Blog

Studio-Plus / Test materiel photo  / Imprimante EPSON Stylus Pro 3800 A2+ (essai longue durée)

Imprimante EPSON Stylus Pro 3800 A2+ (essai longue durée)

Compte tenu du format généreux d’impression (A2+) on est agréablement surpris par l’encombrement somme toute assez réduit, surtout par rapport à la 4880 (la 4880 a le principalement avantage d’accepter les rouleaux de papier).

Comme toutes les imprimantes et les traceurs jet d’encre la vitesse d’impression est assez lente et le prix de revient en encre est quasi équivalent au budget papier (soit 1,3 euros en moyenne pour une feuille A4).

Si vous recherchez une vitesse d’impression ultra rapide (pour imprimer sur les lieux des vos reportages, mariages… par exemple) passez votre chemin et regarder plutôt du côté de Mitsubitshi qui propose des imprimantes à sublimation thermique (qui sont 2 à 4 fois plus chères).

Pour ma part, j’utilise cette imprimante depuis plusieurs années pour des tirages A4, A3+ et A2 et suis tout à fait satisfait de la qualité en noir et blanc et en couleur.

J’imprime principalement avec du papier baryté Ilford Gold Fibre Silk et du Hahnemuhle Harman Gloss Baryta Warmtone. J’ai laissé rapidement tomber le papier Epson Premium Glossy car l’aspect est trop « plastique ».

3800 vs 3880

Le modèle actuel 3880 possède une cartouche supplémentaire Ultrachrome K3 Vivid magenta pour théoriquement étendre le gamut.

Au total l’imprimante possède deux noirs (mat et photo), deux gris, du jaune, vivid magenta, vivid magenta clair, cyan et cyan clair.

Ce n’est clairement pas un « saut » technologique et il est très difficile de faire la différence avec la 3800 qui possèdait déjà un gamut très large.

Quand au noir et blanc avec le profil « noir photo » pas de différence la technologie avec les encres Ultrachrome sont parmi les plus performante en noir et blanc avec 3 cartouches dédiés au N&B + une pour le noir mat.

Le profil Photo N&B avancé pour le papier Ilford Gold Fibre Silk

Les vendeurs de papier (Ilford, Canson…) ne communique que les profils icc couleur. Il faut donc, pour le Noir et Blanc avancé, créer vous même vos profils (un par papier) ce qui est assez facile si vous avez une bonne pratique du noir et blanc.

Je vous donne les paramètres que j’ai rentré pour le N&B avancé de Ilford Gold Silk (et ses clones) sur l’Epson 3800 :
  • Support : Premium semi gloss
  • Couleur : Photo N&B avancé
  • Qualité d’impression ; 2880 DPI
  • Gestion des couleurs : Calibration Epson
  • Tonalité des couleurs : réglage fin
  • Ton (K) : normal
  • Luminosité : +6
  • Contraste : -4
  • Tonalité ombré : 0
  • Mettre tonalité en surbril :  0
  • Densité optique maximum : 0
  • Mettre décalage points en surbril (G) : non
  • Réglage tonalité du papier (chaud / froid) :  Horizontal (Y) : 3  Vertical (J) :  20

Ma consomation personnelle d’encre

Je précise « consommation personnelle » car j’imprime 80% d’images en noir et blanc dont la moitié avec un fond noir (ou sombre). Ma consommation est donc supérieure à la moyenne des utisateurs avec beaucoup d’encres noires et grises.

En 5 ans, j’ai consommé en moyenne 2.2 ml par feuille A4 (tous nettoyages inclus).

Conclusion

+

  • encombrement réduit compte tenu du format A2+
  • prise en charge de support épais (carton, toile…) jusqu’à 1.5 mm
  • qualité en noir et blanc avec le mode noir et blanc avancé : grâce à trois densités d’encre noire vous obtenez des gris neutres, des gradations plus douces, une plus grande précision au niveau des ombres et un noir plus dense
  • en couleur : faible bronzing ; le standard Ultrachrome  K3 est couramment utilisé pour les impressions Fine Art
  • stabilité des couleurs et résistance à la lumière avec le label digigraphie d’EPSON ; un gage de longévité (voir le site Wilhelm research)
  • logiciel complet et pratique
  • consommation d’encre (tous nettoyages inclus) : 1,37 euros en moyenne pour une feuille A4. Le prix de revient de l’encre est 30% inférieur à une imprimante Epson R3000
  • excellent rapport qualité / prix : à moins de 1200 euros c’est une aubaine !

  • en cas d’utilisation occasionnelle, attention aux buses qui semblent se boucher un peu plus rapidement que la moyenne d’autant que les têtes ne sont pas démontables (donc retour usine obligatoire avec un coût > 300 euros)
  • aspect extérieur un peu « cheap » mais le tout semble solide et résiste aux chocs
  • pas d’option pour les papiers en rouleau

–> Video de présentation

Têtes d’impression ou buses bouchées : la question du taux d’humidité

Comme toutes les imprimantes à Jet d’encre, si vous n’imprimez pas 2 à 3 fois par mois, une ou plusieurs têtes d’impreesion risquent de se boucher. Dans le meilleur des cas un ou deux nettoyages peuvent suffir. Au pire vous risquez de devoir retourner l’imprimante à l’atelier avec un coût total > 300 euros.

Pour palier à cet inconvéniant vous pouvez :

  • vous assurez que le taux d’humidité de la pièce est inférieur à 50%, au besoin utilisez un humidificateur électrique et/ou équiper vos radiateurs d’humidificateurs.
  • imprimer au moins un A4 chaque semaine
  • deux fois par mois verser 10m ml d’eau dans le bac de récupération.

La fiabilité de la 3800 / 3880 et le support d’Epson

Si vous avez des commentaires sur ce sujet, ils sont les bienvenus.

Share WordPress » Erreur

Il y a eu une erreur critique sur ce site.

En apprendre plus sur le débogage de WordPress.