Blog

Studio-Plus / Art photographique  / Raymond Depardon

Raymond Depardon

« Il faisait beau. J’avais une demi-heure. J’ai veillé à un bel éclairage, très fort, puis je l’ai adouci selon une méthode proche de celle du cinéma. Mon idée, c’était de ne pas le faire poser, donc pas de pied pour mon appareil et j’ai demandé à François Hollande de marcher vers moi. J’ai essayé d’abord avec un Leica, puis un appareil numérique et enfin avec mon vieux Rolleiflex de 1962 qui me porte souvent chance, c’est un grand-angle avec un boîtier très spécial, qui ne déforme pas. Et c’est la photo obtenue avec ce dernier, en format 6 x 6, qui s’est avérée être la bonne…»

Raymond Depardon est né en 1942 à Villefranche-sur Saône

Ses premières photographies de la ferme de ses parents décident sinon d’une vocation, du moins d’une grande propension à l’observation de ses proches.
Il comprend très jeune qu’il n’est pas fait pour suivre les traces paternelles, celles qui feraient de lui un agriculteur propriétaire. La photographie deviendra alors l’instrument de sa liberté.

En 1956, il deviendra l’assistant de l’opticien-photographe de sa ville natale avant de s’inscrire a un cours de photographie par correspondance.

En 1967 il crée, avec entre autre Gilles Caron, l’agence Gamma

Après un mois de détention au Tchad en 1971, il réalise de grands reportages mondiaux (notamment au Chili).
Il assure la direction de Gamma en 1973 après son premier film  documentaire consacré au tchèque Jan Palach.

Après avoir quitté l’agence Gamma, son passage, en 1978, à l’agence Magnum concrétise sa démarche vers un approfondissement et une réflexion sur l’acte de capter objectivement les faits à partir d’un ensemble historique, institutionnel et psychologique.

Raymond Depardon son oeuvre

L’oeuvre de Raymond Depardon s’équilibre entre deux pôles d’attraction : l’information et l’autobiographie. Pour lui, l’unique manière de raconter le monde consiste à se raconter soi-même. Une route qui le ramène à son point de départ, à cette ferme parentale à laquelle il a consacré un livre d’une grande intensité poétique : la ferme de Garet (1997).

Les documentaires cinématographiques et les livres d’auteur de Raymond Depardon

En tant que réalisateur de longs métrages (une quarantaine de films entre 1963 et 2012) il a reçu trois Césars et a été nominé aux Oscars

“C’est vrai qu’il y a une certaine insistance de ma part. D’ailleurs c’est une de mes particularités de cinéaste, de photographe, que cette insistance.C’est comme ça que j’ai fait des films à Paris sur la police, sur la justice, sur les urgences. S’il n’y a pas d’insistance, certaines choses disparaissent”.

En 1978 il réalise un ouvrage consacré au Chili (1973), il recevra le prestigieux prix Robert Capa.

Il photographie et filme régulièrement au Tchad.

Raymond Depardon a publié de nombreux livres, notamment :

  • Chili, avec Chas Gerretsen et David Brunett, 1974
  • Tchad, Gamma, Paris, 1977
  • Notes, Arfuyen X, Paris, 1979
  • Correspondance New-Yorkaise, avec un texte d’Alain Bergala : Les Absences du photographe, coll. « Écrit sur l’image », Libération/L’Étoile, Paris, 1981
  • Le désert américain, avec un texte de Serge Toubiana
  • San Clemente, Centre national de la photographie, 1984
  • Les fiancées de Saïgon, avec Alain Bergala, Cahiers du cinéma, Paris, 1986
  • Hivers, Arfuyen/Magnum, Paris, 1987
  • Vues, Le Monde, Paris, 1988
  • La pointe du Raz, Marval, Paris, 1991
  • La Colline des Anges, retour au Vietnam (1972-1992), avec Jean-Claude Guillebaud, Le Seuil, 1993
  • La porte des larmes, retour vers l’Abyssinie, avec Jean-Claude Guillebaud, Seuil, 1996 ; réédition coll. « Points », Le Seuil, Paris, 2008
  • En Afrique, Seuil, Paris, 1996 ; réédition augmentée : Afrique(s), Hazan, 2005 ; coll. « Points », Le Seuil, Paris, 2010
  • La Ferme du Garet, Paris, éd. Carré, 1995, ; Actes Sud, 1997
  • Silence rompu, La joie de Lire, Genève, 1998
  • Voyages, 1998, 1999, 2000, 2004, Hazan, Paris
  • Rêves de désert avec Titouan Lamazou, éditions Gallimard, 2000
  • Détours, Maison européenne de la photographie, Paris, Prix Nadar, 2000
  • Corse, avec Jean-Noël Pancrazi, Le Seuil, Paris, 2000 ; réédition coll. « Points », Le Seuil, Paris, 2004
  • Errance, Seuil, Paris, 2000 ; réédition coll. « Points », Le Seuil, Paris, 2004
  • Raymond Depardon, collection Photo Poche, Nathan/VUEF, 2002
  • Désert, un homme sans l’occident, Le Seuil, Paris, 2003
  • Images politiques, La Fabrique, 2004
  • Photographies de personnalités politiques, Seuil, 2006 ; , coll. « Points », Le Seuil, Paris, 2007
  • L’être photographe, entretiens avec Christian Caujolle, Éditions de l’Aube/France Culture, La Tour d’Aigues, 2007
  • 1968, une année autour du monde, coll. « Points », Le Seuil, Paris, 2008
  • La terre des paysans, Seuil, 2008 ; réédition augmentée sous le titre : Paysans, coll. « Points », Le Seuil, Paris, 2009
  • Un aller pour Alger, coll. « Points », Le Seuil, Paris, 2010
  • Beyrouth, centre-ville, coll. « Points », Le Seuil, Paris, 2010
  • La France de Raymond Depardon, Le Seuil/BNF, Paris, 2010
  • J.O. (1964-1980), avec un entretien mené par Philippe Séclier, coll. « Points », Le Seuil, Paris, 2012

Site officiel Raymond Depardon

 

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.