Blog

Studio-Plus / Photo Argentique  / Les meilleurs couples films révélateurs (suite et fin)

Les meilleurs couples films révélateurs (suite et fin)

Les révélateurs

Kodak D76 ou Ilford ID-11

Ces révélateurs sont identiques et peuvent être qualifiés de « standard ».
Il sont considérés à grain fin sans perte de rapidité de l’émulsion.
Ils procurent d’excellents résultats aussi bien en 35mm qu’en plans-films et permettent des rapports d’agrandissement élevés.
Ils possèdent d’excellentes propriétés de conservation  et sont livrés en poudre…

  • Ces deux soupes archi-classiques offrent un bon rendu avec la majorité des films du marché sans perte de sensibilité. Ces deux produits sont présentés en poudre, ils ont une excellente conservation (de l’ordre de 6 mois à 1 an) une fois une fois dilué en flacon bien bouché en prenant soin d’éliminer l’air au maximum
  • Ces deux produits sont quasiments identiques, le kodak est simplement très légèrement moins concentré
  • Très bon produit standard, grand classique avec un excellent compromis sensibilité / acutance / contraste / grain
  • Le grain présenté est d’aspect « fondu »
  • Economique si acheté en 5 litres
  • Dilution 1 (stock) ou à bain perdu : 1 + 1 (ou 1 + 3 pour plus d’acutance avec un peu plus de grain)
  • Bonne conservation
  • 5 grands films classiques 400 Asa développé dans de l’ID11

Rodinal (Agfa) ou son meilleur clone : le R09 ONE SHOT

  • A l’opposé du précédent ce révélateur est très particulier : il augmente la sensation de netteté (acutance très élevée) et produit pas mal de grain, il ne convient donc pas à tous les sujets.
  • Pour des images un peu originales,  surréalistes ou abstraites il n’a pas d’équivalent ;  on n’aime ou on n’aime pas ; nous on adore associé à la Kodak Tri-x exposée à 320, 800 ou 1600 ISO !
  • Les résultats sont aussi très bons avec des films à basse sensibilité comme la Pan F, la Foma 100, l’APX100 voir la Tmax 100, la contraste est alors contenu avec une belle gamme de gris,  le grain restant faible
  • Le produit vendu, sous forme liquide de 125 ml ou 500 ml, est à diluer fortement
  • On peut jouer sur la dilution qui varie de 1 + 25 à 1+100, pour préparer la dilution on se sert d’une seringue
  • Le rodinal est vendu uniquement en liquide concentré
  • S’utilise uniquement à bain perdu
  • Très économique à l’usage
  • La conservation du flacon bouché non entamé est de l’ordre de 7 ans !
  • Voir une photo en haute définition  avec le couple Tri-x / Rodinal 1+100 à 1600 Iso
  • Exemple avec Agfa APX100 et rodinal
  • Exemple Leica M6 + 90mm voigtlander à F8 : Nu en Clair-obscur en HD Agfa APX100 + rodinal

Photos de stages portrait et nu artistique en studio  Leica M6 Tri-X à 320 Iso :

Perceptol (Ilford) ou Microdol (Kodak)

Le Perceptol d’Ilford est un révélateur à grain ultra-fin.
Sa composition a été spécialement étudiée pour permettre d’obtenir un résultat optimal avec des optiques à haute résolution.
Il est donc idéal lorsque la texture et la définition ont une importance particulière.

Les négatifs traités dans le PERCEPTOL sont aptes à donner des agrandissements géants de meilleures qualité qu’un révélateur standard pour grain fin.

  • Ce produit est très proche du Microdol-X de Kodak
  • A utiliser Stock, à en bain perdu diluer 1+1 ou en 1+3
  • Révélateur à grain très fin
  • Baisse de la sensibilité du film : on perd un diaphragme (une HP5+ sera exposée à 200 ASA)
  • Belles tonalités
  • Acutance un peu diminuée.

Microphen (Ilford)

Le révélateur Microphen d’Ilford est un révélateur à grain fin qui procure un gain notable sur la rapidité des films.
La dimension du grain est réduite et l’agglomération de grains évitée grâce à la faible alcalinéité du révélateur.

