35 mm à F2.8
  • Film 35mm Tri-x à 1600 Iso  rodinal 1+100 Stand dév.2h.

 

Toujours au musée du quai Branly
Pour comparaison : le même jour, sur le même film, sujet avec beaucoup de détails =  grain faible.

Sujets mixtes

Certaines images présentent des parties avec des aspérités mais aussi des parties  lisses avec du grain.

C’est le cas de ce gros plan : le grain est faible voir inexistant sur les parties biens nettes de la peau.
A contrario le grain est très présent sur la partie haute, lisse et grise.
Sur les parties non nettes comme le menton le grain est bien visible.
Nikon FA + 55mm micro à F5,6  Tri-X 320 Iso  Rodinal 1+25  dév.8mn à 20°C

 

 

Les fims et les révélateurs : mon expérience terrain du grain argentique

10 : grain très faible quasi invisible sur un tirage format A2 (film 35 mm)

5 : grain taille moyenne

2 : grain très visible

Film Traitement à Iso Révélateur Dilution Grain
TRI-X 400 400 rodinal 1+25 4
TRI-X 400 1600 rodinal 1+100 3
TRI-X 400 400 D76 1+1 7
TRI-X 400 400 D76 1+3 6
TRI-X 400 800 Microphen 1+1 5
FP4+ 125 D76 1+1 8
PAN F+ 25 D76 1+1 10
TMAX 100 50 D76 1+3 10
TRI-X 400 200 Microdol-X ou perceptol 1+1 8
TRI-X 400 320 Microdol-X ou perceptol 1+3 7
APX 100 100 rodinal 1+25 6
APX 100 200 rodinal 1+100 5
FOMAPAN CLASSIC 100 100 rodinal 1+50 6
T-MAX 100 100 rodinal 1+100 9
FP4+ 125 rodinal 1+25 5
PAN F+  50 rodinal 1+100 8
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.