Blog

Studio-Plus / Retouche numérique  / La solarisation

La solarisation

Les images solarisées étaient très appréciées à l’époque de l’argentique notamment pour les photographies de nu.

Les nus, ainsi traités, possèdent un caractère photo et dessin à la fois qui leur enlève toute apparence parfois trop…documentaire de la photo pure et simple.

Origine de la solarisation

Il semble qu’à l’origine, la solarisation fut découverte par Lee Miller (assistante et modèle de Man Ray).

Un jour, qu’elle travaillait dans la petite chambre noir, Lee alluma la lumière, oublia que 12 négatifs, des nus d’une chanteuse blonde sensationnelle nommée  Suzy Solidor, se trouvait dans la cuve de développement.

Craignant d’avoir réduit le travail à néant, elle éteignit et appela Man, qui put à peine réprimer sa colère.

Puisqu’il était impossible de renouveler la séance de pose, Mlle Solidor, ayant quitté Paris, ils plongèrent les négatifs dans le révélateur, pour voir ce qui se passerait…

Le résultat, un inversement partiel des blancs et des noirs, était saisissant.

Une ligne délicate détachait le torse de Suzy du reste de la photo. “Les parties non exposées du négatif”, qui correspondait au fond noir, avaient été exposée à cette lumière violente, raconte Lee.

C’était le premier exemple de ce que Man appelait la “solarisation” en hommage aux charmes de Mlle Solidor, dont le nom signifait  “donneuse de soleil” un nom de code pour leur découverte.

Principe de la solarisation

La solarisation est une inversion partielle ou totale des densités d’une photographie (négatif ou papier argentique) qui intervient après une forte exposition à la lumière blanche durant le développement.

Ce processus argentique, très pointu, obligeait à réaliser de nombreux essais en mélangeant hasard et précision pour doser l’effet d’inversion des valeurs, ce qui gachait beaucoup de papiers ou de négatifs et ne permettait pas d’obtenir deux fois le même résultat…

Cette technique est également connu sous le nom d’effet Sabatier ou pseudo solarisation.

Man Ray, en perfectionnant l’effet sabatier, a donné ses titres de noblesse à la solarisation (voir les nombreuses images qu’il a réalisé à partir de 1920 avec beaucoup de créativité).

Commentaires de Man Ray tel que présenté dans le livre  : Man Ray – Portraits (Edition Centre Pompidou) :

“Voilà bien trente ans que je l’ai lancée. J’en ai fait et j’en fais énormément. On a même dit que j’en faisais trop ! (on pouvait peut-être aussi dire que Matisse faisait trop de Matisse. Quelle bêtise)… C’est un procédé créatif puissant, quand il est bien mené, et cela donne une immense autorité et un grand prestige au photographe. Naturellement, mes rivaux appellent cela des trucages. Ils ne savent pas qu’il n’y a pas de trucage, parce que…le trucage d’aujourd’hui est la vérité de demain”.

Technique de la solarisation numérique

Pas évident de réussir une solarisation qui est une interprétation unique et personnelle de votre sujet.

Une bonne maîtrise de la post production et de votre logiciel de retouche sont nécessaires.

Si l’effet est trop présent ou l’inversion des valeurs excessif on perd les repères avec le réel et votre photographie n’a plus beaucoup de sens…

L’image solarisée doit conserver une majorité de valeurs de gris et gris claires originales

Il n’est pas question d’inverser toutes les valeurs ce qui donnerait simplement un négatif !

Une fois l’image solarisée, on trouve des noirs et des ombres automatiquement maquillées et tournées en gris ou en blanc, inversés en somme.

L’effet qui en résulte est des plus étranges et intéressants, puisque, en même temps, les parties claires et plus délicates de le photo originale restent absolument inchangées.

 

Solarisation : image de départ en Clair-obscur Photographe : Daniel Neves Graca

La perte de détails par l’inversion se fait uniquement aux endroits pratiquement sans détail et ne joue sur l’oeil de l’observateur que par effet de masse.

Une solarisation réussie est un savant dosage entre réalisme et abstraction

  • Des valeurs partiellement inversées
  • Une belle gamme de gris
  • Un contraste moyen
  • Si possible des filets noirs entourent le sujet

Pour que l’effet soit esthétique il faut que le sujet soit

  • Assez contrasté
  • Avec des lignes biens marquées
  • Parfaitement net
  • Si possible avec un fond lisse
  • Les nus en Contre-jour (donc avec un fond blanc) ont un effet saisissant, un éclairage assez dur de  type Clair-obscur ou Sculpture de lumière fonctionne bien. A l’inverse le High Key solarisé donne de moins bons résultats car il n’y a pas assez de valeurs de gris
  • Convient bien au Nu académique et au Nu en contre-jour

Solarisation automatique par filtre

Il est possible, avec un logiciel de retouche comme photoshop, d’utiliser le filtre “Solarisation” pour obtenir une solarisation.

Le résultat sera crédible… avec beaucoup de chance… si les paramètres de votre filtre correspondent aux besoins de l’image de départ.

Evidemment ici l’opération est très facile à réaliser mais le résultat, souvent décevant, comporte trop d’inversions des valeurs.

Solarisation manuelle avec les courbes de gris

Vous pouvez contrôler l’inversion des valeurs et ajuster précisement les tonalités par tatonnements.

C’est de loin préférable.

Il faut alors utiliser  la courbe de gris qui doit avoir une forme de vague plus ou moins prenoncée (un peu comme une mer calme ou agitée…).

La Solarisation couleur

Les effets sont spectaculaires mais un peu artificiels, ils se rapprochent d’un négatif couleur argentique !

 Bibliographie

  • Lee Miller par Carolyn Burke Edition Autrement Littératures
  •  La photographie de Nu Edition Prisma
  • La pratique de la photographie Edition Laroussse / Montel
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.