  • Les résultats sont proches de l’ID11 ou le D76
  • Ce produit est excellent, il est présenté en poudre à utiliser Stock, 1+1 ou en 1+3
  • Il permet de d’augmenter un peu la sensibilité du film de 1/2 à 1 diaphragme (un film de 400 ASA sera exposé entre 600 et 800 ASA)
  • Le grain reste assez faible
  • Contraste contenu.

Exemples d’images couples film / révélateur noir et blanc

  • Tri-x et rodinal
  • Tri-X + rodinal 1+100  ( paysage et monuments )
  • Tri-x à 1600 asa et rodinal
  • Tri-x et ID11
  • Tri-x et emofin
  • Tri-x et perceptol
  • HP5+ rodinal
  • HP5+ et ID-11
  • HP5+ et perceptol
  • Pan F et rodinal
  • Tmax 400 et rodinal
  • Tmax 100 et rodinal
  • Film TMax 100 + rodinal 1+50 , d76 1+1 ,
  • Tri-X + rodinal 1+50 , d76 1+1 ,  kodak Tmax 1+7 , PMK 1+2+100
  • Film Kodak Tmax 3200 + révélateur Tmax 1+4
  • Fuji Acros 100 + rodinal 1+50 , PMK pyro 1 + 2 +100
  • Fuji Neopan 1600 + Tmax 1+4 , D76 1+1
  • Fuji Neopan 1600 + Ilford Microphen stock
  • Ilford Delta 3200 + révélateur Kodak Tmax
  • Film Tmax 400 + révelateur Tmax 1+7  , D76 1+1 , PMK 1 + 2 + 100
  • Le recueil des films et des révélateurs associés sur Flickr
  • Filmdev.org

Quelle sensibilité de film adopter ?

K.I.S.S. : l’adage Keep ISimple and Short s’adapte ici parfaitement !

Pour maitriser parfaitement un film et son traitement il faut parfois des années donc il est vivement recommandé :

  • D’utiliser toujours le même film (et le même révélateur !)
  • Vérifier l’approvisionnement et le prix du film (par exemple la Tri-X achetée par 100 unités ne coût que 2.90 euros)
  • Une sensibilité de 400 Iso permet de faire face à toutes les situations donc à privilégier
  • Si vous n’aimez pas le grain ; les films nouvelle génération (avec un grain type Delta : T-Max, Ilford Delta…) sont une solution mais le rendu en terme de tonalité est assez différent ; ils se rapproche un peu du numérique.

Les recettes des grands photographes

  • Jean-Loup SIEFF : Trix-X + D76 dilution 1+3, le film est souvent poussé (parfois pour les paysage il ajoutait un fitre rouge)
  • Ralph GIBSON : Tri-X (exposée selon les besoins entre 200 et 1000 ASA) , sur-développée dans du rodinal 1+25
  • Henri-Cartier BRESSONEugène SMITH (Agence Magnum), André KERTESZ : Tri-X (souvent exposée à 200 ASA) + révélateur Harold Harvey’s Panthermic 777
  • Anders Petersen : Dans son Contax T3 il met de la Tri-X400 qu’il développe dans du rodinal
  • Joseph Koudelka : Tri-X dans rodinal.

« Je fais partie de la génération des photographes qui n’a connu au début que les films à grains classiques : FP4, HP5, AgfaPan, TriX, PlusX…Pour comparer au dessin au crayon, ces films se comportaient comme si on disposait de toutes les mines, des plus ‘grasses’ aux plus ‘sèches’ : 4B, 3B, 2B, B, HB, H, 2H, 3H, 4H. Bien entendu tout cela en tenant compte du type de révélateur et des différentes concentrations qui pouvaient influencer le résultat final. Quand les films à grains ‘T’, tubulaires ou cylindriques (Delta, Tmax, Acros…) sont apparus, j’ai eu l’impression qu’on m’avait privé d’une partie des crayons ‘gras’ et qu’on m’avait donné plus de crayons à mine ‘sèche’:  2B, B, HB, H, 3H, 4H, 5H, 6H. Ces nouveaux films sont différents, ils ont un autre ‘caractère’, d’autres nuances »  Panda photographe en Italie.

Quel film pour remplacer la Tri-X 400 en cas de faillite de Kodak ?

Il semble que le département argentique soit bénéficiaire chez Kodak !
Si l’entreprise n’est pas rachetée, Kodak tombera en faillite avec à la clé la rupture assurée de tous les produits argentiques fabriqués ce qui inclus le mytique film Kodak  Tri-X 400.

Il semble que c’est la Fuji Neopan 400 qui se rapproche le plus du film Tri-X 400, elle aurait pourtant des blancs plus éclatants et des noirs un peu délavés si développée dans de l’ID-11.
Pour choisir votre film, vous devrez faire vous-même vos essais avec votre révélareur habituel. A suivre…

Conclusion : faire le bon choix pour un rendu qui vous convienne

Le couple film + révélateur est un choix important car il conditionne le rendu  (gamme de gris, micro-contraste, modelé, acutance, détails dans les hautes et basses lumières, grain…). Un petit rappel concernant les différents paramètres qui ont un effet important sur le rendu de l’image (de la prise de vue au tirage), le plus important en premier :
  1. La gestion de la lumière à la prise de vue
  2. La précision de l’exposition
  3. Le film utilisé
  4. Le révélateur, sa dilution et sa durée de développement
  5. La numérisation et le traitement numérique (ou le tirage à l’agrandisseur)
  6. La surface du négatif
  7. L’optique
  8. Filtre à la prise de vue (jaune, orange, rouge, vert, polarisant…)
Les défauts du révélateur pour certains peuvent être des qualités pour d’autres (grain, contraste, gamme de gris, acutance…). Il n’existe pas de standard qualitatif et puis il y a le film (plus ou moins sensible, grain T ou classique…) qui se marie plus ou moins bien avec le révélateur. Enfin le format 35 mm ou plus grand (dans ce cas le grain n’est plus un problème). Tout est subjectif et personnel.
On trouve néanmoins, à mon sens, deux extrêmes en noir et blanc :
  • gamme de gris étendue, douceur générale et grain fin à la Cartier-Bresson
  • forts contrastes avec des noirs profonds et de la netteté, du grain pour des images à impact plus abstraites style Ralph Gibson.
Entre les deux il y a par exemple Jeanloup Sieff.

Liens pour approfondir films et révélateurs

  • Le rodinal utilisé en stand développement
  • Essai de films
  • Fiche technique films Agfa
  • Le grain du film 135 Kodak Tri-X  mémoire de fin d’étude (pdf)
  • Avec les séances coaching vous pouvez apprendre à maîtriser la photo argentique, le développement des négatifs, la numérisation et les tirages
  • 8 films testés avec 8 révélateurs
  • un révélateur au café !
  • ► La question du grain argentique
  • Fiches techniques films et révélateurs
  • Est-ce rentable d’utiliser une bobineuse à films (par 30m) ?
  • Le cafénol révélateur au café
  • Exemples d’images avec différents couples films et révelateurs
  • Jarno : exemples de rendus films et révélateurs 35mm
  • http://blog.basilesimon.fr/2012/01/kodak-ca-sent-la-fin/
  • test de 5 films noir et blanc pour remplacer la Tri-X : Agfa APX-400, Fuji Neopan-400, Ilford HP5+, Kodak Tri-X , TMAX-400
  • Si vous décidez d’acheter vos films 35mm en bobine de 17 m ou en 30,5 m
  • Euréka : le film Arista Premium est identique à la Tri-X 400
  • L’Arista Premium en bobine de 30.5 m
► Pour ceux qui le souhaitent nous assurons le développement des négatifs noir et blanc tous formats et la numérisation  (voir ici)
Share WordPress » Erreur

Il y a eu une erreur critique sur ce site.

En apprendre plus sur le débogage de WordPress.